Archive pour août 2019

20 septembre

23 août 2019,

Aventures en permaculture – 31, Que planter pour un jardin-forêt à Nice ?

9 août 2019,

par Ghislain Nicaise

Comme je le racontais dans le précédent épisode, ma principale préoccupation quand je feuilletais Permaculture One en 2008 était d’aller à la fin du livre pour savoir ce qu’il fallait planter. Je ressens moins cette urgence aujourd’hui mais je reste capable d’imaginer la question principale que se posent les débutant·es : que planter ? J’évite de présenter des diaporamas sur la permaculture en général pour laisser ce créneau à de jeunes personnes qui ont très bien compris la théorie et qui devraient pouvoir en vivre, mais j’ai au moins une particularité à faire partager, un retour d’expérience de dix années sur le choix des plantations, plein d’échecs enrichissants…

À l’Université de Nice-Côte d’Azur, la prise de conscience de la responsabilité de l’institution universitaire dans le futur de notre société s’est traduite par la création d’un poste d’ingénieur·e chargé·e de mission zéro déchet et économie circulaire. Par chance la personne qui occupe ce poste, Émilie, possède la formation de recherche fondamentale qui lui permet de communiquer avec la population universitaire, lui donne l’habitude de travailler sans compter son temps, et possède en plus de solides convictions écolos qui lui permettent d’affronter l’ampleur de la tâche. J’ai donc proposé de l’aider en présentant un diaporama sur ce qu’il serait intéressant de planter dans les jardins des campus de Nice, en particulier dans le parc Valrose. Dans une perspective permacole, ce devrait être des associations de plantes utiles, principalement comestibles, avec le plus possible de plantes pérennes pour économiser l’énergie humaine. Dans la perspective du respect des usages reçus d’un passé récent, ce devrait ressembler à un jardin public fleuri et policé comme on peut en voir ailleurs. (suite…)

Eau

1 août 2019,

La sécheresse nous amène à chercher comment nous consommons l’eau. Selon le Ministère chargé de l’écologie nous en utilisons 48 % pour l’irrigation, 24 % pour les usages domestiques, 22% pour la production d’énergie et 6 % pour l’industrie (hors énergie). Si vous en voulez davantage, vous pouvez consulter ce site mais cette simple statistique montre clairement que l’agriculture est au coeur du problème. Vous vous souvenez peut-être qu’à Sivens en 2014 Rémi Fraisse est mort pour s’être opposé à une retenue d’eau. 

Dans le contexte climatique de ce début d’été nous avons reçu ce communiqué de la commission agriculture d’EELV qui pointe sur une raison de plus pour changer rapidement notre modèle agricole:

Sécheresse : un plan d’urgence qui n’anticipe pas les vrais enjeux (suite…)