Archive pour août 2012

Entretien “sauvage” sur l’Anthropocène

27 août 2012,

par Jacques Grinevald

de l’Université de Genève

Suite au 34e Congrès Géologique International qui s’est tenu en août (2012 A.D.) à Brisbane, en Australie, je présente ici, d’une manière un peu sauvage, ce que je pense du débat qui fait rage autour de ce terme d’ “Anthropocène” pour désigner “cette nouvelle ère dont nous sommes les héros” (Lorius et Carpentier, 2010). C’est un débat scientifique relativement récent, dans le sillage de “la révolution de l’environnement” et de “la crise écologique”. Il concerne notre responsabilité dans l’avenir de toute la Biosphère, donc dans “le destin de la Terre”, pour reprendre le titre du livre-choc de Jonathan Schell (1982) sur les conséquences planétaires d’une guerre nucléaire. Mais, malgré sa relative nouveauté, ce débat s’inscrit, bon gré mal gré, dans une (suite…)

Arnaud Montebourg, ministre du passé !

27 août 2012,

http://www….sortirdunucleaire.org/ <http://www.sortirdunucleaire.org/>

Nous reproduisons ici le dernier communiqué de Sortir du Nucléaire, pour donner le plus d’écho possible à cette déclaration, que nous qualifierons pour notre part de « sotte », pour ne pas dire « idiote ».

Nous avons en son temps soutenu Montebourg lors des primaires socialistes. Alors qu’il représentait peut-être une tendance qui promettait d’être innovatrice au PS. Ce fut une erreur.

Nous sommes non seulement inquiets mais atterrés par les déclarations des socialistes à propos de la croissance ou bien cette décision absurde et démagogique à propos du prix de l’essence. Un tel attardement mental nous prépare à de très vilaines heures.

Christophe Chelten pour Le Sauvage

Communiqué de presse  – 27 août 2012

Le Réseau « Sortir du nucléaire » proteste contre les propos d’Arnaud Montebourg et d’autres membres du gouvernement sur le nucléaire, qui témoignent une fois de plus, avant même la « conférence environnementale » de septembre prochain, que la remise en cause de cette technologie n’est pas à l’ordre du jour. (suite…)

Yannis Yfantis : un mystique païen

27 août 2012,

par Jean-Claude Villain *

Peut-être un jour un poète, un peintre, pourquoi pas un photographe, ou tout simplement un ami, fera-t-il le portrait de Yannis Yfantis en dieu Pan. La chose sera aisée tant elle paraît naturelle, tant à le découvrir l’homme évoque d’emblée ce dieu effrayant et magnifique, tant aussi l’œuvre de ce poète à part est en cohérence absolue avec son être physique et sensible, avec sa vie. Si sa tête chevelue, sa barbe caprine, son corps de faune peuvent dès l’abord mettre celui qui l’observe sur la voie du sens qu’il porte, la confirmation profonde en est à trouver dans la chair et l’esprit de ses poèmes, matrice essentielle dans laquelle il exprime avec finesse, connaissance et humour, le mysticisme païen qui le caractérise.
Au lecteur, fatalement imprégné du matérialisme pragmatique et désenchanté de l’univers moderne, il pourrait paraître anachronique, naïf et enfantin, de voir un poète mûr adopter une attitude quasi exclusivement mythologique pour exprimer sa façon de comprendre le monde et sa présence dans celui-ci.
La Grèce certes, a été depuis toujours une terre privilégiée d’immenses poètes, et pour parler par raccourci, d’Homère à Elytis, elle n’a cessé de fournir des références sensibles et conceptuelles, historiques et mythiques, esthétiques et éthiques, qui l’ont instituée comme référence majeure de ce que nous continuons à appeler « la civilisation ». Depuis Socrate comme le regrettait Nietzsche, le logos prit le pas sur le mythos, et les développements du verbe en général, de la parole (suite…)

Aventures en permaculture -6, LE FEU

25 août 2012,

par Ghislain Nicaise

6- Le Feu (La Gazette des Jardins n° 88, Novembre-Décembre 2009)

Il y a le bon feu de bois pour chauffer la maison en hiver et cuire les aliments, et le mauvais feu dehors en été, qui détruit la forêt et qu’il faut prévenir. Les deux m’ont occupé assez longtemps pour que je leur consacre une rubrique.

(suite…)

Permaculture à Paris

24 août 2012,

Lundi 27 août, le 18ème arrondissement  accueillera au Shakirail*,  une des plus grandes figures de la permaculture, l’australienne Robyn Francis.

La permaculture est souvent considérée comme à l’origine de la pensée qui a contribué à fonder le mouvement des villes en transition. Elle permet aux individus de créer des environnements de production fournissant de la nourriture, de l’énergie, du logement…  C’est une science utilisant des principes d’écologie et le savoir des sociétés traditionnelles pour reproduire la diversité, la stabilité et la résilience des écosystèmes naturels.

Le 27 août à partir de 18h30, Robyn Francis animera donc une conférence autour de la présentation de la permaculture, de la  transition et de la société future post-pétrole… suivie d’une collation/rencontre avec les participants. Cette soirée, organisée par Écobox et les jardins partagés d’IdF, se prolongera  ensuite dans un lieu alternatif de l’arrondissement.

Véritable légende vivante, Robyn Francis travaille depuis les années 70 à des projets de développement biorégional et communautaire  et enseigne lapermaculture depuis 1983. Elle a conçu le premier écovillage en permaculture de la Nouvelle-Galles du Sud (Australie). Son approche intégrée de la planification stratégique, appelée la Matrice éco-sociale, a influencé le département de la planification de la Nouvelle-Galles du Sud. Elle habite au nord de la Nouvelle-Galles du Sud, où elle dirige le Permaculture College Australia sur sa propriété, Djanbung Gardens, et elle est engagée dans des initiatives communautaires locales visant la sécurité alimentaire et la soutenabilité.

*Le Shakirail, 72 rue Riquet, M° Max Dormoy (ligne 12) ou Stalingrad (Lignes 2 et 5) – Pour plus de détails, contacter Jérôme (EcoBox) ecobox3@free.fr