Sncf et Expérimentation sur l’être humain

5 février 2017,

par Louis-Gabriel PeynichouUnknown

Bigre voila un titre qui fait froid dans le dos.
De quoi s’agit il ?
Je cite:  »L’une des missions d’IDTGV est d’explorer de nouveaux horizons ». A ce titre, IDTGVMAX avait été imaginé, il y a 2 ans, comme « une expérimentation dans le domaine de l’illimité »
Il y a effectivement 2 ans, 10 000 personnes, les premiers inscrits, eurent droit à une carte pour voyager de manière illimitée sur une partie du réseau IDTGV.
Enfin, presque. Ramenons cela à des proportions plus compatibles avec l’esprit SNCF.
D’abord, seul le haut d’une seule voiture dans la plupart des cas était accessible. Donc, si l’idée pour des gens de la région parisienne consistait à passer des week-end aux bords de la méditerranée, il valait mieux oublier. Les trains en direction du sud étaient toujours complets: du vendredi au samedi vers le sud et du dimanche au lundi vers le nord.
En revanche, d’autres usages avaient vu le jour.
Dans mon compartiment par exemple, le jour où nous avons reçu le mail qui nous donnait congé, nous avons raconté chacun à notre tour en quoi ce nouvel usage du TGV avait changé nos vies
En face de moi un jeune avocat parisien avait pris la décision de quitter Paris pour la Côte d’Azur. N’ayant pas d’attache sur place il consacrait 2 jours par semaine, quand il avait du temps disponible, pour se créer un réseau professionnel. La souplesse de la réservation en ce qui concerne notre abonnement, lui permettait ce genre d’emploi du temps au jour le jour.
Une jeune femme, professeure de philosophie, avait accepté un poste d’enseignante avec peu d’heures dans le Sud.
Un salarié de la région marseillaise avait aménagé son temps de travail de manière à aider dans leur vie quotidienne ses parents âgés et handicapés domiciliés à Paris.
Enfin moi qui, bien que vivant à Paris car mon épouse travaille encore, profite de ma retraite pour relancer l’oliveraie de mon grand père. La production, pour l’instant en tous cas, ne dépasse pas 20 litres d’huile annuel… Pas de quoi payer des voyages au prix fort !
Et ainsi sans sommations, avertis par un simple courriel, voilà que tous ces braves gens vont devoir du jour au lendemain mettre fin à leurs projets.
Et puisque nous en sommes à l’aspect financier, essayons de voir de quoi nous parlons : 10 000 personnes payaient environ 65 euros tous les mois donc pour IDTGV sur l’année 65O OOO par 12 mois soit 7 800 000.
IDTGV est une filiale de la SNCF dont le déficit se compte en dizaine de milliards d’euros qui seront à la charge des citoyens : nous.
On comprend qu’avec un tel train de vie, on méprise environ 8 millions d’euros. Mais tout de même, cette demi voiture ne coûtait rien a la compagnie puisque les trains étaient très rarement complets.
Alors, m’autoproclamant porte parole de mes compagnons de voyage, je m’interroge sur les raisons de détruire un service qui fonctionne ?
Outre qu’il est un peu cavalier, et nous revenons au titre de ces quelques lignes, de manipuler la vie quotidienne des usagers de la SNCF à des fins expérimentales.
Je profite de l’occasion pour transmettre un message personnel au certainement brillant manager qui, à l’occasion de la réunion où a été décidé de liquider ce service sans autre forme de procès, a probablement dit:
 »De toutes manières j’ai veillé à ce que le contrat qui nous lie à eux soit léonin, ils sont à poil et ils ne pourront rien faire »
Le message est le suivant, les conflits modernes se jouent et sur le terrain et sur les médias. La guerre d’Algérie et la guerre du Viet Nam entre autres ont montré comment on peut perdre une guerre tout en la gagnant sur le plan strictement militaire.
Je suis sûr que l’on doit pouvoir trouver sur internet des résumés de livres de stratégie qui expliquent cela très bien, sans tous ces mots compliqués qui rendent trop souvent la lecture si difficile.

Mais plus sérieusement pourquoi s’arrêter en si bon chemin je parie 3 litres d ‘huile d’olive de mes oliviers qu’il y a entre 1 et 2 millions de personnes en France qui sont prêtes à débourser 100 euros par mois pour circuler librement en train.
Voila de quoi commencer à rembourser une dette même abyssale : 1 millions multiplié par 100 multiplié par 12 cela fait 1 milliard deux cent millions …
Comme quoi respecter l’usager, comme l’on dit à la SNCF et gagner de l’argent, peut parfois aller de pair!
LGP.