21 septembre 2011,

« Culture et écologie », car les écologistes ne sont pas des obscurantistes.

LE SAUVAGE N0 9 JANVIER 1974

LE SAUVAGE N0 9
JANVIER 1974

Voilà maintenant cinq ans que le Sauvage reparaît sur Internet. Plus de mille trois cents  articles sont désormais disponibles, dans lesquels vous trouverez une réflexion écologique fondamentale commencée en 1973 . Vous affichez en haut à droite le sujet, la rubrique ou l’auteur que vous voulez consulter et vous cliquez. Fouillez le Sauvage en profondeur… Ce sont aussi bien des reprints de l’ancien Sauvage, que des articles d’actualité qui s’y ajoutent désormais chaque jour. Nous représentons d’une certaine manière la mémoire de l’écologie pour avoir été les premiers à réfléchir sur le sujet dès les années 70. Les soixante treize numéros du Sauvage
Lire la suite de »

Claude?

22 juillet 2017,

Il ne s’appelle pas Claude mais il est le peintre le plus connu et le plus respecté de l’art dit contemporain. Il s’appelle Money.

A.H.

EGA

21 juillet 2017,

Avez-vous entendu parler des États Généraux de l’Alimentation ? Saviez vous que vous pouvez vous exprimer sur le sujet ?

Le 20/07/2017 14:05, Jacques Caplat a écrit :

Bonjour,   La « consultation » des États généraux de l’alimentation (EGA) est ouverte. Il faut d’abord s’inscrire via cette page, puis valider le courriel reçu, et il est alors possible de voter, commenter et contribuer :

https://www.egalimentation.gouv.fr/pages/comment-participer

Pour information, j’ai proposé une contribution :

https://www.egalimentation.gouv.fr/projects/comment-accompagner-la-transformation-de-notre-agriculture-vers-les-nouveaux-modes-de-production/consultation/consultation-4/opinions/solutions/proposer-un-veritable-plan-de-transition-progressive-vers-l-agriculture-biologique

Pour que cette approche soit « visible » dans la consultation, il serait utile qu’un maximum de personnes aillent voter pour cette proposition. Il serait intéressant qu’elle remonte vers les premières visibles, de façon à ne pas être escamotée.

En allant sur les autres propositions, vous verrez sans doute également quelques commentaires que j’ai laissés (idem, ne vous privez pas de les soutenir ;-)…). À chacun-e de jouer !   Cordialement,

Jacques Caplat

Aux ordres!

19 juillet 2017,

Lorsque j’avais été dans ma jeunesse invité à devenir militaire j’ai appris que l’ordre quel qu’il soit, d’un supérieur, en l’occurrence pour moi celui d’un caporal, ne pouvait pas se discuter. Sinon on était envoyé au gnouf.

Il n’avait pas non plus été précisé que je puisse présenter ma démission de l’armée.

Il semble qu’ à partir d’un certain grade ces règles ne s’appliquent plus.

A.H.

En été, leçon de choses et d’autres

18 juillet 2017,

par Daniel Maja

Georges, à l’instar de Monsieur Palomar*, était en quête perpétuelle.
Il recherchait sous le fatras et l’étrangeté des choses banales, quotidiennes et triviales, les liens secrets des phénomènes les plus contradictoires, un ragot et un ragoût, des porte-plumes et des porte-glaive, un poteau rose et un pot-aux-roses, ce qui est en haut comme ce qui est en bas, un gnomon et du goémon, le nombre d’or et les bigorneaux…, bref, les liens qui unissent les liens aux autres liens, afin de déchiffrer la Kabale, les coulisses et la Machinerie du Monde.
En fait, très vite et surtout en cette saison, tout s’embrouillait et se dissolvait, il ne restait bientôt qu’un gros trou plein de vide légèrement trouble.
Alors, comme dit l’autre, « il faut imaginer Georges heureux »…

* Monsieur Palomar d’Italo Calvino

Malot et Hucron suite

16 juillet 2017,

par Alain Hervé

On reste interrogatif devant le spectacle qu’offre en ce moment la politique française. Manifestement le nouveau Président de la République conduit son orchestre d’une main sûre et déterminée. Il pratique l’art de la stratégie gouvernementale et diplomatique avec subtilité. Il sait d’abord exploiter les talents des personnes qu’elles soient de gauche ou de droite, qu’elles soient incontestables ou douteuses. Qu’importe. Tous ensemble en avant. Un pas devant l’autre c’est la règle d’En marche. Et pour le moment on avance.

Hulot semble avoir été instruit de cette technique. Ses décisions tombent régulièrement. Savamment dosées pour satisfaire des espoirs et ne pas réveiller des oppositions radicales. Qu’il s’agisse de l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure, de l’aéroport de N.D. des Landes, des fermetures de réacteurs, de l’abandon progressif des moteurs à explosion, de la promotion des énergies renouvelables… On imagine le rôle qu’il peut avoir en coulisse dans l’opération de subversion climatique du président Trump. On avance.

Certes des désillusions vont se manifester. La petite meute, qui aboie dans la marge, veille aux impairs possibles, attend les occasions de déclarer des mobilisations populaires. Malgré eux ils jouent un rôle dans la partition.

Reste à savoir comment le calendrier peut être respecté. Un partenaire inflexible l’a fixé sans possibilité de négocier ou d’attendre. Il s’agit de l’inéluctable désordre climatique.

Macron et Hulot que nous avions le mois dernier rebaptisés Hucron et Malot, tant ils semblent fonctionner en accord, paraissent l’avoir bien compris et agir en conséquence. Miraculeuse occurrence dans l’histoire de France. Et du monde ?

Sont ils bien ce qu’ils paraissent être ?

Ont ils bien entrepris ce que l’on imagine ? Ont ils des chances de réussir ?

Je me pose ces questions, car nous n’en sommes encore qu’aux questions.

Leur réussite ou leur échec concerne la survie de notre espèce humaine.

Macron se pose en effet comme un Bonaparte mondialiste. Il a embauché un condottiere inspiré qui connaît sa planète sur le bout du doigt pour l’avoir empoignée depuis des années.

A eux deux il incombe de réussir.

Alain Hervé