Archive pour mai 2011

Les berceuses de l’écologie

30 mai 2011,

Reprint, Le Sauvage, n° 6, septembre-octobre 1973

Par Ivan Illich

Paru dans la revue Esprit (numéro de juillet-août 1973) sous le titre « Contre la production du bien-être », ce texte est extrait d’un exposé fait par Ivan Illich à l’occasion d’un colloque sur l’écologie, organisé par l’Unesco. Intitulé « Avancer avec Illich », ce numéro d’Esprit comprend également des études d’Alain Dunand, Hermann Schwember, Boaventura de Sousa Santos et surtout un court essai de Jean-Marie Domenach et Paul Thibaud, respectivement directeur et rédacteur en chef de la revue, absolument essentiel pour tous ceux qu’intéresse la pensée d’Ivan Illich.

Au Moyen Âge, les alchimistes croyaient aux vertus de la pierre philosophale qui, appliquée aux éléments de la terre, pouvait en libérer les esprits. Comme eux, nous prétendons conduire les gens à travers une série de degrés et d’initiations jusqu’à l’illumination parfaite qui les introduira dans la cage dorée. Pour les insérer dans la logique d’un système industriel en perpétuelle expansion, il nous faut des éducateurs.

Nous sommes bien les descendants de ce Comenius dont la Grande Didactique se voulait « l’art suprême (suite…)

De la nécessité d’être heureux

25 mai 2011,

Et si vivre dans la joie était plus salutaire, pour nous-mêmes comme pour la planète, que de dénoncer tout ce qui met cette dernière en péril

Par Michka

L’hiver 1969 – celui où je découvris Silent Spring, le livre de Rachel Carson qui mit le feu aux poudres écologiques – a laissé en moi un souvenir lumineux.

Quittant nos postes de prof dans le sud de l’Angleterre, nous étions partis à l’aventure, mon compagnon et moi, sur un petit voilier conçu pour « la croisière en estuaire ». Après avoir traversé la Manche et caboté le long de la côte Atlantique, nous avions emprunté le canal du Midi puis navigué jusqu’à Alicante, où nous hivernions. (suite…)

The tree of life

24 mai 2011,

Qui veut faire l’ange fait la bête.
CC.

Un salut tardif à Arthur

23 mai 2011,

par Laurent Samuel

Henri Montant, alias Arthur, est mort l’été dernier, emporté par un cancer, comme il avait vécu : avec discrétion et élégance.

Arthur fut pourtant l’un des meilleurs journalistes de sa génération, et l’un des premiers, dès le début des années 1970, à parler d’écologie. Cet ancien du « Dauphiné Libéré », qui avait claqué la porte de ce quotidien après Mai 68, fut l’un des fondateurs, aux côtés de Pierre Fournier, de « La Gueule Ouverte », qui était, avec « Le Sauvage », l’autre titre écologiste diffusé à l’époque dans les kiosques. (suite…)

Érotisme et environnement

23 mai 2011,


Reprint N° 2, mai-juin 1973

par Herbert Marcuse

Le capitalisme veut institutionnaliser la contre-révolution. Sclérosés ou complices (involontaires), les partis d’opposition sont impuissants. Reste donc la révolte. Telle Contre-révoltion et révolte (Éditions du Seuil),  dont nous publions ce passage. Nourrie par l’art et l’amour, la révolte doit aboutir à la libération de l’homme — qui ne fait qu’un avec la libération de la nature. D’où la mission politique que Marcuse assigne à l’écologie.

Marcuse était venu à Paris invité par le Nouvel Observateur et le Sauvage. Le vieil homme posait comme un héros de la contre culture mais nous eûmes l’impression que son discours manquait de fraicheur. Il est intéressant d’en apprécier la qualité quarante ans plus tard.

La transformation radicale de la nature devient partie intégrante de la transformation radicale de la société. (suite…)