Archive pour la catégorie ‘Esprit d’escalier’

Aux ordres!

19 juillet 2017,

Lorsque j’avais été dans ma jeunesse invité à devenir militaire j’ai appris que l’ordre quel qu’il soit, d’un supérieur, en l’occurrence pour moi celui d’un caporal, ne pouvait pas se discuter. Sinon on était envoyé au gnouf.

Il n’avait pas non plus été précisé que je puisse présenter ma démission de l’armée.

Il semble qu’ à partir d’un certain grade ces règles ne s’appliquent plus.

A.H.

ICE

4 juillet 2017,

par Ghislain Nicaise

Il ne s’agit pas de glace mais d’Initiative Citoyenne Européenne. Je cite :

Une initiative citoyenne européenne est une invitation faite à la Commission européenne de présenter une proposition législative dans un domaine dans lequel l’UE est habilitée à légiférer. L’initiative doit être soutenue par au moins un million de citoyens européens issus d’au moins 7 pays sur les 28 que compte l’Union. Un nombre minimum de signataires est requis dans chacun de ces 7 États membres. Une initiative citoyenne peut porter sur n’importe quel domaine dans lequel la Commission est habilitée à présenter une proposition législative, par exemple l’environnement, l’agriculture, les transports ou la santé publique.

Je soutiens activement une de ces initiatives intitulée People for Soil ou l’Appel du Sol (si vous préférez mais on perd la force du logo en le traduisant) tout en me posant des questions sur l’ampleur de la tâche. Aujourd’hui est arrivée la nouvelle très encourageante que l’initiative concernant le glyphosate, sans être pour le moment certifiée officiellement comme réussie, aurait réuni 1,3 millions de signatures alors qu’elle n’avait été lancée qu’en janvier dernier. Les ICE ont un an pour recueillir leurs soutiens. L’appel du Sol n’a plus que jusqu’au 1er septembre et je ne sais pas où nous en sommes mais il faut au total  55500 signatures pour la France et je vous engage à signer. Ne vous laissez pas décourager par la vérification de votre identité, c’est la garantie de sérieux des signatures et la condition pour que vous puissiez exercer ce réel pouvoir de pétition.

Que se passe t-il dans la tête de Macron?

22 mai 2017,

par Alain Hervé   

Devant le spectacle bruyant, inattendu, sorte d’opera furia présidentiel auquel nous assistons, on peut se poser une question. Que se passe-t-il entre les oreilles de celui qui décide de s’emparer du gouvernement d’une nation, de la France?

Etrange initiative. S’agit il d’assouvir un besoin urgent d’apparaître être le premier des premiers ? S’agit il de se sentir investi d’une mission, d’entendre des voix ? De délivrer son pays des malheurs qui l’accablent ? Difficile en l’occurrence de ne pas évoquer des précédents historiques : Jeanne d’Arc, Bonaparte, De Gaulle et d’autres moindres.

Autrement dit le moteur est soit d’origine personnelle, soit réponse à un appel venu du dehors. J’ai eu l’occasion de côtoyer des individus habités d’une passion qu’ils (suite…)

Fillon, Le Pen, Macron, Mélenchon, même combat

14 mai 2017,

par Charles Ribaut

Bande des quatre ? Ces personnes qui ont eu récemment un large accès aux médias ont toutes pris position pour « la croissance », sous-entendu du PIB (1). Il s’agit d’un objectif important, et il ne devrait pas être nécessaire de rappeler qu’il conditionne rien moins que l’avenir de nos enfants, le maintien d’une planète habitable par l’espèce humaine. Les programmes électoraux que nous avons vu défiler et qui vont vraisemblablement se maintenir sur ce point à l’occasion des élections législatives sont unanimes, avec de faibles nuances, (suite…)

Arrêter enfin de blablater

27 avril 2017,

par Fabrice Nicolino
Ce texte est paru dans le bulletin des JNE, Journalistes et écrivains pour la nature et l’écologie. Il nous semblé intéressant de le reproduire dans le Sauvage.

Plus ça va mal, plus on a besoin d’espoir. Même moi, qui ai écrit tant de livres noirs, dénonçant l’implacable destruction du monde, de ses équilibres, de sa beauté. Et c’est pourquoi j’ai décidé de publier un texte différent des autres (Ce qui compte vraiment, éditions Les Liens qui Libèrent), indiquant des directions d’avenir dans lesquelles, selon moi, il faudrait s’engager. Comme on ne se refait pas, il ne s’agit pas de solutions, car il n’en existe aucune qu’on pourrait appliquer à froid, sans une mobilisation exceptionnelle (suite…)