« Indignez vous! » dit-il

15 janvier 2011,

Nous n’avons pas attendu ce charmant et très estimable monsieur pour nous indigner. Mais nous espérons n’en être pas restés là. Oui nous sommes encore indignés par l’état dans lequel notre espèce a mis la planète et ceux qui l’habitent. Nous sommes indignés par ce qui arrive aux Palestiniens, mais aussi au Nord Coréens, à la main d’oeuvre chinoise et à toutes les espèces vivantes qui disparaissent.

Mais nous nous souvenons d’une autre formule que nous avions promue dans le Sauvage (1er avril 1991):  » Memento audere semper » penser à toujours oser. Certes son auteur Gabriele d’ Annunzio est loin d’être irréprochable. Ce fut même un bel imbécile parfois mais on ne peut que sentir le vent de son exhortation. Oser, c’est à dire entreprendre, ne pas en rester à l’indignation.

On craint à lire Stephane Hessel qu’il ne donne qu’ un crouton à ronger aux désespérés, aux exploités. C’est mieux certes que de céder au découragement mais ce n’est pas assez.

Entreprenons un potager, ou de changer la vie, ou d’aimer, ou de déménager, ou de formuler un programme politique écologique qui parle de vie. Entreprenons, osons.

La brièveté de cette critique correspond à la brièveté de l’ouvrage qui en est l’objet.
Et nous saluons l’éditrice Sylvie Crossman qui écrivit jadis dans le Sauvage et peut y revenir.

A.H.