Pour une démographie responsable

2 novembre 2011,

A l’occasion de la naissance du sept milliardème humain, nous reproduisons ici le dernier article de Michel Sourouille paru sur son site Biosphère. Nous publierons bientôt notre point de vue.

Faisons connaissance avec l’association DEMOGRAPHIE RESPONSABLE

Après René Dumont, Yves Cousteau, Claude Lévi-Strauss et quelques autres, l’association « Démographie Responsable » reprend le flambeau contre la vanité de notre espèce qui s’estime au dessus des lois … de lanature. Près de sept milliards d’humains sur une planète qui dispose de ressources pour en accueillir durablement quatre à cinq : comment en est-on arrivé là ?

1/5) Présentation de Démographie Responsable

L’association Démographie Responsable fondée en 2008 a pour objet d’œuvrer à la stabilisation, voire à la diminution, de la population humaine. Excluant tout ce qui ne respecterait pas les droits humains ou qui remettrait en cause la liberté de procréer, sa démarche passe par une bonne information de chacun(e) sur les conséquences de la pression démographique pour les générations futures, les autres espèces et l’environnement. En parallèle à cette bonne information, elle se donne entre autre pour mission de soutenir toutes les initiatives en faveur de l’instruction, condition nécessaire à la compréhension par tout être humain des dangers écologiques liés à la surpopulation. Cette association milite également pour que la question démographique ait toute sa place au sein des débats liés à la protection de l’environnement

Ses membres sont de fervents défenseurs de l’espèce humaine ainsi que des autres espèces vivantes présentes à ses côtés, désireux de sauvegarder La Vie sur la planète et ce, dans les conditions les moins mauvaises possibles. Issus de différents milieux (écologie, décroissance économique, défense des animaux) ils souhaitent rassembler des personnes originaires de tous les courants de pensée et convaincre les citoyens des pays francophones de la nécessité d’agir.

Depuis 2008 de nombreuses actions ont été engagées, des affiches ont été réalisées et apposées dans les plus grandes villes françaises. L’association a également participé à plusieurs émissions de radio et a lancé deux pétitions à destination de l’ONU.

Le 30 octobre à l’occasion du passage de l’humanité au seuil des 7 milliards, elle a organisé un rassemblement à Paris pour informer sur l’importance de la problématique démographique dans la protection de la nature et plus généralement pour l’avenir de l’humanité.

« L’effort à long terme nécessaire pour maintenir un bien-être collectif qui soit en équilibre avec l’atmosphère et le climat exigera en fin de compte des modes viables de consommation et de production, qui ne peuvent être atteints et maintenus que si la population mondiale ne dépasse pas un chiffre écologiquement viable. » (Rapport 2009 du Fonds des Nations Unies pour la Population – UNFPA)

2/5) les sept mesures de la sagesse par Denis Garnier, Président de Démographie Responsable

A l’approche du 31 octobre, date choisie officiellement par l’ONU pour le passage aux 7 milliards d’habitants, les médias (y compris LE MONDE) se sont emparés de la question démographique. La tonalité d’ensemble des articles de presse et des reportages audiovisuels est que ce chiffre, ainsi que ceux qui vont suivre au cours de ce vingt et unième siècle (9,3 milliards en 2050 et 10,1 milliards en 2100 selon les projections moyennes des démographes onusiens) risquent d’être insoutenables par rapport aux ressources de notre planète, qu’elles soient énergétiques, alimentaires ou hydriques, sans même parler de la survie des autres espèces vivantes.

Cependant, le plus souvent, les seules solutions envisagées sont : au Nord la réduction de la consommation, au Sud l’élévation du niveau de vie. Or, presque personne ne semble se rendre compte que si la première piste est tout à fait souhaitable (et qu’il faut l’encourager), elle ne compensera absolument pas la seconde (en terme de dégâts environnementaux par exemple), car le rapport des populations est, en gros, de un à sept et que celles du Sud ont légitimement droit à autre chose qu’une simple portion congrue.

Face à cette contradiction, il semble nécessaire de porter à la connaissance du public francophone les propositions de l’association Démographie Responsable.

— en direction des populations du Nord, dans le cadre d’un débat démocratique sur le couple démographie/écologie : mettre en œuvre une réelle réduction de la consommation et cesser, de façon non rétroactive bien évidemment, toute aide à la procréation au-delà de

deux enfants.

— en faveur des populations les plus démunies : aider à un développement économique durable, généraliser l’instruction des filles, car elle est très en retard sur celle des garçons, promouvoir la planification familiale y compris la gratuité totale de la contraception (30 % des grossesses sont actuellement non désirées), mener des campagnes de sensibilisation culturellement adaptées et enfin, mettre en place des systèmes de solidarité locale en faveur des personnes âgées.

Il est clair que le deuxième train de mesures demande de gros investissements financiers que seule la communauté internationale est à même de fournir. La balle est donc dans son camp, mais aussi dans celui de l’opinion publique mondiale qui peut faire pression sur ses propres gouvernants. C’est d’ailleurs dans cette optique qu’a été rédigé un plaidoyer à l’adresse de M. Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies, et ce sous la forme d’une pétition Internet intitulée « 7 milliards d’êtres humains aujourd’hui : combien demain ? »

(chronique des abonnés, lemonde.fr du 24.10.2011)

3/5) Un des textes proposé par le site : La démographie, un sujet tabou

Lorsque nous assistons dans plusieurs régions de la planète à des émeutes de la faim, aucune personnalité, aucun commentateur ne sous-entend qu’il y a peut-être un trop grand nombre d’humains à nourrir et que cela ne va cesser d’empirer. Pour quelles raisons le mutisme est-il de rigueur ?

L’influence des religions

Pour la religion catholique, la procréation étant sacralisée, l’avortement évidemment mais même la simple gestion des naissances au niveau de la cellule familiale (pilule, préservatifs…) sont prohibés.

Pour la religion musulmane  » Mariez-vous avec une femme qui vous aime et qui enfante : car je serai fier de votre multitude le jour du jugement ».
L’influence des courants politiques

Pour la droite « extrême », un surplus de naissances fournissant aux armées le contingent de soldats indispensable à une politique expansionniste.

Pour les libéraux de droite et les sociaux-libéraux de gauche, la croissance démographique est une bonne chose car elle est suivie d’une augmentation de la consommation et finalement aide à maintenir la croissance économique.

Pour la gauche anti-libérale, il est hors de question d’imposer aux masses laborieuses une quelconque restriction de leur droit à la procréation.

Pour de nombreux écologistes, la seule urgence est de faire baisser le niveau de consommation et de pollution.

Pour beaucoup de « tiers-mondistes » (mais pas uniquement pour eux), tenter d’agir sur la forte croissance démographique du sud s’apparente à du néo-colonialisme.

L’influence de la pensée humaniste

Lorsqu’on aborde le sujet de la limitation volontaire des naissances, on se heurte à la crainte de la remise en cause d’une liberté fondamentale de l’humain : le droit à la procréation. Mais plus profondément, on désacralise l’être humain. Cela est très dur à supporter pour les humanistes.

NB : Pour le texte complet, lire un sujet tabou

4/5) quelques  caractéristiques de l’association « démographie responsable »

Notre projet : En incitant à l’autolimitation de la natalité, notre association a pour objet d’œuvrer pour la stabilisation, voire la diminution, de la population humaine. Excluant tout ce qui ne respecterait pas les droits humains ou qui remettrait en cause la liberté de procréer, notre démarche passe par une bonne information de chacun(e) sur les conséquences de la pression démographique pour les générations futures, les autres espèces et l’environnement. En parallèle à cette bonne information, nous nous donnons entre autre pour mission de soutenir toutes les initiatives en faveur de l’instruction, condition nécessaire à la compréhension par tout être humain des dangers écologiques liés à la surpopulation.

Structure juridique

Démographie Responsable est une association type loi de 1901 régulièrement déclarée en préfecture, elle est dirigée par un bureau de 6 membres (2 femmes et 4 hommes pour l’exercice 2011), ne se réfère à aucun parti politique et tient à rester résolument à l’écart de tous les discours extrêmes que le sujet peut parfois engendrer.

Rédacteurs du site : Rémi Manso,  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. Odette Terri,  Hélène Girard, Pierre Delacroix,  Gabrielle Lademande,  Didier Barthes

5/5) une action récente de Démographie responsable

Dimanche 30 octobre 2011, veille du 31 qui a été choisi comme date officielle du passage aux 7 milliards, l’association Démographie Responsable a organisé un rassemblement à Paris entre 10 et 17 heures. Deux banderoles de 4 mètres chacune avaient été déployées : « 7 milliards… et après ? » et « Démographie Responsable ». Vingt panneaux portant des textes très divers, traitant du rapport de la démographie avec l’actualité (Japon, Corne de l’Afrique, Haïti, Egypte), de notre propre pays (recul des terres agricoles, bétonnage, allocations familiales) ou encore portant nos 2 affiches et nos 2 pétitions (en français et en anglais).

Une vingtaine de militants, venus de tout le pays, avait répondu à l’appel et la météo était aussi au rendez-vous. De très nombreux dialogues ont été noués avec les passants, globalement réceptifs à nos arguments, mais aussi (assez rarement) opposés à nos idées. Nous devons aussi déplorer une violente attaque avec destruction de banderole de la part d’une personne semble-t-il un peu éméchée. Nos « anges gardiens » de la préfecture ont d’ailleurs eu l’occasion d’intervenir puisqu’un de nos membres a été frappé au passage. La chaîne Canal Plus était venue couvrir l’évènement et un reportage est d’ailleurs disponible sur son site :

http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid3847-c-la-nouvelle-edition.html?vid=536676&sc_cmpid=FBSharePlayer

On peut éventuellement regretter le style canal, mais après tout, c’est la 1ère fois que nous sommes visibles sur une chaîne de télé. Une petite interview a aussi été réalisée par la radio RMC. Quant aux autres médias invités : silence radio, les vacances scolaires expliquant en partie cette absence.

Dans tous les cas, ce rassemblement a été, de l’avis de toutes et de tous, très positif.

Michel Sourouille