Archive pour août 2011

L’argentique, une antiquité ?

29 août 2011,

par Lorraine Peynichou

L’appareil numérique à rendu accessible au grand public la pratique de la photographie, il permet de réaliser un très grand nombre d’images, de les supprimer, de les exporter vers un ordinateur et de les envoyer en moins d’une minute à l’autre bout de la planète. Toutes ces manipulations techniques, pour un coût dérisoire.

En opposition, la pellicule de l’appareil argentique était coûteuse à l’achat et au développement et (suite…)

Le journal de Robinson

29 août 2011,

par Robinson

Huitième épisode et dernier et adieu cet été.

Lundi 17 mai

La chaleur solidifie ma vie comme le ferait la glace. Ce qui voudrait dire que ma vie résulte du mouvement et d’un mouvement relativement rapide. La chaleur me stupéfie à la fois par l’élévation de température et par l’action du rayonnement solaire qui semble ralentir directement mon cerveau. Stupéfaction heureuse, j’accède avec la chaleur à un autre mode d’exister.

Comment un corps s’adapte-t-il à des écarts de température de l’ordre de 40°, et à l’extrême de 60° ? Sans (suite…)

Greenpeace et la sortie du nucléaire

29 août 2011,

par Christophe Chelten

Greenpeace organise un examen de l’attitude des candidats à la présidentielle à propos de la sortie du nucléaire. On s’étonne de trouver Martine Aubry parmi les très rares candidats favorables à « la sortie ». (voir le site Greenpeace)

Ses promesses à très long terme ressemblent à celles de François Mitterand en son temps. Floues et vouées à l’oubli dès que formulées.

On s’attendrait à une attitude plus radicale de l’association écologique.

Sortir du nucléaire et vite, vite, implique d’autres décisions économiques et sociales, radicales elles aussi. Ce ne sera pas simple mais c’est fondamental.

On ne peut sortir du nucléaire que dans une nouvelle société à la quelle  le parti socialiste n’a pas encore commencé de réfléchir. Seuls les Verts, malgré leur désordre, peuvent être crédités d’une véritable intention d’innover.

C.C.

Les palmiers

27 août 2011,

Reprint Le Sauvage, janvier 1977


Huit cents millions d’hommes se nourrissent de leurs fruits, se vêtent avec leurs fibres, s’abritent sous leurs palmes, et s’enchantent de la beauté de leurs deux mille espèces différentes.

Luciano Berdardi, palmiphile passionné, plaide pour les palmiers (droits réservés)

Je crois que le palmier représente pour nous un archétype. Une partie de l’humanité dépend encore essentiellement de certaines espèces de cette famille pour sa subsistance. Les palmiers représentent pour beaucoup de ces gens à la peau basanée, qui ont le privilège de vivre là où l’hiver n’existe pas, ce que les céréales, l’olivier, la vigne, le coton, le lin, le chanvre et la betterave à sucre représentent pour nous.

(suite…)

Madame Diallo récrit l’Histoire de France

25 août 2011,

par Christophe Chelten

L’Histoire s’écrit désormais autrement. Des études climatiques, sociologiques et économiques ont démontré comment la Révolution Française s’était préparée et avait vu le jour après une lente évolution sur deux siècles environ. On assiste aujourd’hui à un retournement presque instantané des hypothèses historiques à la suite de la déclaration d’une seule femme Nafissatou Diallo.

Il y a six mois on donnait la gauche gagnante certaine aux prochaines élections présidentielles en la personne de DSK. Le Sarkozysme usé au vent de la crise économique disparaissait.

L’avènement de la gauche devient aujourd’hui soudain très aléatoire. Aucun des champions qui prétendent la représenter n’a la stature qu’avait DSK.

Nous allons assister à un affrontement confus entre une droite à la quelle on se résignerait, une extrême droite suscitée par le désespoir social, une gauche à cinq têtes, même après des primaires, une écologie intransigeante ?

L’élu quel qu’il soit devra gérer une adaptation brutale à de nouvelles donnes financières, économiques et écologiques. Le modèle selon le quel notre société a fonctionné depuis cinquante ans est périmé. La croissance zéro est arrivée, imposée.

La statue du commandeur qui devait nous gouverner s’est écroulée. Son aura de gourou de la finance internationale a volé en éclats. L’homme personnellement riche, très riche, l’amateur de femmes est apparu.

Ou bien comment quelques instants mystérieux dans une chambre d’hôtel à New York ont changé le cours de l’histoire de France.