Attention « l’Ecologiste » est en kiosque

18 juillet 2012,

par Thierry Jaccaud, rédacteur en chef

Ah, l’illustration de couverture ! Son choix n’est jamais facile. Pour le premier numéro de L’Ecologiste paru fin 2000, son fondateur Teddy Goldsmith m’avait proposé, à moitié sérieux, de mettre le début du texte du premier article en guise de couverture ! Effectivement, nous avions (déjà) beaucoup de texte pour un nombre limité de pages et cela aurait permis de gagner de la place… Nous avons finalement choisi une photographie pour la couverture de ce premier numéro : un malheureux pêcheur au bord d’un lac surplombé de cheminées d’usines à Kabarache, au sud de l’Oural, l’une des villes les plus polluées du monde.

Referions-nous aujourd’hui une telle couverture ? Peut-être pas. Même si notre ligne éditoriale est inchangée – une société à taille humaine – nous préférons aujourd’hui mettre l’accent sur le beau et sur les solutions, tout en continuant de mettre à jour et de comprendre les nouveaux avatars de la société industrielle, et de les combattre.

Ainsi pour le numéro 37 de L’Ecologiste qui vient de sortir chez les marchands de journaux (juillet-septembre 2012), le thème du dossier « Revivre à la campagne » et l’illustration de couverture sont nettement plus optimistes qu’au tout début de ce millénaire, presque guillerets. Les illustrations à l’intérieur du magazine sont, nous l’espérons, belles. Mais dès le premier article du dossier,  le caractère dramatique du choix qui est devant nous est là. Consacré à la situation en Grèce, cet article rappelle qu’en juin dernier, ce sont une vingtaine de députés parfaitement néonazis ont été élus au Parlement grec avec 7% des voix. Heureusement, il y a une alternative. Ce n’est pas «l’économie verte » prônée par et pour les multinationales. En Grèce, l’exode urbain a commencé et, dans les campagnes, la solidarité s’organise.

Ce n’est évidemment pas la ville en soi qui pose problème, c’est sa démesure.  Ce ne sont pas les techniques à échelle humaine qui manquent vraiment, c’est toute une culture. Le dossier aborde l’un et l’autre sur une vingtaine de pages. Quant au hors dossier, sur une quarantaine de pages, il comprend de nombreux articles sur des thèmes variés. Si nous ne publions plus deux pages entières de références bibliographiques en petits caractères pour un article comme nous l’avions osé pour le premier numéro, nous fournissons toujours des notes et des références. Nous présentons des dizaines de livres venant de paraître. Et le numéro se conclut toujours par un billet d’Alain Hervé. Bref, nous essayons de fournir trimestre après trimestre une ample matière à réfléchir et à agir. Cela vous intéresse ? N’hésitez plus : abonnez-vous !

Thierry Jaccaud
L’Ecologiste, disponible en kiosque
www.ecologiste.org