Articles avec le tag ‘agriculture’

Agriculture industrielle et inondations

13 juin 2016,

Inondation et agricultureOn n’insistera jamais trop sur la liaison entre l’agriculture industrielle, dite « conventionnelle » et la dégradation des sols. Si vous ne l’avez pas lu, un must : « Le sol, la terre et les champs » de Claude et Lydia Bourguignon.

Sur le sujet précis traité par Jacques Caplat, si vous préférez écouter que lire, l’argumentation sur la liaison entre mode de culture et inondations, exposée en termes clairs, percutants et contemporains, peut-être plus pertinente que le ton familier ne le laisserait deviner.  Le Sauvage

Inondations

5 juin 2016,

champ inondé Sous le titre « Inondations : la responsabilité oubliée des sols agricoles » un article de l’an dernier tiré du blog de Jacques Caplat , article qui reste malheureusement d’actualité

…Au détour de précédents billets, j’ai déjà évoqué sur ce blog le rôle essentiel de sols vivants pour l’équilibre de l’écosystème agricole, l’importance de les voir abriter une mycorhize développée, ainsi que la nécessité d’implanter des cultures associées couvrant soigneusement le sol pour limiter l’érosion et optimiser la photosynthèse. Je reviendrai peut-être sur certains aspects dans le courant de l’année à venir, telle la question du labour, mais préfère m’attacher ici à un aspect souvent négligé et pourtant primordial, celui du rôle régulateur du sol face aux dérèglements climatiques.

Les inondations sont d’abord la conséquence de sols appauvris

La répétition récente des inondations meurtrières et coûteuses, dans plusieurs régions françaises, conduit certains journalistes (suite…)

Lecture de Laudato si’ par une agronome

18 août 2015,

ImageJ=1.47vpar Sarah Feuillette (1)

Malgré ma posture critique vis à vis du rôle de l’Eglise dans bien des domaines, j’ai lu avec grand intérêt la dernière encyclique, Laudato si’, et je partage les deux analyses qui en ont été faites dans Le Sauvage, la lecture du mécréant et celle du chrétien écolo. Je l’ai notamment lue avec mon regard d’agronome, car l’agriculture française me semble très concernée par cette encyclique, au moins à deux titres.

En premier lieu car le lien entre environnement (sujet central de l’encyclique : « la sauvegarde de la maison commune ») et agriculture est très fort, du fait de l’emprise territoriale de l’agriculture française (plus de 53% du territoire métropolitain) mais aussi et surtout de ses pratiques dominantes, comme le résume ainsi la très intéressante étude « Agriculture et biodiversité » menée par l’INRA en 2008 : « L’agriculture française moderne exploite peu les services écologiques naturels, auxquels elle a substitué des intrants chimiques (pesticides, fertilisants). En outre, la réduction du nombre de cultures, la simplification des méthodes culturales et l’homogénéisation des paysages (disparition des haies par exemple) ont des effets négatifs sur la biodiversité des espaces agricoles. »

(suite…)

Ceux qui ne nous aiment pas : aujourd’hui Jean-Marc Sylvestre

30 juillet 2015,

Grant Wood, fermiers américainspar Ghislain Nicaise

Nous avons eu l’occasion de relever outrances, amalgames et contre-vérités dans les propos de polémistes anti-écolos, récemment avec Michel Gay, l’an dernier avec Maud Fontenoy, mais nous sommes obligés d’admettre que le maillot jaune du fanatisme anti-écolo est pour le moment Jean-Marc Sylvestre. Dans un article du 25 juillet dernier paru sur le site de notre confrère Atlantico cet ancien universitaire, journaliste et auteur spécialisé dans l’analyse économique dénonce la trop grande influence des écolos et du Front de gauche sur le gouvernement Hollande-Valls, ce qui serait à l’origine de la colère des agriculteurs français. Le titre de l’article : « Hollande et Valls découvrent que les écologistes et les altermondialistes ont ruiné l’agriculture française » est suivi de ce paragraphe : « Les agriculteurs français sont en colère et ça va forcément continuer tant que le gouvernement français n’aura pas compris que le climat écolo-bobo-altermondialiste qui domine la classe politique de gauche a ruiné les mécanismes de marché et du même coup les agriculteurs. » La thèse que la présidence de Hollande a changé le cours de l’économie agricole en trois ans dans notre pays semble hallucinante mais après tout (suite…)

Non aux fermes-usines

20 février 2015,

Non à l'industrialisation.redSur le site de la Confédération Paysanne,

Carte de l’industrialisation de l’agriculture : Une dérive destructrice pour les paysans. 19.02.2015

Il y a donc une réelle intention de livrer notre métier aux mains d’industriels plus soucieux de leurs parts de marché que de l’emploi, de l’alimentation ou de l’environnement. L’exemple de la pieuvre Sofiprotéol (avec sa nouvelle entité Avril) est particulièrement parlant. Producteur d’aliments, fournisseur de conseils et de débouchés, financeur, la société du Président de la FNSEA* s’accapare la production et la valeur ajoutée au mépris des paysans. Mais cette carte n’est que la partie immergée d’un énorme iceberg. Quotidiennement, les paysans sont poussés par la profession agricole, les banques et les politiques vers l’agrandissement, la modernisation à outrance et la déconnexion de leur métier, accentuant leurs difficultés.

(suite…)