Eh eh la ministre du nucléaire est arrivée…éée

16 janvier 2015,

par Alain Hervé

Jean- Baptiste Pache

Jean- Nicolas Pache

Areva peut se féliciter d’avoir trouvé une propagandiste inattendue pour l’ aider à vendre sa quincaillerie mortifère.

Portant le titre de « Ministre de l’écologie », on pourrait s’attendre à ce qu’elle ait compris ce que cela signifie. Ecologie, cela signifie compréhension de l’univers vivant et repositionnement de l’homme, non plus en tant que prédateur aveugle de la nature mais en gestionnaire. Gigantesque programme qui remet évidement en cause toutes les politiques antérieures de logique purement économique. Entre autres la fringale énergétique qui a saisi notre espèce depuis un siècle et demi. L’alibi d’une énergie qui serait propre par rapport au brûlage des combustibles fossiles ne tient pas, pour deux raisons. D’abord nous devons utiliser de moins en moins d’énergie dans une économie contrainte au refroidissement, pour ne pas dire à la décroissance. Ensuite le rêve d’une énergie nucléaire propre, formulé dans les années 1945 n’a plus aucun sens depuis les désastres  de Tchernobyl et de Fukushima.
Qui ne font qu’annoncer de plus grands désastres. On n’ose imaginer les conséquences d’une attaque terroriste sur le centre de gestion des déchets nucléaires de la Hague un jour de fort vent d’ouest.

Qu’une ministre de l’écologie vienne prévoir un avenir à cette énergie hasardeuse, est stupéfiant. Cette promotion inattendue évoque la trajectoire d’un personnage curieux de l’histoire de France, Jean-Nicolas Pache, amateur botaniste rousseauiste, propulsé ministre de la Guerre pendant la Révolution, puis maire de Paris, sans posséder la moindre compétence pour exercer ces fonctions, seulement propulsé par les opportunités politiques.

Ségolène Royal a la réputation d’être intelligente et je crois qu’elle l’est, mais manifestement elle n’a jamais pris la mesure de l’étendue de ses responsabilités en tant que représentante de l’écologie dans un gouvernement, à ce moment précis de notre histoire. L’analyse écologique doit prévaloir sur toute autre dans le processus décisionnel du gouvernement. Elle est devenue le personnage le plus important de la République aujourd’hui, dans la mesure où elle doit gérer le bouleversement climatique. Le président et le premier ministre tentent de gérer l’actualité effervescente d’aujourd’hui, la ministre de l’écologie est responsable du lendemain et de l’avenir.

Profiter de l’émotion de « Je suis Charlie « pour lancer cette annonce incongrue est particulièrement inconvenant. Heureusement cette annonce absurde ne verra jamais le jour car le moment venu, on ne trouvera jamais les fonds nécessaires pour la réaliser.

Eh eh Zorra est arrivée sans se presser la grande Zorra avec son cheval et son grand chapeau….

(Avec toutes nos excuses à Henri Salvador pour le détournement de sa fameuse chanson;)

A.H.