Archives d’un auteur

Pascal Canfin du WWF fait le point. Merci

30 novembre 2016,

Une majorité culturelle en faveur de la transitionunknown
Plus de 7 français sur 10 souhaitent que les engagements pris lors de la COP21 soient respectés. Et ils sont 84 % à ne pas vouloir d’OGM ou encore trois sur quatre à refuser l’exploitation des gaz de schiste. Autant d’enseignements du sondage Ifop/WWF sorti la semaine dernière, qui nous apprend aussi que 53 % des français demandent des règles plus strictes sur le diesel ou encore que trois quarts d’entre eux souhaitent une réduction de la part du nucléaire en France de 75 à 50 % de la production d’électricité.
Ces chiffres montrent qu’il existe en France une majorité culturelle en faveur de la transition.

NKM n’est pas couchée

13 mars 2016,

L-equipe-de-NKM-retire-en-catastrophe-les-episodes-d-une-webserie-de-campagne-apres-avoir-oublie-les-droits-d-auteur-pour-la-bande-son1par Alain Hervé
Elle est très intelligente.
Elle est belle.
Elle est écologiste.
C’est une femme.
Elle est officier de réserve de la Marine Nationale.
Elle peut faire face avec succès à Marine Le Pen.
C’est une excellente candidate à droite à la Présidence.
Elle ferait une excellente première Présidente de la République.
Sans doute la meilleure possible à droite, même devant Juppé, qui n’a jamais manifesté une sensibilité écologique sérieuse.
Son seul défaut ce sont toutes ces qualités.
Sa prestation hier soir à On n’est pas couché était sans faute.
Je ne vois personne à gauche qui la vaille.
Le seul qui puisse la surclasser avec son expérience et sa connaissance de la vie sur terre est Nicolas Hulot.
Elle pourrait être son excellente Première ministre;
Ou inversement.

Réaction de Charles Ribaut :

NKM a quand même accepté de coordonner la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, l’homme qui combat courageusement l’agroécologie. Même si elle a pris ses distances récemment, j’ai du mal à croire qu’elle ne connaissait pas bien cet homme. NKM est la personne qui affirme qu’il faut plus de croissance pour atteindre le point où la pollution pourra enfin décroître : Le Monde, dans son édition du 23 janvier 2007

 Question : La croissance durable n’est-elle pas un paradoxe ?

NKM : Regardez les fameuses « courbes en cloche » produites par l’OCDE. Elles montrent le volume de pollution créé par chaque point supplémentaire de PIB. Elles grimpent toutes jusqu’à un point culminant, à partir duquel la pollution marginale par point de PIB commence à baisser. Sauf pour les déchets et le CO2. Au point culminant, la courbe baisse mais le volume de pollution global continue de croître. Mais il y a un deuxième point, qui correspond à la dérivée seconde de la courbe, à partir duquel la pollution totale décroît, bien que le PIB continue d’augmenter.[…] La position de l’UMP est de pousser pour que nous arrivions le plus vite possible au deuxième point des « courbes en cloche ».

Les lobbies pollueurs qui financent la Cop 21

26 novembre 2015,

logo-cop21-frLes manifestations populaires sont interdites à l’occasion de la COP 21 mais les lobbies eux seront invités au coeur de la COP. Vous serez très intéressé de connaître qui sont ces bienfaiteurs de la COP 21 que nous communique Olivier Petitjean..

Le Sauvage

 Aujourd’hui, à quelques jours de la Conférence internationale sur le climat, paraît ‘Lobby Planet Paris – Spécial COP 21,  un nouveau guide du lobbying et du greenwashing autour du sommet de l’ONU.

Cultiver son Osiris compost

6 novembre 2015,

IMG_1832par Christophe Chelten

Une expo à l’Institut du monde arabe à Paris  nous invite à découvrir le produit des fouilles sous-marines entreprises ces dernières années dans la rade d’Aboukir en Egypte. La beauté des nombreuses statues émergées suffit à justifier la visite.

Osiris, on le sait, ou on ne  le sait pas, ou plus, est le fils de Geb et  Nout (suite…)

« En toute liberté » de Gilles Lapouge

19 octobre 2015,
330px-Gilles_Lapouge_dans_son_bureau,_mai_2015

Gilles Lapouge dans son atelier d’écriture

par Alain Hervé

Je pense à Gilles Lapouge lorsque je viens diner seul dans le restaurant le Palais de la Griserie, rue Lagrange à Paris. Je m’assieds à côté de l’aquarium de poissons exotiques pour jouir de leur compagnie. Ils vont et viennent en silence, indifférents aux bruits du monde. En dégustant mes nems, je les vois comme  des ermites qui habitent leur propre être.

Ils pourraient être aussi bien des chapitres du dernier livre de Gilles Lapouge. Inattendus, bariolés, bigarrés, rêveurs, amazoniens, venus de loin, aléatoires, utopiques… En toute liberté se présente sous la forme d’un dictionnaire constitué d’articles qui sont autant de règlements de comptes . A l’amiable. Y apparaissent le Brésil, point de passage obligé pour l’auteur, Pivot, le voyage , les voyageurs et les étonnants, (suite…)