Archive pour mai 2012

Le blogueur du dimanche

20 mai 2012,

En ce dimanche d’apesanteur, après la frénésie élective et en attendant celle des prochaines consultations, Georges, condamné à l’inaction par une sciatique pernicieuse, revient à sa chère  » Vie Brève ».
Il songe à l’écroulement inéluctable de la « Baliverna » européenne, il voit les bousiers roulant leur énorme boule de dettes  s’accroîssant  à mesure de leur marche.
Il déplore la disparition des rainettes, crapauds et tritons infectés par le Batrachochytrium dendrobatidis (in « Le Monde du 20/05/12) un champignon ubiquiste et cosmopolite venu par les chemins clandestins de la Mondialisation.
Les enfants n’iront plus pêcher les têtards à l’épuisette, ils regarderont mélancoliquement crever les bulles de méthane à la surface des mares mortes.

Coacher les coachs

19 mai 2012,

par Michèle Valmont

Le théâtre Mouffetard, programme une nouvelle pièce : « Building » de Léonore Confino, comédie grinçante sur le monde du travail en entreprise.

Mise à part la première scène, très réussie, qui se passe dans le métro, le spectateur se retrouve enfermé dans une tour vitrée de treize étages et va vivre une journée de travail avec trente employés, incarnés à tour de rôle par cinq comédiens. Le directeur général, dans un discours tarabiscoté hilarant, va préciser les objectifs de « Consulting conseil », entreprise chargée de coacher les coachs.

Le décor – très ingénieux avec ses éléments mobiles transformables – et les costumes sont blancs, gris et noirs, reflets d’un univers élégant et feutré.

Par un ascenseur astucieusement vitré, on passe d’étage en étage  des concierges à la comptabilité, de la cantine aux salles de réunions, des séances de coaching aux jeux de rôle, pour aboutir dans la soirée au « pot » du dernier étage .

Le huis clos est total, les personnages conditionnés comme l’air qu’ils respirent, rien de leur moi profond ne doit transparaître. Seule (suite…)

Prêts, partez

17 mai 2012,

Ouf, nous avons un gouvernement. Beaucoup d’inconnus. Ca rassure. Cela laisse des possibilités d’innovation. Certes le grand ministère de l’Ecologie est disparu mais on observe des foyers potentiels de changement. Nicole Bricq, Cécile Duflot, Pascal Canfin doivent nous surprendre.

Certes Jean-Marc Aéroport des Landes doit faire amende honorable. Ce sera là le témoin d’un changement effectif et pas seulement verbal. A suivre de près.

Christophe Chelten

L’orgasme Hollande pour demain

14 mai 2012,

Par Lulu

C’est pour demain 15 mai. Sa capacité de rétention prostatique est remarquable.

On ne sait rien.

On en est au: « si j’étais à sa place ».

On peut encore rêver pendant quelques heures.

Je promulguerais très rapidement une loi pour formuler explicitement les droits des animaux. Ca ne coûtera rien et ça rapportera un immense bénéfice moral.

Si j’étais à sa place, je nommerais Eva Joly ministre à l’Eradication des Paradis Fiscaux avec des canonnières et des commandos de tueurs à sa disposition. Ce qui signifie bombarder Jersey, les îles Caïman, la Suisse et Bruxelles… sauf reddition immédiate, transfert des comptes et livraison des fuyards. Bénéfice: des centaines de milliards.

J’exigerais de l’ONU la fermeture immédiate des agences de notation qui n’ont aucune légitimité de droit international et servent seulement d’instruments de chantage. Bénéfice: des centaines de milliards

J’appliquerais la directive Alphonse Allais. Je repeuplerais les campagnes et crèverais les cancers urbains. Je reconstruirais les haies, j’interdirais la vente des produits de l’agriculture chimique qui bousillent la santé publique. Bénéfice: des centaines de milliards d’économie à la Sécu  et retour à l’autonomie vivrière. (suite…)

Feulements féminins à la Comédie-Français

14 mai 2012,

Par Michèle Valmont

« La voix humaine » de Jean Cocteau, qui fut créée en 1927 à la Comédie-Française par Berthe Bovy, est actuellement reprise au Studio-Théâtre par Martine Chevallier dans une mise en scène de Marc Paquien.

Il s’agit du monologue d’une femme d’âge mûr rompant au téléphone avec son jeune amant qui se marie. Personnage classique du début du 20ème siècle, qui n’est pas sans rappeler la Maréchale du « Chevalier à la rose » d’Hofmannsthal ou la Léa du « Chéri » de Colette.

Bien qu’avertie de la situation inéluctable obéissant aux mœurs bourgeoises de l’époque, où un jeune homme « de bonne famille » devait faire son apprentissage amoureux avec une femme d’expérience avant de se marier conventionnellement en sacrifiant son initiatrice, la femme agrippée à son téléphone (suite…)