Archive pour la catégorie ‘Non classé’

Hulot Président de la République

13 novembre 2017,

Le Monde 14 nombre 2017

par Alain Hervé

Il y a eu erreur dans la distribution des rôles.  Nous avons élu Président un économiste talentueux, qui semble n’avoir pas du tout saisi l’urgence à laquelle nous sommes confrontés. Il utilise celui qui aurait dû imposer sa vision pour justifier des reculades successives. Triste spectacle.

La France avait une chance d’être la première nation au monde à proposer une nouvelle vision du progrès. Consommer moins, produire moins, ralentir, décentraliser, inventer une agriculture propre… la litanie écologique cent fois répétée n’a pas été seulement abordée.

Il s’agissait d’inverser les logiques du développement. De les montrer au monde entier. D’engager un mouvement planétaire. Hulot avait la possibilité de mettre en chantier cette nouvelle civilisation. On l’a réduit à un rôle de perroquet de la voix de maître économiste.

« Il sera bientôt trop tard… » comme le titre le Monde de ce soir en publiant « le cri d’alarme de 15.000 scientifiques »

Ninon peint avec son sang vert

2 novembre 2017,

par Alain Hervé

Peindre pour Ninon Anger, c’est se projeter elle même sur la toile, s’éclabousser dans les couleurs. Elle a passé quelques mois au Domaine du Rayol, sur la Méditerranée, pour s’infuser dans le sang tous ses arbres et plantes du bout du monde: eucalyptus, cheveux d’ange, manucas, araucarias, Barba jovis, Phœnix canariensis, fougères arborescentes, puyas…

Le résultat ce fut« Entre ciels et verts… » joli titre pour cette déclaration d’amour aux plantes et au site maritime, faite de gouaches ou d’huiles.

Nous avions déjà rencontré Ninon il y a quelques années, lorsqu’elle peignait sur les traces de Cézanne dans les carrières ocres de Bibémus.

Ninon rend à la peinture son bonheur d’être . Jeu de l’œil, du cerveau et de la main pour transfuser des couleurs. Nous voilà loin des agacements stériles des pseudo avant-gardes.

Hommage aux palmiers, chronique d’une agonie

21 septembre 2017,

 ART CONTEMPORAIN & MONDIALISATION

En collaboration avec la Galerie Bugada & Gargnel, cette rétrospective (en cours de publication) se propose de traiter du palmier comme emblème et victime de la mondialisation. Autour de cette plante Leitmotiv, elle présentera un panorama de la scène artistique contemporaine.

Source de l’illustration

UNE VICTIME ANODINE DE LA GLOBALISATION. Comme l’écrivait récemment Jean-Max Colard: « kitsch à Miami, exotique à Cannes où il donne à la Croisette un faux air d’Hollywood, signe d’une uniformisation croissante du paysage urbain et du climat réchauffé de la planète, le palmier se trouve aujourd’hui déplacé, transplanté en tous sens: dénaturé. S’il fut porteur d’un rêve d’évasion moderne, il paraît aujourd’hui entaché de colonialisme. Crevant sur place [attaqué par des ravageurs introduits par un commerce dérégulé], il est une victime anodine, une figure agonisante de la globalisation. » (suite…)

Aventures en permaculture n° 27- ANNUS HORRIBILIS

6 septembre 2017,

par Ghislain Nicaise

L’année 2017 n’est pas finie au moment où j’écris ces lignes mais à fin août le bilan est déjà si exceptionnellement désastreux que j’ai senti le besoin de me lamenter. L’intérêt si je puis dire de ce désastre est qu’il préfigure peut-être le bouleversement climatique à venir.
Sangliers et pommiers
Les dégâts sérieux ont commencé il y a un an avec le deuxième massacre de mes pommiers par les sangliers. Une première attaque avait pris place en 2013 : les animaux friands de pommes avaient cassé les branches de plusieurs arbres en s’appuyant dessus ou en les tirant. En particulier le Melrose (1), un de mes favoris pour ses gros fruits savoureux, peu sensible (suite…)

Denise au Ventoux, Michel Jullien

24 juin 2017,

par Christophe Chelten

C’est l’histoire… non ce n’est pas une histoire c’est plutôt une progression jusqu’à une extase. Deux femmes, un chien (Denise), deux hommes dont un drôle et Paul le narrateur. C’est peu, c’est rare. C’est un usage nouveau de la langue française. Je dirais que c’est le livre de l’année et de ces dernières années pour ceux qui s’intéressent à l’écriture. Jullien se risque et réussit. Souvent on relit chaque phrase. Un caramel sur la langue pour ceux qui aiment le caramel.

On peut aussi s’agacer au contact de ce maniérisme (suite…)