La faute d’Antoine

2 avril 2015,

Tout peut changerpar Ghislain Nicaise

J’ai la plus grande sympathie pour Antoine de Caunes, j’apprécie son sens de l’humour, son intelligence et l’aisance avec laquelle il mène Le Grand Journal sur Canal + (en clair – je ne suis pas abonné, essayant de passer le moins de temps possible devant l’ancêtre d’Internet) mais il m’a déçu et attristé lundi 31 au soir. J’ai laissé passer la date du 1er avril pour qu’il n’y ait pas d’équivoque sur ma critique. Il avait la chance d’avoir sur son plateau, à côté de José Bové (très à l’aise) la journaliste-essayiste-militante canadienne Naomi Klein, admirable à plus d’un titre. Naomi Klein, que nous avons déjà présentée sur ce site, était là pour la parution de son dernier livre « Tout peut changer ».

Prétextant que les écologistes français portaient la moustache, il lui a fait mettre une moustache en carton, José Bové à côté n’en avait bien entendu pas besoin. Cette moustache collée à contre-coeur amoindrissait le message fort que Naomi Klein portait sur ce plateau de télévision. Impossible pour moi de ne pas penser que cette pitrerie était un signe d’Antoine aux maîtres de la World Company qui lui versent son salaire : « vous voyez, j’invite des personnes subversives mais je maîtrise la situation, je ne compromets pas Canal avec le gaucho-écologisme ». Le gag n’était pas bon, Antoine qui est un excellent professionnel, le savait, alors quelle autre raison ?