Droit de la Terre et Droit Organique

28 janvier 2018,

par Michel Courboulex dit Courbou

Basique.

Il existe un Droit International, un Droit Constitutionnel, un Droit Civil, Un Droit Commercial, qui règlent les vies de 7,7 milliards d’êtres humains. Or, Homo sapiens a recensé à ce jour huit millions d’autres espèces peuplant notre planète…

Les microbes constituent une bonne part du poids de votre corps, nous sommes tous des Alien ! Chacune et chacun d’entre-nous vit en parfaite symbiose avec un microbiote comprenant des milliers d’espèces, tout aussi respectables que la nôtre.

La Fontaine avait tort de croire, et raison de dénoncer, que la loi du plus fort est toujours la meilleure. C’est la loi du plus sympathique qui règne dans la nature, la symbiose ! (1)

Et Hobbes se trompait en prétendant que l’homme est un loup pour l’homme. Le loup est bien plus civil avec ses congénères que nous.

Toutes les espèces sont sociales et adaptatives. Savez-vous que les pissenlits, en quelques années, se sont adaptés à la fréquence des tontes et se sont nanifiés pour se reproduire et fleurir avant que n’arrive le fléau de la tondeuse qui fait vroum-vroum et qui pollue autant que des milliers de voitures ? Comme le dit Orelsan :

Simple
Notre univers a 13,7 milliards d’années. Quand à notre multivers probable, on n’en sait absolument… rien, mais on cherche, comme l’éléphant cherche les points d’eau… et les trouve.

Notre soleil (du bas-latin soliculus) est âgé de 4,75 milliards d’années et nous recevons sa lumière en huit minutes et dix-neuf secondes, le temps d’un long baiser que je vous invite à faire le plus rapidement possible. Notre planète, la Terre, est légèrement plus pimpante, 4,5 milliards de balais quand même (à peu près à mi-vie, donc fringante)… Soit, en US Dollars, à la portée du moindre narcotraficant.

Les premières formes de vie (d’origine, peut-être extra-terrestres) sont apparues il y a 3,8 milliards d’années… à la portée du moindre yuppie.

Homo sapiens, ultime espèce du genre Homo, n’a que 200, voire 300 000 ans, petit-bourgeois !

La seule chose dont nous sommes sûrs et certains, c’est que nous sommes, chacun, un ensemble momentané d’atomes qui ont treize milliards d’années et des poussières. Avant ? On ne sait pas !

Il est temps de changer d’espèce, de « l’Homme savant » à l’homme sachant… qu’il ne sait pas grand chose ! Un mélange du surhomme de Nietzsche, d’Edgar Morin et sa complexité, de Francis Hallé et son apologie des arbres et de Diogène de Synope dans son tonneau.  Comme les pissenlits, les espèces peuvent évoluer très vite ; et pourquoi pas l’espèce humaine confrontée au chaos qu’elle provoque ?

Je suggère « Homo urbensis« , vu que la moitié des humains vit en ville et près des côtes. Qui dit côte, dit échange, et nous nous mélangeons tous les jours, tous les jours ! de l’azur à l’ivoire, nous vivons tous côte à côte. Comme dirait Gaël Faye, un vrai bordel chromosomique !

Basique

L’homme est un animal de plus en plus social, il prend conscience particulièrement rapidement des dégâts qu’il a causé dans les années dites glorieuses, mais que je désigne comme calamiteuses ; convaincu que, comme il est écrit quelque part, l’homme n’a absolument pas vocation à dominer les autres êtres vivants !

Néanmoins, le nombre de victimes de guerre et le nombre de crimes ne cesse de baisser. L’homme s’humaniserait-il ?

Afin de muter plus rapidement (nous mutons sans le savoir ; nos enfants et petits-enfants sont sublimes, les vôtres aussi, non ?) vers cette espèce, il faut établir des règles.

Qui dit règle, dit Droit. Inventons le Droit de la Terre et le Droit Organique, évidemment supérieurs à tous les autres Droits. Il s’appliquera partout, y compris sur les mers et les océans, à l’image de l’Antarctique…

Quand au droit de l’Univers, il n’existe pas, car l’Univers est courbé, comme un artiste après sa représentation, comme l’Homme qui marche, comme un simple Courbou qui boîte en vous saluant.

Simple ???

Les comportements du système vivant doivent nous donner la voie, celle-ci est celle de la liberté ! Personne n’a le droit d’empêcher le moineau de pépier, la limace de se défoncer à la bière ou au ‘Brugmansia‘ ; chacun s’extasie à mater les accouplements, brefs et rarissimes, des pandas..

Il y a les libertaires, les libertins, les « liberals » au sens anglais du terme, les « libertarians » au sens américain du terme. Il y a des naturistes, des naturalistes et des natifs. Il existe des végans, des végétariens, des flexitariens, il est temps d’inventer le concept de naturalien.

M.C.

(1) Note ajoutée par la rédaction : sur ce sujet ne pas manquer ce livre récent de P. Servigne & G. Chapelle. L’entraide, l’autre loi de la jungle. Les liens qui libèrent 2017