Fou furieux

24 janvier 2012,

Il faut être fou furieux pour être candidat aux prochaines élections présidentielles. Il s’agit en effet de prétendre s’emparer d’un château de cartes qui s’écroule. Le château de cartes de l’économie et des finances. Ce qui leur donne sans doute du courage c’est qu’ils ne l’ont pas encore compris. On continue de préconiser d’absurdes remèdes pour gérer la dette, le chômage, le mal- être des sociétés et des individus , l’immigration, la surpopulation, etc… Le château de cartes va s’effondrer quoi que l’on fasse. Et cela va commencer par une explosion du chômage, ensuite par des ruptures dramatiques de la cohésion sociale.

Et pendant ce temps tous nos candidats,  sans aucune exception, continuent de prétendre ignorer les menaces qui pèsent sur la vie elle-même. Le désordre climatique qui s’installe, l’empoisonnement de l’air, de l’eau, de la terre, l’épuisement des ressources, la disparition d’écosystèmes, la dégradation de la biosphère…

On croit toujours qu’une invention technique miraculeuse va permettre de résoudre au dernier instant les problèmes dramatiques que nous affrontons. Les phrases fétiches sont : »L »humanité s’en est toujours bien tirée ». « On va relancer la croissance ».  Autrement dit des invocations dignes des plus absurdes manifestations religieuses du style , « Agenouillez-vous et priez, Dieu va vous sauver ». Une équipe de pseudo-philosophes se gausse du millénarisme, manière de rassurer le bon peuple qui ne demande que ça.

Avez-vous entendu Hollande dans son fleuve d’annonces et de promesses aborder l’écologie? Avez-vous entendu la dame aux lunettes rouges s’inquiéter du sort des abeilles, ou de l’absurdité du biocarburant? Et pendant ce temps le Concordia se rapproche de la côte. Les garçons de service à table hurlent « attention » et le commandant trinque avec des passagers.

Bonne journée.
Christophe Chelten