Archive pour la catégorie ‘La Vie brève’

That is the question…”

17 avril 2018,

Je ne vous l’ai posée que parce que j’ai par mégarde donné la réponse avant.

Dépêchons nous…

2 avril 2018,

Touché!

26 mars 2018,

Yo-yo

22 mars 2018,

Il y a actuellement 467 Journées Mondiales répertoriées*, des plus légitimes aux plus saugrenues, soutenues par des associations, des lobbies du commerce, de la santé, des propagandes politiques ou religieuses…
La liste laisse perplexe: Journée des start-up, des câlins, du popcorn, de la JI sans pantalon à celle du Pi, ou du pis, de la JI sans viande ou du Tolkien Reading Day, des poissons migrateurs et des ratons laveurs…
La Journée Nationale du Yo-yo s’impose naturellement dans ce déroulement, ses symboliques christique et taoïste réconcilient Orient et Occident, sa pratique souple et subtile incite à la paix de l’âme: ascension/chute/ascension dans un mouvement de va-et-vient rotatoire continu, image  des variations de la Bourse, du kakarante, de la cote des hommes politiques, du matérialisme dialectique, de l’inflation/ déflation, de l’érotisme masculin, du flux et du reflux des océans, du mouvement des astres…
Pratiqué tant par les Grecs de l’Antiquité que par les anciens Chinois, remis périodiquement à la mode en Occident, breveté en 1930 par l’américain Donald Duncan, le Yoyo mérite sa J.I., reste à fixer la date: aux solstices solaires ou les jours de pleine lune?
Notons qu’il n’y a pas de JI de la Paresse, ni de l’Epicurisme, encore moins du Chou-fleur, ni de Journées sans dénomination, vides, ouvertes, libres, elles pourraient avoir lieu deux à trois jours par semaine, d’abord pendant trois mois,  puis quotidiennement…

Maja

  • Site:  journées mondiales.com

Carnets de voyage

18 mars 2018,

Georges fut un Voyageur curieux et méthodique. Il questionnait les indigènes des lieux qu’il visitait, les soumettant à de longs interrogatoires minutieux, sur leurs techniques, leurs origines, leurs moeurs et leurs amours…

En retour, il y avait bien souvent des bouches closes, des regards soupçonneux, une exaspération croissante, mais Georges savait se montrer généreux, souvent au dernier moment, et les tensions s’appaisaient.

Il notait les informations recueillies et celles qu’il inventait dans un carnet à couverture de cuir et coins dorés, un élastique le tenant fermé.
Le soir, au bivouac, il les mettait en forme dans un cahier noir in folio, il y joignait ses croquis, des fleurs et des plantes séchées, l’ordinaire des repas, les incidents de la journée et les réflexions philosophiques de son cru.
Dans une boite ad hoc, il rangeait des bouts d’écorces, graines, insectes aptèrygotes et ptèrygotes épinglés et étiquetés.
Il écrivit quelques livres aux titres exotiques ou il mêlait ethnologie et divagations ésotériques, science du jour et anecdotes avantageuses et pittoresques. Il eut une gloire éphémère dans quelques salons et se maria. Il n’eût pas d’enfants, donc pas d’auditeurs à édifier et ennuyer.
Ses récits se fossilisèrent, des pans entiers s’évanouirent, il sombra dans une béatitude séraphique. Sa femme épousa un armateur grec, banalement.

Maja