Archive pour juillet 2013

Thébaïde

31 juillet 2013,

 20713001-copie

Des nouvelles de Georges nous parvenaient sporadiquement de sa Thébaïde du bout du monde:

Des passages anormaux de migrateurs déboussolés, d’étranges phénomènes célestes, des configurations d’étoiles inattendues , des échouages de poissons des abysses, de calmars luminescents, de narvals aux yeux pers…
Il disait aussi sa tranquillité d’âme et qu’il déchiffrait les nuages, en attendant.

Où il est question de l’aurore aux doigts de rose et de la mer vineuse…

29 juillet 2013,

6713001---copie
Vacances. Relire l’Odyssée dans la traduction de Philippe Jaccotet (éditions la Découverte…

Rappel

28 juillet 2013,

Bridget-Kyoto1

 

 

En attendant qu’elle passe en prime time sur TV Ecolo, vous pouvez toujours soutenir Bridget Kyoto, et pour les radin-e-s savourer ses sketches gratuitement sur internet.

Aventures en permaculture – 14, NOISETTES ET NOIX

28 juillet 2013,

par Ghislain Nicaise

14- Noisettes et noix (d’après La Gazette des Jardins n° 95, janvier-février 2011)

Il faut manger du gras

Nous avons besoin de lipides, les matières grasses « fournissent de l’énergie, contribuent à la régulation de la température corporelle, de même qu’à la synthèse des hormones et à la fertilité, apportent des acides gras essentiels, permettent l’absorption des vitamines A, D, E et K, procurent un sentiment de satiété, rehaussent la saveur et la texture des aliments, donnent de l’éclat au teint et à la chevelure, etc. » (suite…)

Voyage dans le futur en Normandie

27 juillet 2013,

butte Bec HellouinCe n’est pas la permaculture extrême de Masanobu Fukuoka ou du jardin-forêt des Fraternités ouvrières mais c’est une production durable de nourriture saine sur de toutes petites surfaces et c’est en France, près de Rouen.

LA MÉTHODE DE LA FERME DU BEC HELLOUIN POUR LES MARAÎCHERS

Produire beaucoup sur un petit espace, fournir en légumes l’alimentation de 1000 individus par la culture d’un terrain dont la superficie n’en nourrirait pas 50 si l’on y appliquait les procédés ordinaires, et si l’art ne venait pas en aide à la nature, tel est le problème posé chaque jour à la culture maraîchère des environs de Paris, et le problème a chaque jour sa solution. (suite…)