« Comme un arbre penché » Théâtre La Bruyère

28 janvier 2014,

par Michèle Valmontcommeunarbrelabruyere2

C’est à une belle histoire d’amitié que nous convie le Théâtre La Bruyère avec la pièce de Lilian Lloyd « Comme un arbre penché », d’après une idée de Michel Leeb.

Après douze ans de brouille, Louis et Philippe, amis d’enfance, se retrouvent dans des circonstances dramatiques puisque Philippe est frappé d’un locked-in symdrom : tout en percevant parfaitement tout ce qui l’entoure, il ne peut communiquer qu’en battant des paupières. Louis va donc s’évertuer, avec l’aide d’une infirmière, à remonter devant lui le cours de sa vie, de leur vie, en s’efforçant de comprendre, à travers leur ancienne complicité, ce qui a pu les séparer et les mener à leur présent douloureux. Au fil de ses visites, il évoque des femmes, des amours perdues, des arbres penchés dans la cour, sur une tombe…

Rassurez-vous, si la situation est tragique, la pièce, elle, ne l’est pas. Pleine de rebondissements, de drôlerie, de sensibilité, elle met en scène un Louis prêt à tout pour distraire son camarade (joué par Patrick Bentley), omniprésent de dos mais évidemment silencieux. Par contraste, on rit aux interventions téléphoniques de la mère juive possessive de Louis qui constitue en quelque sorte un quatrième personnage, absent mais bavard. La seule véritable interlocutrice de Louis est Mathilde, l’infirmière, attentive et présente, délicieusement interprétée par Gersende Perrin. Quant à Francis Perrin, il est tout simplement époustouflant. Jonglant d’un registre à l’autre, de la colère à la gaieté, de la tendresse à la maladresse, il donne vie à son personnage écorché par la vie, enfermé dans sa solitude comme son ami l’est dans son corps.

La mise en scène claire et efficace de Jean-Luc Tardieu contribue à la réussite de l’ensemble.

Ce spectacle est un beau moment d’émotion.

 

Michèle Valmont

 

Théâtre La Bruyère : 01 48 74 76 99