Archive pour la catégorie ‘Nous avons lu’

Eau

1 août 2019,

La sécheresse nous amène à chercher comment nous consommons l’eau. Selon le Ministère chargé de l’écologie nous en utilisons 48 % pour l’irrigation, 24 % pour les usages domestiques, 22% pour la production d’énergie et 6 % pour l’industrie (hors énergie). Si vous en voulez davantage, vous pouvez consulter ce site mais cette simple statistique montre clairement que l’agriculture est au coeur du problème. Vous vous souvenez peut-être qu’à Sivens en 2014 Rémi Fraisse est mort pour s’être opposé à une retenue d’eau. 

Dans le contexte climatique de ce début d’été nous avons reçu ce communiqué de la commission agriculture d’EELV qui pointe sur une raison de plus pour changer rapidement notre modèle agricole:

Sécheresse : un plan d’urgence qui n’anticipe pas les vrais enjeux (suite…)

CETA : »vous êtes au service des lobbies »

20 juillet 2019,

discours du député François Ruffin à l’Assemblée Nationale

« Le permafrost du Pôle Nord fond 70 ans plus tôt que prévu, et c’est une catastrophe. » Voilà la nouvelle écologique, la nouvelle dramatique du jour. Hier, dans la ville la plus au Nord du monde, à Alert, au Canada justement, un record de chaleur a été enregistré, +21°, à Alert, donc, une ville qui porte bien son nom, car ça devrait nous alerter. On va crever de chaud. 

On va crever tout court.
On fabrique l’enfer sur Terre, avec les températures de l’enfer.
Je suis sûr que, le soir, nus, entre vos draps, dans le silence de vos consciences, vous êtes comme inquiets, angoissés pour vos enfants. Je le suis pour les miens. L’envie de chialer, quand je songe au monde dévasté qui se dessine, qu’on leur laissera. 

Cette inquiétude, cette angoisse, dans vos rangs, dans tous les rangs, dans notre commune humanité, nous la partageons. Mais le matin revient, le costume, le maquillage, la fonction. 

Et alors, vous nous proposez quoi ?
Le Ceta.
Le Canada Europe Trade Agreement. (suite…)

CETA ? non

12 juillet 2019,

Sur le site des Amis de la Terre

Les députés voteront ce 17 juillet la ratification du CETA, cet accord de commerce et d’investissement entre le Canada et l’Union européenne. La volonté d’Emmanuel Macron est claire : ratifier le CETA en catimini, dans la torpeur de l’été, en espérant le moins de contestation possible.

Pourquoi sommes-nous mobilisés contre le CETA ?

Depuis plusieurs années, nous alertons sur les dangers de ce traité qui porte atteinte à la démocratie, au climat et à l’environnement. Il permettra notamment à des multinationales canadiennes d’attaquer les Etats membres de l’Union européenne via des tribunaux d’arbitrage privés si elles estiment que les décisions publiques vont à l’encontre de leurs intérêts.

Les pouvoirs publics doivent protéger avant tout les intérêts des citoyen·nes, pas ceux d’une poignée de privilégiés prêts à tout pour engranger des profits mirobolants.

Comment agir concrètement aujourd’hui ? (suite…)

La vigne et le changement climatique

1 juillet 2019,

Effet inédit du changement climatique sur la vigne. Été 2018. Alpes maritimes. Cliché G. Nicaise

Sur le site du Huffington post, en date du 1er juillet 2019, sous le titre

Les vignes brûlées dans le Sud ne sont pas une calamité agricole

par Catherine Bernard , vigneronne
Je suis vigneronne. Je n’écris pas en qualité de vigneronne.  Je n’écris pas non plus en qualité de vigneronne victime d’une calamité agricole, d’une catastrophe naturelle ou d’un accident climatique. Ce qui s’est produit dans les vignes du Gard et de l’Hérault vendredi 29 juin, est d’une tout autre nature, d’un tout ordre, ou plus exactement d’un tout autre désordre.

J’écris en qualité de témoin du changement climatique à l’œuvre, qui est en fait un bouleversement, qui ne concerne pas ici des vignerons, là des arboriculteurs, hier des pêcheurs, demain des Parisiens asphyxiés, mais bien tous, citadins ou ruraux, habitants du Sud comme du Nord, de l’Ouest, ou de l’Est.

J’écris en qualité d’hôte de la terre. La suite ici 

Sablier

26 mars 2019,

En date du 23 mars 2019 un article de Laury-Anne Cholez (Reporterre): Contre l’effondrement, Extinction Rebellion prône la désobéissance civile

Grâce à un discours plus radical que celui d’organisations écologistes classiques, le nouveau collectif Extinction Rebellion France séduit les jeunes en quête d’un engagement fort pour le climat. Formés à la désobéissance civile, ils attendent avec impatience leurs premières actions sur le terrain.

La salle de la maison des initiatives et de la citoyenneté sur l’Île-Saint-Denis (93) est pleine à craquer. Le public n’est pas vraiment métissé, mais quasi paritaire, avec de rares cheveux blancs. Tous sont venus assister à une formation à la désobéissance civile non-violente, organisée par les Désobéissants et Extinction rebellion (XR) le 9 mars dernier. Ce tout jeune collectif écologique prône la rébellion face à (suite…)