Le mot de la fin

28 octobre 2014,

« On ne construit pas un barrage sur un cadavre » Noël Mamère