« Ainsi va la vie »… de traviole

15 novembre 2012,

par Alain Hervé

André Langaney fréquente l’été les îles Chausey, au cœur des marées. C’est donc un homme estimable. En haut de la cale de débarquement, en attendant la vedette du courrier, on discute ferme du devenir de la planète. Ca ne l’inquiète pas trop. Il croit au progrès. Il croit au génie de l’homme.
A part cela André Langaney est un redoutable redresseur de torts. Il exprime ses griefs dans Siné Mensuel, dans le Courrier de Genève, ville où il enseigne. Langanay est  aussi anthropologue, généticien, éthologue et mieux encore un empêcheur de penser en rond. Jadis directeur du Musée de l’homme à Chaillot. Il en défendit le démantèlement en tenant une conférence de presse, nu. Nu comme l’homme.

Il est l’auteur du « Sauvage central » (1991), ce qui nous flattait, de «  l’Histoire naturelle de la sexualité » et de bien d’autres ouvrages définitifs ou provisoires.
C’est un coriace pugnace. Il en fait à nouveau la démonstration dans son dernier livre : « Ainsi va la vie » publié par le Sang de la Terre. On y retrouve d’abord le « Sauvage central » mais aussi un sauvage des contre allées de la science, de la philosophie, de la vie.

Langaney est un maître à penser. Il donne à penser à propos du darwinisme, du cerveau reptilien, de la douleur, de la télévision, de la pub, de la pédophilie, des tigres et de la mort du lapin…

C’est un mordant . On devient intelligent en lisant. On devient idiot quand on tente de suivre ses démêlés avec les journaux qui l’ont publié. Mais ces polémiques ne constituent qu’une part infime du livre. Offrez «  Ainsi va la vie » à vos amis endormis, vous allez les réveiller en sursaut.

Editions du Sang de la Terre 19,90€

A.H.