Archive pour la catégorie ‘– Sages réflexions et sobres moments’

Ecologie et Goncourt

6 novembre 2017,

par Christophe Chelten

L’écologie dérange les historiens. Elle annonce la fin éventuelle de l’Histoire. Les historiens n’aiment pas quitter les pistes, pour ne pas dire les ornières, qu’ils ont utilisées pour raconter l’histoire de l’espèce humaine. Ce sont l’histoire des nations, de leurs frontières, de leurs gouvernants, de leurs conflits, de leurs économies, de leurs idéologies, de leurs cultures… L’écologie et sa problématique planétaire les dérange.

L’écologie dérange tout le monde dans la mesure où elle ne s’intéresse  pas seulement aux humains et à leurs affaires mais à toute la biosphère dans laquelle l’homme tient une toute petite place. L’écologie dérange en particulier la politique où elle n’a jamais trouvé sa place jusqu’à maintenant.

De la même manière, on découvre avec l’attribution des prix littéraires de cette saison, que la création littéraire scrute le passé plutôt que le présent. Les lâchetés politiques des années 30 ou Mengele sont à l’ordre du jour.

Hulot reste un navigateur solitaire. Tandis que s’ouvre la Cop 23 en Allemagne, la France frileuse de fin 2017 s’émeut plus volontiers sur son passé que sur son avenir.

Et pourtant, à l’évidence, l’Histoire consistant à raconter la difficile cohabitation des nations, des cultures, des races est terminée.
Nous sommes entrés dans l’âge ultime du vivant. Sous quelle forme le vivant va-t-il poursuivre sa trajectoire? Avec ou sans l’espèce humaine? Survivre ou disparaître? L’arsenal nucléaire rend plausibles des hypothèses extrêmes.
Le désordre climatique dont nous sommes les artisans a commencé. Il  remet en question l’habitabilité de notre planète.
C.C.

Le vrai problème de la voiture électrique

3 novembre 2017,

Par Didier Barthès

Sous la pression conjuguée du réchauffement climatique et de l’inéluctable déplétion pétrolière, la voiture à moteur thermique est aujourd’hui sur la sellette. Ici et là, on avance publiquement un terme à sa commercialisation et parfois même à son utilisation. De nombreux pays semblent désormais décidés à faciliter le basculement vers la propulsion électrique présentée comme une évidence. Taxation croissante des carburants, mise en place de réseaux de bornes de recharge, véhicules électriques en auto-partage, évocation de mesures coercitives… Tout va en ce sens, au moins (suite…)

Faire des bébés

23 juillet 2017,

par Ghislain Nicaise

Avec l’avis du Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE) du 15 juin dernier sur l’ouverture de l’accès à la Procréation Médicalement Assistée (PMA), le débat sur la distinction entre sexualité et procréation est revenu sur le devant de la scène médiatique.

Je vais me lancer dans ce débat sur le sexe. Je n’ai pas entrepris de vous écrire un texte torride, vous êtes prévenu-e-s mais vous pouvez cependant continuer la lecture si le point de vue d’un biologiste vous intéresse.

On peut faire sans sexe mais c’est mieux avec (suite…)

Macron et Hulot vont-t-ils inventer le premier gouvernement écologique?

1 juin 2017,

par Alain Hervé

A propos de Macron, je me suis déjà interrogé dans le Sauvage sur ce qui se passait dans la tête d’un candidat à la magistrature suprême.
Goût du pouvoir, appel d’une vocation ou volonté de servir ? Sans pouvoir apporter de réponse.
Aujourd’hui je m’interroge sur la nomination de Nicolas Hulot à un poste gouvernemental de premier plan pour promouvoir la transition écologique. Il aurait même été considéré de lui donner le titre de vice premier ministre. Mais la constitution de la cinquième république ne prévoyait pas ce poste. Alors ? (suite…)

Dernier Café du Commerce présidentielles (12)

8 mai 2017,

propos recueillis par Christophe Chelten
« Je crains que ceux qui se sont abstenus ou ont voté blanc se soient délibérément exclus du débat démocratique. Cette absence volontaire signifie en effet que l’on n’a pas voulu faire obstacle à l’élection de Marine Le Pen. Soit que l’on affiche une élégante pudeur, soit que l’on avoue son impuissance. »

« Jusqu’à ce point Macron a fait preuve d’une grande intelligence, d’une grande disponibilité. Puise-t-il persévérer. Il peut encore comprendre quels sont enjeux écologiques fondamentaux que l’humanité doit affronter. S’il les ignore il devient complice du suicide collectif de l’espèce. »

« Les onze millions de voix du Front National signifient la sensation d’abandon d’une partie de la (suite…)