Reconnaissons les « criminels climatiques »

18 décembre 2014,

par Alain HervéUnknown
Nous avons eu des » criminels de guerre » responsables d’atrocités commises contre des êtres humains. Nous découvrons avec effarement l’attitude de nos guignols politiques devant les avertissements que leur envoie la communauté scientifique. En particulier par le GIEC mandaté par l’ONU pour étudier l’évolution du climat sur la planète Terre. Les résultats de la Conférence de Lima sont éloquents. Chaque nation défend d’abord et seulement ses privilèges et prétend ignorer le diagnostic global. Des mesures dérisoires seraient prises pour faire en sorte que la température ne dépasse pas 2° d’augmentation en 2050. On barbote dans les chiffres et les statistiques pour dissimuler l’extrême pauvreté des décisions pratiques. Les antagonismes nord/sud, développés/en voie de développement, droite/gauche… prévalent sur une réflexion commune mondiale. Les Français organisateurs de la conférence de Paris en 2015 s’efforcent d’obtenir des avancées par vanité nationale. Cette année 2015 sera chaude d’abord en termes de courage devant l’inertie des gouvernements. Ce sont les citoyens de la planète qui vont devoir manifester pour que des décisions efficaces soient prises. Au lendemain de Lima, on voit Jean-Claude Juncker rayer des tâches de la Communauté européenne les priorités écologiques concernant l’air et les déchets. Regardez le, cet homme « sérieux », bien peigné, cravaté est un …

A.H.