Archive pour septembre 2017

Allègement de l’ISF

30 septembre 2017,

Vu sur le site du NouvelObs :

La « théorie du ruissellement » n’existe pas. Aucun économiste n’a jamais développé l’idée selon laquelle il serait bon pour l’économie d’augmenter la richesse des plus fortunés (sous forme de baisse d’impôts par exemple). Et il est très étonnant de voir les lieutenants d’Emmanuel Macron, depuis leur forteresse de Bercy, justifier la quasi-suppression de l’ISF en recourant à ce type de logique. Ecoutez Bruno Le Maire sur BFMTV :

« Nous disons : ‘l’économie française a besoin de capital’, eh bien, on taxe moins le capital. Nous disons ‘l’économie française doit investir’, nous lui donnons les moyens d’investir. »
Même si le mot « ruissellement » n’est pas prononcé, c’est bien l’idée. On allège la fiscalité des riches, ils investiront, et cela développera l’emploi et au final le bien-être de tous les Français.

relevé par Charles Ribaut

L’art d’être libre dans un monde absurde

29 septembre 2017,

Il vient de paraître ! Le best-seller de Tom Hodgkinson L’Art d’être libre a été salué dès le jour de sa parution par la presse française, avec notamment deux pages dans L’Obs et autant dans Libération.
Hodgkinson fait brillament revivre toute la tradition intellectuelle qui donne la primauté à l’art de vivre, à la créativité, à l’oisiveté (qui n’est pas l’inactivité !) sur le mercantilisme. Avec les auteurs classiques, les anarchistes, les médiévaux, les écologistes, les situationnistes… Avec un humour irrésistible notent tous ses lecteurs – un humour so british, bien sûr. Un livre dont on peut dire qu’il est « un des manifestes les plus amusants, provoquants, originaux, subversifs, et, vraiment, essentiels de notre temps.» (Time Out) Ou alors : « Un véritable manifeste de résistance au monde contemporain. » (The Guardian). Bref : un livre vraiment original pétri de références littéraires, historiques, philosophiques, où l’auteur ne campe pas sur un Olympe lointain mais relate également quelques  expériences personnelles. Un livre sans aucun équivalent en langue française. Un livre profondément joyeux pour nous aider à (re)devenir des esprits autonomes, libres et créatifs. Diffusé par L’Ecologiste, en ligne ou par courrier.

Sympathique et enfantin Hockney

25 septembre 2017,

par Alain Hervé

Je l’ai déjà observé, les expressions artistiques d’une époque sont le miroir de cette époque. Hockney tel qu’exposé à Beaubourg,  y participe à sa manière. Il peint une vision privilégiée du monde dans le-quel il vit. Aucun drame en vue . Une fascination récurrente pour les postérieurs blancs d’adolescents dans des piscines parfaitement chlorées. Ce qui donne ces moments de grâce que l’on retrouve animés dans son film : A bigger splash.

Pourquoi pas? Cette peinture gaie, colorée, ensoleillée raconte un monde enfantin peuplé de jeunes garçons et de vieux mécènes joliment portraiturés. La nature tropicalisante vue du balcon rappelle les jungles du douanier Rousseau en moins onirique.

Mais on ne va pas reprocher à Hockney de ne pas se joindre au choeur des pleureuses et des coupables qui tartinent les toiles et les écrans de leurs sanglots et de leurs névroses. Il est le peintre d’une joie de vivre et de jouir. C’est reposant même si c’est irresponsable aux yeux de certains. Ses animations lentes d’un chemin de forêt  vu par neuf caméras aux quatre saisons méritent une médaille en chocolat.

Le ministre n’aime pas le bio

23 septembre 2017,

Le nouveau ministre de l’agriculture, Stéphane Travert, a annoncé mi-septembre la suppression du dispositif d’aide aux agriculteurs biologiques certifiés, dite « aide au maintien ». Cette décision résulte d’abord de l’inconséquence du gouvernement précédent dans la planification budgétaire des aides agricoles, dont l’actuel ministre a inconfortablement hérité. Mais elle traduit également un manque de courage politique du gouvernement actuel, car les sommes concernées (quelques centaines de millions d’euros) sont un grain de sable dans l’océan des récents cadeaux fiscaux. Elle était hélas prévisible depuis le début de l’été, et nous étions nombreux à l’avoir lue en creux dans les déclarations de Stéphane Travert depuis deux mois, malgré ses dénégations officielles. Au-delà du signal catastrophique qu’elle envoie au monde agricole, cette suppression témoigne d’un véritable déni des distorsions de concurrence titanesques qui pèsent sur l’agriculture biologique. Elle relève d’une vision néolibérale caricaturale (et totalement fantasmatique, car contredite quotidiennement par la réalité) et d’une grave incompréhension des mécanismes socio-économiques en jeu dans l’activité agricole.   Lire la suite ici.

Reporterre n°136

23 septembre 2017,

La sélection hebdomadaire de Reporterre n°136
« Fainéant, cynique, extrême » : il abandonne les nanotechnologies pour vivre dans une yourte

Risques pour la santé et pour l’environnement, la pilule contraceptive en question

Huit idées concrètes pour créer des emplois sans casser le Code du travail

Hydrocarbures : le gouvernement a plié devant les intérêts miniers

90 entreprises sont responsables de 50 % du réchauffement climatique