Petit traité d’écologie humaine, Philippe Saint Marc

9 avril 2018,

par Alain Hervé

Saint Marc ce brillant énarque s’est impliqué dans la réflexion et l’engagement écologique dès les années 70. Nous l’avons publié dans le Sauvage dès nos premiers numéros, comme il apparaît encore dans notre annonce liminaire. Il se trouvait bien seul dans cette vaste usine administrative et politique qui oeuvrait alors pour le « progrès » et la « croissance », tandis que Saint Marc publiait « Socialisation de la nature » qui fait encore référence, puis  » l’Economie barbare ». Il fallait beaucoup de naïveté ou d’arrogance ou de lucidité  pour oser faire entendre une voix discordante.

Je me souviens d’une réunion en 1981, avec Edith Cresson dans un discret appartement de l’avenue Montaigne où nous espérions convaincre les socialistes fraichement élus avec Mitterrand de s’intéresser à l’écologie. Les socialistes espéraient seulement récupérer les voix des électeurs écologistes. Saint Marc perdit son temps avec nous pour tenter de convaincre l’envoyée socialiste.

En 2018, Saint Marc poursuit l’exposé de ses convictions dans ce Petit Traité, pas si petit avec ses 650 pages. Au départ, des convictions chrétiennes, civilisationnelles, politiques et de service public.

Ce héros discret n’a jamais dévié de sa trajectoire. Il croit toujours à une « renaissance rurale » à une « rénovation écologique du territoire » à une « politique de l’environnement spirituel »…

Editions Frison Roche 24€