Divine Sarah

23 janvier 2012,

Maxim’s, le célèbre restaurant de la Belle Epoque, s’est doté  depuis quelques mois, d’un théâtre, grâce à l’inventivité de son propriétaire, Pierre Cardin.
On y donne actuellement une pièce intitulée « Sarah Bernhardt, toujours! » joliment adaptée de l’autobiographie de la comédienne par Nicolas Laugero Lasserre, assisté par Sophie-Aude Picon, qui signent également la mise en scène.
Il s’agit d’un monologue d’une heure, où l’actrice, vieillissante, incarnée par Véronique Foucaud, se prépare dans sa loge à jouer Phèdre, en racontant sa vie au public.
Le texte est vivant, émaillé d’anecdotes savoureuses; il retrace l’enfance difficile de la comédienne, ses débuts fulgurants et sa gloire internationale:Sarah Bernhardt a fait une tournée triomphale en Amérique à la fin du 19ème siècle.
On découvre brièvement sa famille, sa vie libre, ses amis célèbres,mais surtout sa passion du théâtre, qui rythma toute son existence.
Véronique Fourcaud est parfaite dans le rôle: ton juste, élégance du geste, diction parfaite. Si sa ressemblance avec Sarah Bernhardt n’est pas évidente de prime abord, aidé par des projections de portraits de la comédienne, le spectateur la voit peu à peu s’incarner sous ses yeux.
Petit bémol à la clé de cet agréable moment, la salle de spectacle est mal conçue: la scène trop basse entraîne une mauvaise visibilité dès que la salle se remplit, et elle était heureusement pleine.

Michèle Valmont