Archives d’un auteur

Café du Commerce présidentielles (3)

20 avril 2017,

par Christophe Chelten
« Une fois le président élu, encore va-t-il falloir en faire un président. Beaucoup de nos candidats croient déjà en avoir l’envergure, les capacités, l’intelligence, la connaissance du sujet. En fait , ils en sont loin pour tous d’entre eux. »

« Le seul à se préoccuper des petits paysans est Jean Lassalle. Le seul à avoir parcouru la France à pied. Le seul à prendre en compte que la France est un pays de culture historique paysanne, qui a vu se perpétrer en cinquante ans un génocide des paysans. Oui un génocide qui n’est pas terminé. Ils se suicident encore. Une civilisation rurale a été l’objet d’un « crime contre l’humanité »… »

« Aucun ne me convient. Je vais voter en me bouchant le nez. Mais je vais voter »

« Vous vous imaginez le 8 mai avec un nouveau président? Un (suite…)

Le café du Commerce présidentiel (2)

19 avril 2017,

par Christophe Chelten
On en entend de toutes les couleurs:
« Je voterai Macron dès le premier tour pour ne pas me retrouver devant un choix impossible au second tour. Vous imaginez Le Pen/Mélenchon, Le Pen/Fillon, Fillon/Le Pen… Et en prendre pour cinq ans ! »
« Macron, c’est inconsistant, tape à l’oeil mais il est jeune et intelligent. On peut espérer qu’il comprenne un jour l’urgence absolue de l’écologie… avec l’aide de Corinne Lepage et peut-être de… Cohn Bendit. »
« Mélenchon est un acteur de grand talent, ivre de lui-même, adepte de la formule: on ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs »
« Fillon ou la vieille France blessée à mort par l’évolution des moeurs, des techniques, des mouvements de population, dépendante d’un électorat âgé, pour certains le seul Français »
« Pas un seul candidat intelligent, qui ait tout compris, comme moi. »
« Il faut voter, après mûr examen, pour le moins pire… »

Sondages

19 avril 2017,

par Charles Ribaut

Mes parents, vantant le mérite du scrutin à deux tours, me disaient pour éveiller ma conscience politique : au premier tour on choisit, au second on élimine. Il est vrai qu’à côté le scrutin anglais à un seul tour fait figure de caricature. Nous devrions être satisfaits de mieux satisfaire à l’expression électorale que la perfide Albion. Comment se fait-il que l’électorat d’avril 2017 dans notre pays soit aussi inquiet, aussi peu prêt à choisir l’option politique préférée ? Les médias pointent du doigt les sondages, grands responsable du « vote utile », soulignant au passage que les candidat-e-s n’admettent croire aux sondages (suite…)

Reporterre n° 118

14 avril 2017,

La sélection hebdomadaire de Reporterre n°118

Je vis sans chaise, et ça va beaucoup mieux

Climat, nucléaire, transports : ce que proposent les candidats

Les cinq forfaits de la banque BNP Paribas

Les orvets sont une bénédiction pour le Jardin sans pétrole

L’Allemagne teste le revenu universel… par tirage au sort

Fessenheim : Caramba… encore raté !

Orgasme citoyen

9 avril 2017,

Unknownpar Alain Hervé

A voté… Cette formule sacramentelle qui accompagne la chute du bulletin de vote dans l’urne donne une substance éphémère au phénomène dit démocratique.
L’auteur du choix exprimé se retire la poitrine gonflée de la sensation vertigineuse d’avoir participé à l’intronisation d’un nouveau chef de tribu. Un mécanisme obscurément mathématique permet de proclamer en deux temps et trois mouvements le nom d’un chef de l’État. Opération digne des plus éblouissants numéros de prestidigitation.
Foin de toutes ces simagrées régaliennes qui nécessitaient le doigt de Dieu pour désigner l’élu. Démodés la projection de saint chrême, la pose d’une lourde et coûteuse couronne sur un front douteux, (suite…)