Les recettes de Jésus à table

20 août 2017,

Nous vous proposons pour égayer la fin de l’été, les érudites bonnes feuilles d’un livre à paraître à la rentrée aux éditions du Petit bout de la lorgnette. (à suivre)

par Gabriel Peynichou

Si l’on considère l’origine sociale du Christ et les protéines animales communément consommées en Galilée à son époque, on peut être sûr que les sauterelles faisaient partie de son régime alimentaire.

Il est dit dans le Nouveau Testament que Saint Jean le Baptiste s’en nourrissait, accompagnées de miel sauvage.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu – Chapitre 3  

En ces jours-là, paraît Jean le Baptiste, qui proclame dans le désert de Judée :« Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche. »

Jean est celui que désignait la parole prononcée par le prophète Isaïe : Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers.

Lui, Jean, portait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins ; il avait pour nourriture des sauterelles et du miel sauvage.

Si ce saint vous inspire particulièrement, il est possible de vous recueillir sur la seule relique connue le concernant, en l’occurrence sa tête, qui se trouve dans la grande mosquée des Omeyyades de Damas. Mais même hors du désert, les sauterelles faisaient partie de l’ordinaire du peuple juif. Ils les préparaient de différentes manières. Quelquefois ils les faisaient simplement rôtir. Sous cette forme, la sauterelle, dit un voyageur, est un mets agréable au goût rappelant celui des petites écrevisses de mer. Certaines préparations étaient plus élaborées : quand elles apparaissaient en grand nombre, sous la forme de nuage, on les faisait sécher au soleil puis on les passait dans un moulin. Après avoir mélangé les sauterelles en poudre à de la farine, on en faisait une sorte de pâtisserie que l’on servait avec du miel.

J’ai mangé des sauterelles frites dans l’huile, au Mexique. Avec de la bière locale elles sont une alternative originale aux cacahuètes. Aujourd’hui en France, il est possible de se procurer des insectes comestibles et plus particulièrement des sauterelles, en recherchant dans certains sites spécialisés sur le net. La recette qui suit peut donc être réalisée avec ces habitants sautillants de nos prairies. On peut même les chasser soi-même si l’on est un peu sportif. Mais comme l’a dit notre voyageur, la sauterelle est acceptable dans la mesure où son goût rappelle celui des petites écrevisses de mer. Ainsi, si vous ne trouvez pas de sauterelles, procurez-vous des crevettes ou de petites écrevisses.

A moins que vous ne soyez très scrupuleux, car avec ces crustacés nous nous heurtons aux interdits alimentaires du peuple juif ; les crevettes ou les écrevisses, ainsi que les autres habitants des mers sans écailles ou sans nageoires sont considérés comme impurs ainsi que l’énonce l’ancien testament.

Lévitique-11

« Voici les animaux dont vous mangerez parmi tous ceux qui sont dans les eaux. Vous mangerez de tous ceux qui ont des nageoires et des écailles, et qui sont dans les eaux, soit dans les mers, soit dans les rivières. Mais vous aurez en abomination tous ceux qui n’ont pas des nageoires et des écailles, parmi tout ce qui se meut dans les eaux et tout ce qui est vivant dans les eaux, soit dans les mers, soit dans les rivières.…»

Dieu merci, le Nouveau Testament, la lumière qui nous guidera tout au long de cette aventure gastronomique, va nous aider :

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 15.10 à15.20  

Et ayant appelé à lui la foule, il leur dit : Écoutez et comprenez  

Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme ; mais ce qui sort de la bouche, c’est là ce qui souille l’homme.  

Alors ses disciples s’approchant, lui dirent : Sais-tu que les pharisiens, en entendant ces paroles, ont été scandalisés.  

Mais il leur répondit : Toute plante que mon Père céleste n’a point plantée sera déracinée.  

Laissez-les ; ce sont des aveugles conducteurs d’aveugles. Que si un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous deux dans la fosse.  

Et Pierre, prenant la parole, lui dit : Explique-nous cette parabole.  

Sur quoi il dit : Vous aussi, êtes- vous encore sans intelligence ?  

Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans la bouche va dans le ventre et est rejeté au lieu secret ?  

Mais ce qui sort de la bouche vient du cœur ; et c’est là ce qui souille l’homme.  

Car du cœur sortent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les fornications, les larcins, les faux témoignages, les calomnies.  

Ce sont ces choses-là qui souillent l’homme ; mais de manger sans s’être lavé les mains, cela ne souille point l’homme.  

Donc, va pour les crevettes ou les petites écrevisses ! D’ailleurs des homosexuels américains, à qui on avait opposé l’argument selon lequel leurs mœurs étaient condamnées par la Bible, avaient répondu que celui qui cite la Bible se doit lui-même d’en suivre les préceptes. En conséquence, ils manifestèrent ironiquement pour faire interdire les crevettes considérées dans le Lévitique comme une abomination. Ils brandissaient à cette occasion des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « God hates shrimps ».

Plat de lentilles aux sauterelles ou (et) aux crustacés

Pour 4 personnes, il faut une douzaine de crevettes moyennes crues, ou de petites écrevisses de mer bio si possible avec éventuellement des sauterelles. Après les avoir faites revenir dans de l’huile d’olive et beaucoup d’ail, on les débarrasse de leurs carapaces et on les préserve. Dans la casserole où elles sont revenues et où demeurent les carapaces, les têtes et l’ail, on ajoute un litre d’eau et éventuellement quelques anchois à l’huile. Il faut faire bouillir le tout environ 20 minutes. Dans ce bouillon, on fait cuire 500 grammes de lentilles. Puis on passe le contenu de la casserole au presse-purée en ajoutant et on ajoute du sel et du safran à la cette purée de lentilles aux crevettes ou sauterelles obtenue.

Soyez rassurés, l’usage du safran n’est pas un anachronisme car grâce à Wikipedia, nous savons que: « L’histoire du safran, dans sa culture et son usage, remonte à plus de 3500 ans et traverse plusieurs cultures, continents et civilisations. Des légendes grecques anciennes décrivent des marins sans peur embarquant pour des voyages longs et périlleux dans les terres éloignées de Cilicie, d’où ils pensaient pouvoir ramener ce qu’ils considéraient comme étant le safran le plus précieux du monde. La légende la plus connue sur le safran est celle décrivant l’histoire de Crocus et Smilax : Crocus, jeune et bel homme, suit la nymphe Smilax dans les bois près d’Athènes. Durant leur courte période d’amour idyllique, Smilax est sous le charme de ses avances puis commence à se lasser de ses attentions. Comme Crocus insiste malgré ses réticences, elle en vient à l’ensorceler, transformant le jeune Crocus en fleur de safran, ses stigmates orange flamboyant symbolisant sa passion immortelle pour Smilax ».

On présente le bouillon de lentilles dans des assiettes creuses ou des bols en rajoutant à la fin les tranches de crustacés ou (et) le corps des sauterelles préservées que l’on a réchauffées auparavant. On décore avec un peu d’aneth dont le nom vient du grec ancien anethon et signifie « qui pousse vite ». Et enfin on verse un trait d’huile d’olive dans chaque assiette ou bol avant de servir.

Beignets de sauterelles et crevettes

Mais, peut-être, voulez-vous vraiment manger et faire manger des sauterelles à vos hôtes ?   Je vous propose une sorte de roulette russe alimentaire. Cette recette associe des crevettes et des sauterelles.   Enrobées dans de la pâte à beignets, il est impossible de savoir a priori ce que l’on introduit dans sa bouche.   Pour la pâte à beignets : 1 cuillère à soupe d’huile d’olive, 25 cl de bière, 125 g de farine, sel, 1 œuf dont vous réservez les blancs dans un récipient à part.   Versez la farine dans une jatte, mélangez bien avec les jaunes d’œufs. Incorporez progressivement la bière.   Travaillez la pâte jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de grumeaux. Montez les blancs d’œufs en neige, incorporez-les dans la jatte.   Supprimez les ailes, les pattes et les têtes des sauterelles, enlevez la carapace et les têtes des crevettes, plongez-les dans la pâte à beignets et faites frire.

En ce qui concerne la bande son, je suggère l’ouverture de  »La forza del destino » de Verdi.