Je ronge le tapis

6 juin 2012,

par Lulu

En attendant le résultat des élections, on ronge le tapis. Les socialistes présentent des professions de foi au nom d’une majorité présidentielle, dans lesquelles l’écologie n’est pas mentionnée. Les écologistes sont invités à voter dans le noir, en rang par deux, que pas une tête ne dépasse. Taisez vous, vous n’êtes que de l’appoint de voix.

Les plus optimistes ou les plus crédules croient que l’écologie sera considérée une fois la majorité acquise à la Chambre. Ils ont oublié les illusions  mitterrandiennes. Mais enfin on ne sait pas. On verra.

En attendant, la ministre de l’écologie occupe une page entière du Monde pour ne rien dire. Certes tout ce qu’on pourrait dire ferait perdre des voix. On verra.

En attendant, on se paie au journal de vingt heures un exposé alarmant sur les petites particules résultant de la combustion des carburants diésel. De quoi vous dégoûter de respirer au ras du trottoir. Ces particules seraient aussi nocives que l’amiante. Entraineraient de dizaines de milliers de morts chaque année sans compter les chiens. Pourquoi a -t-on laissé les diésel monopoliser le parc automobile?

Personne n’est responsable, ni les constructeurs, ni les édiles. On envisage d’interdire les moteurs diésel dans les villes. On verra.

Le même soir sur Arte, la divine chaîne, on voit un film canadien « Survivre au progrès ». Il y a trop d’hommes sur la planète, qui pour deux milliards d’entre eux consomment trop de tout. Il faudrait réduire la population humaine à trois milliards si l’on veut préserver un niveau de vie modeste mais décent. On ne parle pas des chiens. L’espèce humaine est victime de son cerveau déséquilibré: encore  trop largement reptilien et doté d’un néo cortex difficilement gérable. Bref on verra.

Lulu