Virginie Hocq , Théâtre de Paris, Salle Réjane

27 mars 2015,

par Alain Hervévz-7638FBB4-BE00-4B28-A010-47737A805F69

Cette comique belge a un talent fou. Elle est belle. Elle est intelligente. On pourrait ajouter « très » pour ces deux qualités. Son nouveau spectacle  « Sur le fil de la vie » comporte une dizaine de sketches; Elle nous emporte de l’hôtesse de l’air à la femme de Cro-Magnon, du danseur russe à la bourgeoise en partouze.

Elle a développé un art très particulier de jouer avec distinction de la vulgarité. Elle parvient à s’enlaidir avec virtuosité. Seule petite critique, elle en fait un peu trop dans le pipi caca, vomi, puanteur. Son personnage le moins réussi est Marie-Antoinette. Le plus réussi l’épouse qui raconte que son mari découpe des femmes à la tronçonneuse dans la cave.  Mais on lui pardonne tout pour sa phénoménale vitalité, pour son crépitement verbal. Elle doit être épuisée à la fin de son spectacle. Nous, nous sommes ravis. On se demande si elle joue sa propre vie comme son spectacle. Il paraît que les comiques sont des bonnets de nuit at home.

On aimerait la comparer au plus admirable comique belge Raymond Devos. Elle atteint sa virtuosité dans un registre complètement différent.