Archive pour septembre 2015

Plaidoyer pour les arbres

27 septembre 2015,

 

thPar Roland de Miller

Jadis dans nos campagnes, les bienfaits des arbres et des haies ne se limitaient pas à leurs fonctions utiles par rapport au ruissellement, à l’érosion, au régime des vents ou aux productions végétales : l’arbre, et notamment le vieil arbre, était reconnu comme créateur de joie et de beauté. Cheminer sur une allée ombragée est un vrai bonheur. Tout ce qu’il y a en nous de désir de joie, de capacité d’émotion esthétique et d’amour de la liberté trouve dans les arbres un objet dont la satisfaction ne s’épuise jamais. Ils sont des marqueurs de l’espace, comme l’ossature, l’ancêtre et la mémoire d’un paysage, ils donnent au village sa physionomie propre, ses repères, son écrin de verdure. À vrai dire, ils font partie de notre famille, ils sont liés à nous, individus d’une (suite…)

Declaration d’interdépendance

24 septembre 2015,

couverture manifeste convivNous avons lu ce manifeste, que vous pouvez signer, dont l’abrégé est reproduit ci-dessous et dont vous pouvez télécharger la version complète en pdf.       Le Sauvage

ABRÉGÉ DU MANIFESTE CONVIVIALISTE

Jamais l’humanité n’a disposé d’autant de ressources matérielles et de compétences techniques et scientifiques. Prise dans sa globalité, elle est riche et puissante comme personne dans les siècles passés n’aurait pu l’imaginer. Rien ne prouve qu’elle en soit plus heureuse. Mais nul ne désire revenir en arrière, car chacun sent bien que de plus en plus de potentialités nouvelles d’accomplissement personnel et collectif s’ouvrent chaque jour.

Pourtant, à l’inverse, personne non plus ne peut croire que cette accumulation de puissance puisse se poursuivre indéfiniment, telle quelle, dans une logique de progrès technique inchangée, sans se retourner contre elle-même et sans menacer la survie physique et morale de l’humanité. Les premières menaces qui nous assaillent sont d’ordre matériel, technique, écologique et économique. Des menaces entropiques. Mais nous sommes beaucoup plus impuissants à ne serait-ce qu’imaginer des réponses au second type de menaces. Aux menaces d’ordre moral et politique. À ces menaces qu’on pourrait qualifier d’anthropiques.

Le problème premier

Le constat est donc là : l’humanité a su accomplir (suite…)

Les mensonges d’EDF ne sauveront pas le climat !

24 septembre 2015,

IMG_1400Réseau « Sortir du nucléaire »

Communiqué de presse  – 24 septembre 2015

Greenwashing d’EDF en prévision de la COP21 : le Réseau « Sortir du nucléaire » porte plainte devant le Jury de Déontologie Publicitaire

À l’approche de la COP21, EDF, sponsor officiel de cet événement, a lancé une grande campagne de publicité pour se présenter comme le « Partenaire officiel d’un monde bas carbone ». Celle-ci fait l’éloge de sa production d’électricité qui, grâce au nucléaire, serait « à 98% sans CO2 ».  Pour dénoncer cette communication fallacieuse, le Réseau « Sortir du nucléaire » porte plainte devant le Jury de Déontologie Publicitaire. Cette plainte s’accompagne du lancement d’une pétition.

EDF n’est pas le « partenaire d’un monde bas carbone » !

Dans le contexte de la conférence mondiale sur le climat qui se tiendra à Paris fin 2015 (COP21), EDF tente de se présenter comme un acteur vertueux, en pointe dans la lutte contre le changement climatique. Alors qu’elle exploite 16 centrales à charbon dans le monde et représente la 19e entreprise mondiale la plus émettrice de gaz à effet de serre, EDF se targue d’agir « partout où [elle] est présente » pour une électricité « décarbonée ». Comment ne pas être scandalisé par cette affirmation, quand on sait que les émissions mondiales d’EDF représentent 80 millions de tonnes de CO2 par an [1] ?

EDF ment : son électricité n’est pas « à 98 % sans CO2 » !

EDF met en exergue un prétendu bilan de « 98% d’électricité produite en France sans CO2 ».  Rien n’indique quel calcul a permis d’obtenir ce chiffre, mis en avant pour présenter comme vertueux le (suite…)

Brève de climat 5

20 septembre 2015,

Vous pouvez télécharger ici une brochure facile à lire et néanmoins percutante. Extraits :

Un taux de croissance annuel du stock de carbone dans les sols de 4 po4 pour 1000ur 1000 permettrait de stopper l’augmentation de la concentration de CO2 dans l’atmosphère. …une augmentation, même infime, du stock de carbone des sols agricoles (y compris les prairies et pâtures) et forestiers est un levier majeur pour améliorer la fertilité des sols et la production agricole et participer au respect de l’objectif de long terme de limiter la hausse des températures à +1,5/2°C, seuil au-delà duquel les conséquences induites par le changement climatique seraient d’une ampleur significative.

Chiffres clés

– 24 % des sols mondiaux sont dégradés à des degrés divers, dont près de la moitié des sols agricoles [source: Bai et al., 2013]

– il y a 1 500 milliards de tonnes de carbone dans la matière organique des sols mondiaux, plus de deux fois le carbone du CO2 atmosphérique [source : GIEC, 2013]

– 1,2 milliards de tonnes de carbone par an pourraient être stockées dans les sols agricoles (cultures et prairies) soit un taux annuel de stockage d’environ 4 pour 1 000 par rapport à l’horizon de surface du sol [source : GIEC, 2014].

– ente 24 et 40 millions de tonnes de grain supplémentaires pourraient être produits chaque année en Afrique, Asie et Amérique du Sud en stockant une tonne de matière organique par hectare [Lal , 2006].

Le Sauvage

Aventures en permaculture 23 -Excursion dans le futur en Normandie

12 septembre 2015,

par Ghislain NicaiseBec.Pancarte.Fig.1

Un projet longtemps reporté

En juillet 2013, nous avons laissé la plume (le clavier si vous préférez) à Perrine et Charles Hervé-Gruyer pour vous présenter leur expérience de microferme hyper-productive en Normandie. En octobre 2014, j’ai eu le plaisir de saluer la parution de leur livre,  le premier livre relatant cette expérience. Ce que je n’ai pas dit c’est qu’en 2012 je m’étais inscrit pour une de leurs formations et qu’impressionné par deux épisodes rapprochés d’arythmie cardiaque, je m’étais rétracté, assez peu glorieusement. Depuis cette date, je vais bien, j’ai fait mon stage de « design » (1) plus près de mon cardiologue, et je couve le projet d’aller voir pour de bon la ferme du Bec Hellouin.  Un voyage organisé par Carine Mayo (2) m’en a donné l’occasion, le 8 septembre. Je vais essayer de vous en faire un récit personnel, sans trop répéter la présentation probablement plus exhaustive et rationnelle déjà publiée sur notre site.

Là tout n’est qu’ordre et beauté

La ferme est nichée dans un vallon quasi-utérin. (suite…)