21 septembre 2011,

« Culture et écologie », car les écologistes ne sont pas des obscurantistes.

LE SAUVAGE N0 9 JANVIER 1974

LE SAUVAGE N0 9
JANVIER 1974

Voilà maintenant neuf ans que le Sauvage reparaît sur Internet. Près de deux mille articles sont désormais disponibles, dans lesquels vous trouverez une réflexion écologique fondamentale commencée en 1973 . Vous affichez en haut à droite le sujet, la rubrique ou l’auteur que vous voulez consulter et vous cliquez. Fouillez le Sauvage en profondeur… Ce sont aussi bien des reprints de l’ancien Sauvage, que des articles d’actualité qui s’y ajoutent désormais chaque jour. Nous représentons d’une certaine manière la mémoire de l’écologie pour avoir été les premiers à réfléchir sur le sujet dès les années 70. Les soixante treize numéros du Sauvage
Lire la suite de »

La Langue des oiseaux

18 mars 2019,

Le hasard d’un voyage d’agrément m’avait amené près de Konya. Mon Hôte d’alors me fit comprendre qu’un évènement important allait advenir. Un concert ornithologique devait avoir lieu à l’écart de la ville. C’est là que je fis la connaissance de Mehmet, il était attendu par l’assemblée, dont je sus plus tard être composée de soufis. Il apparut comme un prince, des aides portaient des cages. Puis ce fut, aux dires des initiés une « Conférence des Oiseaux », tour à tour chantèrent la Huppe fasciée, les canaris, les rossignols, des perroquets récitèrent des poèmes, un paon blanc brailla. Je ne sais si le Simurgh entendit leurs appels, peut-être même vint-il au cours de la nuit…
Le lendemain, Mehmet m’accorda une entrevue, il était descendant des Sabbatéens, ces juifs qui s’étaient convertis à l’Islam à l’instar de leur Prophète Sabbatai Tsevi au 17ème siécle, il appartenait aussi à une confrérie soufi. Sa conversation était à la fois profonde et moqueuse, alternaient des vers de Rûmî et des histoires de Nasreddin.
De l’eau fraiche, des baklavas, des tchourtchkhelas aux noix, et cet admirable ayva tatlisi aux coings, le Paradis…

Le retour de Pan

4 mars 2019,

 


Chez Marcel, il y a longtemps qu’on ne parlait plus de Lui, on ne demandait plus de ses nouvelles depuis qu’un certain Plutarque, qui le tenait d’un nommé Thamous, un marin égyptien, nous avait annoncé que « le Grand Pan était mort »
Et puis, voilà que ce matin de printemps, il était revenu, c’est nous qui n’en revenions pas.
S’accoudant au comptoir, Il se mit à tout nous raconter…

Ultimatum

22 février 2019,

Lu sur le site de Reporterre : 2e leçon des jeunes au gouvernement : il faut la décroissance énergétique

Alors que s’installe en France le mouvement des jeunes pour le climat, une partie d’entre eux lancent au gouvernement, dans cette tribune, un deuxième « ultimatum punitif » : la décroissance énergétique ou une large participation à la manifestation du vendredi 22 février.

Ce texte a été écrit par les Camilles du groupe « revendications » constitué à la suite de l’assemblée générale (AG) interfac rassemblée vendredi 8 février 2019 et comportant des étudiant.e.s et lycéen.ne.s de divers établissements de la région parisienne. Cette AG a été organisée par plusieurs associations étudiantes parisiennes écologistes en vue de lancer le mouvement de grève pour l’environnement de la jeunesse reconduite chaque vendredi à partir du 15 février.

Le 12 février 2019, Reporterre publiait leur manifeste pour le climat et leur premier ultimatum : déclarer l’état d’urgence écologique et sociale afin de débloquer un plan interministériel à la hauteur des risques encourus. Leur second ultimatum, ci-dessous, concerne l’énergie.

Puisque notre gouvernement s’acharne à demeurer inerte devant la catastrophe écologique, nous, lycéen·ne·s et étudiant·e·s, avons décidé de lui poser une série d’ultimatums punitifs. La semaine dernière, en guise de première leçon, nous avions demandé le respect immédiat des Accords de Paris (réduction des émissions de gaz à effet de serre de 4 % par an minimum) et l’inscription dans la Constitution, à l’article premier, du fait que « La France est une République indivisible, laïque, démocratique, sociale, solidaire et écologique  ». Pour châtier le mutisme de ce mauvais élève, nous étions plus d’un millier à faire la grève et à nous réunir devant le ministère de la Transition écologique et solidaire vendredi 15 février. Alors que François de Rugy se félicitait dans la presse que la jeunesse manifeste devant son ministère pour « marcher main dans la main » avec lui, la présence policière démesurée laissait penser que nous dérangions quelque peu. Il ne fait aucun doute que cette réponse par voie de police a convaincu tous les jeunes présent.e.s de la compétence et de l’efficacité du ministère en matière écologique.

Cependant, nous ne désespérons pas encore de voir remonter les notes de ce gouvernement. Pour ce second ultimatum, nous avons choisi le thème de l’énergie.
Lire la suite de Ultimatum »

L’hebdo de Reporterre N°196

19 février 2019,


Bruno Latour : « Les Gilets jaunes sont des migrants de l’intérieur quittés par leur pays»
Qu’est-ce que le mouvement des Gilets jaunes révèle de l’épuisement de l’organisation politique et économique de notre société ? Quel est le rôle de l’État ? De la société civile ? Quelle place occupe l’écologie dans la transformation de la société ? Dans cet (…) Lire la su
ite

La voiture autonome ? Une catastrophe écologique
L’industrie automobile prépare activement la généralisation des véhicules autonomes. Problème : leur mise en œuvre à grande échelle aurait des conséquences écologiques très néfastes. Dans le principe, la prouesse technologique consistant à remplacer par des (…) Lire la suite

Face aux boues rouges toxiques, l’État sommé d’agir
Mardi 12 février, les membres de l’association ZEA ont déversé des boues rouges devant le ministère de la Transition écologique. Issues de l’usine d’alumine Alteo de Gardanne, ces boues chargées en métaux lourds et radioactives sont stockées près de zones (…) Lire la suite

Manifeste de la jeunesse pour le climat
À la suite du mouvement enclenché en Suède, en Belgique, en Australie et en Suisse, des étudiants français annoncent que la première grève pour le climat aura lieu vendredi et se répétera toutes les semaines. Affichant la solidarité avec les Gilets (…) Lire la suite

Primevère, 33e salon-rencontres de l’alter-écologie, à Lyon-Eurexpo
Organisé par une association et réalisé par 300 bénévoles, le salon Primevère a pour ambition de réunir les acteurs de l’écologie pour présenter des alternatives militantes cohérentes et éthiques à la société actuelle, dans une ambiance conviviale. Les 22, (…) Lire la suite

L’incroyable histoire du Facteur Cheval

18 février 2019,

par Alain Hervé

Pour apprécier cette « incroyable histoire », il faut déjà avoir été dans la Drôme, dans la commune d’Hauterives et avoir vu le Palais idéal. Etre tombé de saisissement. Un amoncellement de pierres maçonnées par un facteur rural. Une mise en scène fantasmagorique telle que peu d’hommes ont réussi à exprimer. En dehors de toute école, de toute mode, de toute actualité, une tentative bouleversante de dire l’indicible. Une aventure parmi les manifestations humaines les plus exigeantes. Une rêverie matérialisée.

Et savoir quel homme a pu enfanter ce délire est de peu d’importance. Son oeuvre l’a écrasé, enseveli, l’a rendu dérisoire. A ce moment commence le film de Nils Tavernier.

Pour tenter de donner un visage à l’inventeur du Palais, il a choisi Jacques Gamblin.
Lire la suite de L’incroyable histoire du Facteur Cheval »