L’orgasme Hollande pour demain

14 mai 2012,

Par Lulu

C’est pour demain 15 mai. Sa capacité de rétention prostatique est remarquable.

On ne sait rien.

On en est au: « si j’étais à sa place ».

On peut encore rêver pendant quelques heures.

Je promulguerais très rapidement une loi pour formuler explicitement les droits des animaux. Ca ne coûtera rien et ça rapportera un immense bénéfice moral.

Si j’étais à sa place, je nommerais Eva Joly ministre à l’Eradication des Paradis Fiscaux avec des canonnières et des commandos de tueurs à sa disposition. Ce qui signifie bombarder Jersey, les îles Caïman, la Suisse et Bruxelles… sauf reddition immédiate, transfert des comptes et livraison des fuyards. Bénéfice: des centaines de milliards.

J’exigerais de l’ONU la fermeture immédiate des agences de notation qui n’ont aucune légitimité de droit international et servent seulement d’instruments de chantage. Bénéfice: des centaines de milliards

J’appliquerais la directive Alphonse Allais. Je repeuplerais les campagnes et crèverais les cancers urbains. Je reconstruirais les haies, j’interdirais la vente des produits de l’agriculture chimique qui bousillent la santé publique. Bénéfice: des centaines de milliards d’économie à la Sécu  et retour à l’autonomie vivrière.

Je fermerais toutes les centrales nucléaires et distribuerais des bougies en attendant l’autosuffisance grâce aux énergies alternatives: Soleil, vent, houle, compost, bioénergies… Bénéfice: une accélération brutale de la mise en place de ces énergies.

Je créerais des couloirs exclusifs pour les vélos dans toutes les villes et partout et jusque sur les autoroutes. Je mettrais tous les ministres à vélo, (on en a déjà vu), ainsi que les motards d’escorte. Bénéfice: Amélioration de la santé publique, silence, diminution de la pollution,  économie d’une énergie fossile en voie de raréfaction, le pétrole.

Je supprimerais définitivement la publicité sur les chaînes publiques de la télévision. Merci à Sarkozy d’avoir au moins commencé. Déficit: payé par les recettes des mesures précédentes.

J’enfermerais tous les économistes dans la bien nommée prison de la Santé, ne les libérerais que  lorsqu’ils se seraient mis d’accord entre leurs hypothèses contradictoires sur la croissance et sur l’austérité. Bénéfice: une simplification du discours pour le public qui n’y comprend rien jusqu’à ce point

Etc…

Demain nous serons hélas tous  » post coïtum animal triste« .

Lulu