Archive pour février 2015

Bernard Maris vous parle de consommation

27 février 2015,

I shop therefore I amBernard Maris : « …la surproduction survalorise la consommation et exacerbe les besoins. L’idéologie de la croissance dit, avec une horrible simplicité, qu’il faut travailler beaucoup pour acheter beaucoup. Et c’est reparti vers les voitures, les téléviseur, les téléphones, la micro-informatique et les médicaments, inutiles à 80 %. Derrière ce grand ronflement de la production-consommation, cette chaudière qu’est devenue la croûte terrestre, se cache une énergie, le pétrole, incroyablement bon marché. Elle part en fumée et en gaz à effet de serre, elle permet aussi bien de fabriquer des ordinateurs que de transporter par avion des pommes ou des fraises du Chili, pour les proposer sur les marchés parisiens à des prix dérisoires…

On est en plein dans la fable romaine « des membres et de l’estomac » : les membres se révoltent et quittent l’estomac, ce paresseux qui s’engraisse à leurs dépens. Peu à peu les membres dépérissent, car l’estomac ne leur transmet plus d’énergie et ils reviennent vite se souder au corps. (suite…)

Encore Hune…

27 février 2015,

771001

La librairie « La Hune » va fermer, vaincue par les assauts de la Mode-fric. Les Marques, leurs banquiers et leurs mécènes visent maintenant  l’église Saint-Germain des prés, toute proche, dont le ratio: prix du m2/chiffre d’affaires n’est pas fameux…

Salon

25 février 2015,

livres J.CaplatNous  avons lu sur le site des Journalistes Ecrivains pour la Nature et l’Ecologie un éditorial de circonstance de Jacques Caplat paru le 24 février 2015 (en plein Salon de l’Agriculture) sous le titre Agriculture et environnement : la cause semblait entendue…

La cause semblait entendue…
De plus en plus d’études démontrent les ravages causés par les pesticides sur la santé humaine et environnementale (abeilles et pollinisateurs sauvages, sol, eau…), tandis que des paysans, notamment en agriculture biologique, font la preuve de l’efficacité de techniques alternatives. Les travaux des éthologues comme des économistes prouvent que l’élevage industriel est à la fois un scandale éthique et un terrible destructeur d’emplois. Les dernières statistiques établissent que les OGM n’apportent aucun bénéfice économique aux agriculteurs, augmentent leur dépendance vis-à-vis de l’agro-industrie et conduisent au développement de plantes ultra-résistantes puis à l’augmentation des doses de pesticides.

L’actualité de la lutte contre le dérèglement climatique (suite…)

Non aux fermes-usines

20 février 2015,

Non à l'industrialisation.redSur le site de la Confédération Paysanne,

Carte de l’industrialisation de l’agriculture : Une dérive destructrice pour les paysans. 19.02.2015

Il y a donc une réelle intention de livrer notre métier aux mains d’industriels plus soucieux de leurs parts de marché que de l’emploi, de l’alimentation ou de l’environnement. L’exemple de la pieuvre Sofiprotéol (avec sa nouvelle entité Avril) est particulièrement parlant. Producteur d’aliments, fournisseur de conseils et de débouchés, financeur, la société du Président de la FNSEA* s’accapare la production et la valeur ajoutée au mépris des paysans. Mais cette carte n’est que la partie immergée d’un énorme iceberg. Quotidiennement, les paysans sont poussés par la profession agricole, les banques et les politiques vers l’agrandissement, la modernisation à outrance et la déconnexion de leur métier, accentuant leurs difficultés.

(suite…)

Denis Baupin interpelle le gouvernement sur l’enfouissement des déchets nucléaires

14 février 2015,

par Christophe Chelten

Denis Baupin

Denis Baupin

Où allons nous si les écologistes interpellent le gouvernement (le 12 février 2015) à propos de l’enterrement des déchets nucléaires à Bure en Champagne en pleine Assemblée Nationale?

Les grands hâbleurs de l’écologie Duflot et Placé ne nous pas habitués à ce genre d’intervention crue. Ils ont mieux à faire. Eux ils font de la politique.

Nous trinquons au champagne radioactif !

Car Bure n’est pas le seul site en Champagne ou l’on entrepose des déchets nucléaires.

A la vôtre.