Des milliers de mains coupées

24 octobre 2011,

par Christophe Chelten

Le Nouvel Observateur consacre plusieurs pages d’interview  avec Mario Vargas Llosa, prix Nobel à l’occasion de la  parution d’un ouvrage intitulé « El Sueno del celta , Le rêve du celte » , dénonçant le génocide perpétré par le roi des Belges Léopold II sur le Congo. Dix millions de morts. La moitié de la population du pays. Des milliers de mains coupées… Curieusement il n’est jamais fait mention de l’ouvrage de l’américain Adam Hochchild: « Un holocauste oublié » Belfond ed. qui fut le premier à dénoncer il y a vingt ans cet escamotage historique, et à faire connaître le diplomate britannique Roger Casement qui avait révélé le forfait du roi des Belges. Llosa salue Conrad qui publia sur ce sujet « Au coeur de la nuit » qui relate, il faut le dire timidement cet « épisode ». Il faut savoir que lorsque Casement fut accusé de trahison et pendu pour avoir soutenu la cause irlandaise. Bernard Shaw prit sa défense et demanda sa grâce mais Conrad refusa de s’associer. Il s’était déjà récusé lorsque précedement Casement l’avait sollicité pour témoigner à propos du génocide congolais.Les grands écrivains eux aussi commettent des lâchetés.

On notera à cette occasion qu’à Villefranche sur mer on remarque encore un arrêt d’autobus au nom de Léopold II. On cherche l’arrêt Adolf Hitler. Il faut dire que Léopold s’était créé une réputation de philanthrope grâce à un service de communication très élaboré. Si je me souviens on voit encore sa statue à Bruxelles

CC.