Archive pour la catégorie ‘Some Like It Hot’

Et le climat bordel !

19 octobre 2017,

par Alain Hervé

Polichinelle au plafond à Venise par Giandomenico Tiepolo

Au vu et à l’écoute de la conférence de presse d’Emmanuel Macron, une seule question se pose. Notre président a-t-il une vision d’ensemble et un projet d’ensemble pour la France et les Français pour les cinq ans à venir ?

Nous n’en savons rien car, après cinq mois d’exercice de la fonction que nous lui avons confiée, il ne nous en a pas fait part.

Or nous pouvions attendre une déclaration régalienne d’un homme qui prétend à une posture  jupitérienne. A ma connaissance , seul Eric Naulleau sur Paris  Première s’est inquiété de ce manque de « transcendance ».

Certes les trois journalistes de service l’ont englué dans des petites questions d’actualité mais il ne les a pas bousculés. Et nous sommes restés dans les considérations habituelles sur l’Économie. Le bon élève nous a abreuvés de statistiques, de taux, de pourcentages…  au point de nous inviter à nous distraire avec le décor de ce salon élyséen. De nous interroger sur la qualité médiocre de la toile d’Alechinsky. Ces deux jambes lourdes d’un marcheur épuisé ont elles un sens caché ? Le grand Alechinsky nous a séduits avec des œuvres d’une autre qualité.

Bref quand Macron va-t-il nous dire ce qu’il compte faire devant la menace climatique, à propos de l’évasion fiscale massive, à propos de l’immigration africaine qui ne fait que commencer, à propos de la transition énergétique…?

J’espère qu’au cours du long tête à tête qu’ils ont eu avec Hulot ils ne se sont pas appesantis sur l’usage familier du mot bordel.

Hulot et contre tous

16 octobre 2017,

par Alain Hervé

NIcolas Hulot affronte les Verts en 2011, avant qu’ils ne lui préfèrent l’incompétente Eva Joly

Je crois que tous ceux qui souhaitent qu’une  civilisation écologique s’instaure en France doivent soutenir Nicolas Hulot. Dans le gouvernement actuel il est le dépositaire des plus lourdes responsabilités.

Nous cherchons des signes de réussites, depuis cinq mois, dans cette entreprise. Qu’il s’agisse de l’interdiction du glyphosate, de l’arrêt de centrales nucléaires, de l’abandon du projet de nouvel aéroport à Notre Dame des Landes, de la restauration d’un air respirable dans les villes, de l’abandon progressif d’une agriculture nocive pour la santé… Autant de défis majeurs qui mettent en cause de gigantesques intérêts particuliers et des équilibres sociaux précaires. Les succès ne sont pas flagrants jusqu’à ce jour. Mais les échecs non plus.

Il faut lui faire confiance. Je crois que c’est un homme honnête, intelligent, obstiné, réaliste mais aussi idéaliste.Pour avoir pataugé dans le milieu écologique depuis 1969. Pour avoir parcouru les océans en voilier pendant trois ans, pour voir sur quelle planète j’avais mis les pieds, j’apprécie que Hulot connaisse lui aussi très bien cette planète au delà du porche de son ministère boulevard Saint Germain. Je lui fais confiance.

Hulot dispose d’un allié redoutable. C’est le changement climatique. On ne négocie pas avec le climat, on ne l’achète pas, on ne le fuit pas, on ne lui échappe pas. On ne peut pas l’ignorer. C’est le climat qui décide du sort des espèces vivantes. Le climat s’invite dans toutes nos décisions d’avenir.

Malheureusement les hommes qui gouvernent la planète semblent vouloir l’ignorer. L’interview du Président de la République du 15 octobre n’a à aucun moment abordé ces perspectives.

Je ne voudrais pas me trouver à la place de Hulot. Mais je ne vois personne qui puisse le remplacer.

Travestissement social

22 septembre 2017,

par Alain Hervé

A la veille des sénatoriales, je crains de devoir reconnaître dans le positionnement des candidats le complexe originel de ceux qui ont entraîné l’écologie en politique dès les années 70. Le Sauvage en fut un exemple en allant se nicher à gauche chez le Nouvel Observateur.

C’était déjà la crainte d’apparaître comme réactionnaires pour ne pas commencer leur analyse par l’aspect social de la situation.

L’écologie pour être reconnue comme de gauche devait se prétendre d’abord sociale et seulement ensuite écologique.

Pesanteur historique et conformisme intellectuel, pour ne pas dire puérilité.

On peut comprendre la douloureuse constatation de l’indifférence de la nature aux conquêtes sociales.

La nature n’est ni compatissante, ni juge des aménagements entre classes sociales. La nature n’a pas lu Marx. (suite…)

Malot et Hucron suite

16 juillet 2017,

par Alain Hervé

On reste interrogatif devant le spectacle qu’offre en ce moment la politique française. Manifestement le nouveau Président de la République conduit son orchestre d’une main sûre et déterminée. Il pratique l’art de la stratégie gouvernementale et diplomatique avec subtilité. Il sait d’abord exploiter les talents des personnes qu’elles soient de gauche ou de droite, qu’elles soient incontestables ou douteuses. Qu’importe. Tous ensemble en avant. Un pas devant l’autre c’est la règle d’En marche. Et pour le moment on avance.

Hulot semble avoir été instruit de cette technique. Ses décisions tombent régulièrement. Savamment dosées pour satisfaire des espoirs et ne pas réveiller des oppositions radicales. Qu’il s’agisse de l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure, de l’aéroport de N.D. des Landes, des fermetures de réacteurs, de l’abandon progressif des moteurs à explosion, de la promotion des énergies renouvelables… On imagine le rôle qu’il peut avoir en coulisse dans l’opération de subversion climatique du président Trump. On avance.

Certes des désillusions vont se manifester. La petite meute, qui aboie dans la marge, veille aux impairs possibles, attend les occasions de déclarer des mobilisations populaires. Malgré eux ils jouent un rôle dans la partition.

Reste à savoir comment le calendrier peut être respecté. Un partenaire inflexible l’a fixé sans possibilité de négocier ou d’attendre. Il s’agit de l’inéluctable désordre climatique.

Macron et Hulot que nous avions le mois dernier rebaptisés Hucron et Malot, tant ils semblent fonctionner en accord, paraissent l’avoir bien compris et agir en conséquence. Miraculeuse occurrence dans l’histoire de France. Et du monde ?

Sont ils bien ce qu’ils paraissent être ?

Ont ils bien entrepris ce que l’on imagine ? Ont ils des chances de réussir ?

Je me pose ces questions, car nous n’en sommes encore qu’aux questions.

Leur réussite ou leur échec concerne la survie de notre espèce humaine.

Macron se pose en effet comme un Bonaparte mondialiste. Il a embauché un condottiere inspiré qui connaît sa planète sur le bout du doigt pour l’avoir empoignée depuis des années.

A eux deux il incombe de réussir.

Alain Hervé

 

St Malot et St Hucron priez pour nous

15 juin 2017,

Par Alain Hervé

Finissons en avec ces législatives précuites et venons en au seul propos sérieux de ce nouvel âge politique qui commence lundi.

Que vont faire Malot et Hucron pour en finir avec le chômage et le réchauffement climatique? L’un et l’autre exigent des solutions radicales. Mais le génie de nos deux artisans du miracle va devoir consister à rendre compatible ce qui jusqu’à ce jour est apparu comme absolument contradictoire. (suite…)