Eva Joly peu diserte sur le nucléaire

11 avril 2011,

Avec la catastrophe de Fukushima, on aurait pu s’attendre à ce que Eva Joly enfonce le clou contre le nucléaire. Et cela d’autant plus que son principal concurrent présumé à la primaire écologiste, Nicolas Hulot, a longtemps été très prudent sur le sujet.

Un boulevard pouvait donc s’ouvrir pour Eva Joly. Peu après l’accident, elle a attaqué fort sur ITélé : « Aujourd’hui, on change de paradigme ». Mais depuis cette formule pompeuse, on ne l’a guère entendue sur le sujet. Sur son blog , le billet le plus récent consacré au nucléaire (et le plus récent tout court…) date du… 18 mars. Comme réactivité à l’actualité, on peut faire mieux ! Dans un communiqué, Eva Joly appelle à une sortie du nucléaire en France « dans les 20 années à venir », alors que la ligne « officielle » des Verts évoque plutôt un délai de 25 à 30 ans. Méconnaissance du dossier ou tentative de rallier à sa candidature les écologistes les plus antinucléaires ? A chacun de juger…

On m’objectera qu’Eva Joly a eu au moins le mérite de ne pas situer, comme l’a fait Cécile Duflot, diplômée de géographie, le Japon dans l’hémisphère sud (http://www.youtube.com/watch?v=cWT0tgqzuY0)

Reste qu’avec Fukushima, Eva Joly a raté une occasion en or de s’imposer comme « la » candidate écologiste.

A mon humble avis, la quasi-absence médiatique d’Eva Joly sur ce sujet crucial confirme que l’ancienne juge n’a décidément pas la « fibre » écologiste et ferait donc, malgré ses qualités par ailleurs, une piètre représentante. A mon humble avis, la quasi-absence médiatique d’Eva Joly sur ce sujet crucial confirme que l’ancienne juge n’a décidément pas la « fibre » écologiste et ferait donc, malgré ses qualités par ailleurs, une piètre représentante de ce courant à l’élection présidentielle.

Laurent Samuel

PS. A remarquer un très bon article de Stéphane Foucart, dans le Monde du 11 avril intitulé : « Fukushima , un accident de civilisation »