Archive pour la catégorie ‘Annonces’

L’art d’être libre dans un monde absurde

29 septembre 2017,

Il vient de paraître ! Le best-seller de Tom Hodgkinson L’Art d’être libre a été salué dès le jour de sa parution par la presse française, avec notamment deux pages dans L’Obs et autant dans Libération.
Hodgkinson fait brillament revivre toute la tradition intellectuelle qui donne la primauté à l’art de vivre, à la créativité, à l’oisiveté (qui n’est pas l’inactivité !) sur le mercantilisme. Avec les auteurs classiques, les anarchistes, les médiévaux, les écologistes, les situationnistes… Avec un humour irrésistible notent tous ses lecteurs – un humour so british, bien sûr. Un livre dont on peut dire qu’il est « un des manifestes les plus amusants, provoquants, originaux, subversifs, et, vraiment, essentiels de notre temps.» (Time Out) Ou alors : « Un véritable manifeste de résistance au monde contemporain. » (The Guardian). Bref : un livre vraiment original pétri de références littéraires, historiques, philosophiques, où l’auteur ne campe pas sur un Olympe lointain mais relate également quelques  expériences personnelles. Un livre sans aucun équivalent en langue française. Un livre profondément joyeux pour nous aider à (re)devenir des esprits autonomes, libres et créatifs. Diffusé par L’Ecologiste, en ligne ou par courrier.

Reporterre n°136

23 septembre 2017,

La sélection hebdomadaire de Reporterre n°136
« Fainéant, cynique, extrême » : il abandonne les nanotechnologies pour vivre dans une yourte

Risques pour la santé et pour l’environnement, la pilule contraceptive en question

Huit idées concrètes pour créer des emplois sans casser le Code du travail

Hydrocarbures : le gouvernement a plié devant les intérêts miniers

90 entreprises sont responsables de 50 % du réchauffement climatique

L’Ecologiste numéro 50

30 août 2017,

Trimestriel, en Angleterre depuis 1970, en France depuis 2000

Bonjour,
Nous avons le plaisir de vous présenter trois nouveautés qui paraîtront dans les tous prochains jours et semaines : un livre-choc sur la santé des femmes, un livre exceptionnel sur l’art d’être libre et enfin le numéro 50 de L’Ecologiste, dont le dossier portera sur les relations homme-animal. La lettre électronique de septembre reprendra comme à l’accoutumée avec une sélection de nouvelles internationales.
Bonne rentrée,

l’équipe de L’Ecologiste.

(suite…)

Dépassement

2 août 2017,

En moins de huit mois, l’humanité a consommé la totalité du budget écologique annuel de la Terre. Mardi 2 août 2017, nous sommes le Jour du Dépassement Global, l’an dernier c’était le 8 août, en 2014 nous vous l’avons signalé le 19 août, avec un commentaire illustré qui reste entièrement d’actualité (hélas !).

Le Sauvage

Du bio vous dis-je !

31 juillet 2017,

Vous pouvez vous joindre aux illustres et/ou sympathiques signataires de la tribune ci-dessous en signant la pétition suivante, le plus rapidement et le plus nombreux possibles

Tribune parue hier dans Kaizen,

Transition agricole : 34 organisations dénoncent le quasi-arrêt des aides à l’agriculture biologique
Quel secteur économique peut se targuer d’une croissance continue ces dix dernières années, d’un véritable engouement des consommateurs et d’un soutien constant des citoyens ? Sous l’effet des crises systémiques frappant le milieu agricole, l’agriculture biologique connaît un succès qui ne se dément pas. Chaque jour, ce sont 21 fermes qui se sont converties à la bio en 2016. Entre 2001 et 2016, le nombre de fermes produisant une alimentation biologique a triplé, passant de 10 364 à 32 264 ! Et les dernières crises agricoles ont encore amplifié ce mouvement de fond. Les surfaces en bio ont cru de 16 % en 2016 en France.
Loin de la dépression qui frappe l’agriculture, la bio a donc le vent en poupe. Et c’est heureux car chaque nouvelle étude vient démontrer et confirmer tout l’intérêt de cette pratique agricole. Pour le bien-être des paysans eux-mêmes et de la rentabilité de leur ferme, pour la santé des consommateurs ensuite ; et surtout pour l’eau, l’air, les sols ainsi que la faune et la flore qui ne sont plus perçues comme des « nuisibles » et autres « mauvaises herbes » à éradiquer mais comme des partenaires sur lesquels construire une nouvelle relation au vivant. Plus résiliente, intensive en emplois locaux et non délocalisables, plus rentable économiquement, capable de réduire l’impact agricole sur le climat, la bio est une solution d’avenir qui fait déjà (suite…)