21 septembre 2011,

« Culture et écologie », car les écologistes ne sont pas des obscurantistes.

LE SAUVAGE N0 9 JANVIER 1974

LE SAUVAGE N0 9
JANVIER 1974

Voilà maintenant cinq ans que le Sauvage reparaît sur Internet. Plus de mille trois cents  articles sont désormais disponibles, dans lesquels vous trouverez une réflexion écologique fondamentale commencée en 1973 . Vous affichez en haut à droite le sujet, la rubrique ou l’auteur que vous voulez consulter et vous cliquez. Fouillez le Sauvage en profondeur… Ce sont aussi bien des reprints de l’ancien Sauvage, que des articles d’actualité qui s’y ajoutent désormais chaque jour. Nous représentons d’une certaine manière la mémoire de l’écologie pour avoir été les premiers à réfléchir sur le sujet dès les années 70. Les soixante treize numéros du Sauvage
Lire la suite de »

Et le climat bordel !

19 octobre 2017,

par Alain Hervé

Polichinelle au plafond à Venise par Giandomenico Tiepolo

Au vu et à l’écoute de la conférence de presse d’Emmanuel Macron, une seule question se pose. Notre président a-t-il une vision d’ensemble et un projet d’ensemble pour la France et les Français pour les cinq ans à venir ?

Nous n’en savons rien car, après cinq mois d’exercice de la fonction que nous lui avons confiée, il ne nous en a pas fait part.

Or nous pouvions attendre une déclaration régalienne d’un homme qui prétend à une posture  jupitérienne. A ma connaissance , seul Eric Naulleau sur Paris  Première s’est inquiété de ce manque de « transcendance ».

Certes les trois journalistes de service l’ont englué dans des petites questions d’actualité mais il ne les a pas bousculés. Et nous sommes restés dans les considérations habituelles sur l’Économie. Le bon élève nous a abreuvés de statistiques, de taux, de pourcentages…  au point de nous inviter à nous distraire avec le décor de ce salon élyséen. De nous interroger sur la qualité médiocre de la toile d’Alechinsky. Ces deux jambes lourdes d’un marcheur épuisé ont elles un sens caché ? Le grand Alechinsky nous a séduits avec des œuvres d’une autre qualité.

Bref quand Macron va-t-il nous dire ce qu’il compte faire devant la menace climatique, à propos de l’évasion fiscale massive, à propos de l’immigration africaine qui ne fait que commencer, à propos de la transition énergétique…?

J’espère qu’au cours du long tête à tête qu’ils ont eu avec Hulot ils ne se sont pas appesantis sur l’usage familier du mot bordel.

Aventures en permaculture – 28, PERMAÉCONOMIE

19 octobre 2017,

par Ghislain Nicaise

Depuis la mort tragique de Bernard Maris, je n’attendais plus rien de cette profession mais une rencontre avec un perma-économiste m’a fait reprendre espoir. C’est une aventure culturelle et non culturale que je raconte aujourd’hui mais elle n’en est pas moins permacole. J’avais retenu quelque part que des économistes avaient essayé d’évaluer la richesse procurée par la biodiversité mais c’est autre chose que d’en rencontrer un. J’entends des grincheux me rappeler que la biodiversité est inestimable mais la réponse est simple : il faut des chiffres qui en jettent, des montagnes d’euros, pour ébranler sinon convaincre les malcomprenants acharnés de la croissance, qui sont au pouvoir. Cet économiste sympathique et extrêmement utile est professeur, directeur de l’institut INSPIRE, basé à Marseille (1). Il se nomme Emmanuel Delannoy, il est l’auteur de livres clairs (accessibles aux profanes) et bien écrits. J’ai pu lire à la suite de sa conférence « L’économie expliquée aux humains » et « La permaéconomie », je peux vous recommander les deux. Dans l’économie expliquée
Lire la suite de Aventures en permaculture – 28, PERMAÉCONOMIE »

Hulot et contre tous

16 octobre 2017,

par Alain Hervé

NIcolas Hulot affronte les Verts en 2011, avant qu’ils ne lui préfèrent l’incompétente Eva Joly

Je crois que tous ceux qui souhaitent qu’une  civilisation écologique s’instaure en France doivent soutenir Nicolas Hulot. Dans le gouvernement actuel il est le dépositaire des plus lourdes responsabilités.

Nous cherchons des signes de réussites, depuis cinq mois, dans cette entreprise. Qu’il s’agisse de l’interdiction du glyphosate, de l’arrêt de centrales nucléaires, de l’abandon du projet de nouvel aéroport à Notre Dame des Landes, de la restauration d’un air respirable dans les villes, de l’abandon progressif d’une agriculture nocive pour la santé… Autant de défis majeurs qui mettent en cause de gigantesques intérêts particuliers et des équilibres sociaux précaires. Les succès ne sont pas flagrants jusqu’à ce jour. Mais les échecs non plus.

Il faut lui faire confiance. Je crois que c’est un homme honnête, intelligent, obstiné, réaliste mais aussi idéaliste.Pour avoir pataugé dans le milieu écologique depuis 1969. Pour avoir parcouru les océans en voilier pendant trois ans, pour voir sur quelle planète j’avais mis les pieds, j’apprécie que Hulot connaisse lui aussi très bien cette planète au delà du porche de son ministère boulevard Saint Germain. Je lui fais confiance.

Hulot dispose d’un allié redoutable. C’est le changement climatique. On ne négocie pas avec le climat, on ne l’achète pas, on ne le fuit pas, on ne lui échappe pas. On ne peut pas l’ignorer. C’est le climat qui décide du sort des espèces vivantes. Le climat s’invite dans toutes nos décisions d’avenir.

Malheureusement les hommes qui gouvernent la planète semblent vouloir l’ignorer. L’interview du Président de la République du 15 octobre n’a à aucun moment abordé ces perspectives.

Je ne voudrais pas me trouver à la place de Hulot. Mais je ne vois personne qui puisse le remplacer.

L’eau en bouteille plastique

11 octobre 2017,

Le fléau des bouteilles en plastique en une infographie.

La quasi-totalité des foyers français a accès à une eau du robinet potable et plutôt bonne. Pourtant, le pays est dans le top 5 des plus gros buveurs d’eau en bouteille au monde. L’infographie ci-dessous analyse la situation. Lire la suite

Le Sauvage

Attention écocide !

10 octobre 2017,

Le Roundup® et le glyphosate qu’il contient ne sont pas seulement des cancérigènes probables. Leurs multiples actions sur les écosystèmes en font les agents d’un formidable écocide contemporain. Vous pouvez vous en convaincre en lisant le livre publié par Marie-Monique Robin. Vous pouvez agir aussi en l’aidant à diffuser le film tiré de ce livre par votre participation citoyenne.

Presque 10 ans après « Le Monde selon Monsanto », pourquoi y revenir ?
Parce que dans ce film uniquement consacré au Roundup®, on verra qu’il n’est pas un simple poison, mais un produit à effets multiples : cancérigène, perturbateur endocrinien, mutagène et chélateur de métaux, il prépare un scandale sanitaire dont la magnitude pourrait être supérieure à ce qu’a produit l’amiante, car le glyphosate (la substance active de l’herbicide) est partout : dans l’eau, l’air, la pluie, les sols et les aliments. Du Nord au Sud de la planète, on verra que l’herbicide-qui-tue-tout (son surnom en espagnol) rend malades ou tue les sols, les plantes, les animaux et les humains. Il détruit durablement les écosystèmes en affectant les organismes vivants, avec des conséquences en chaîne jusqu’aux êtres humains, ce qui est la définition même du crime d’écocide.
Parce qu’il ne s’agit pas seulement de dénoncer : alors qu’agences internationales et gouvernements s’avèrent inopérants, l’initiative du Tribunal International Monsanto montre que témoins, victimes, experts, ou simples citoyens… ont su s’emparer de cette question, jusqu’à obtenir un avis juridique qui pourrait infléchir le droit international : faire reconnaître le crime d’écocide afin de pouvoir poursuivre au pénal les dirigeants des firmes dont les activités à grande échelle menacent la sûreté de la planète.
Derrière des produits bénins qui se trouvent encore dans les rayons des jardineries : un scandale sanitaire majeur… mais un début de condamnation devant la justice des hommes : pour en savoir plus, et pour le faire savoir autour de vous, soutenez ce film.
Pré-achetez le DVD et bénéficiez d’une édition spéciale qui sera envoyée à votre adresse au moment de la sortie télé.
 En souscrivant vous aurez accès à l’Espace Membres et vous recevrez les échos de la production au fil des mois.

Le Sauvage