Articles avec le tag ‘croissance’

Votre récession n’est pas notre décroissance

4 septembre 2014,

Lindgaard livreNous avons lu sur Mediapart du 31 août 2014, un article de Jade Lindgaard intitulé « Croissance: on arrête tout, on réfléchit ».

« Alors que le PIB stagne en France depuis le début de l’année, les penseurs et militants de l’après croissance gagnent en audience. Ils ambitionnent de produire de nouveaux modèles macroéconomiques adaptés à la crise écologique. Une conférence internationale se tient en Allemagne autour du slogan Votre récession n’est pas notre décroissance. »

…la suite en s’abonnant à Médiapart…

Le Sauvage

Notre illustration ci-contre est la couverture d’un livre très récemment publié par cette journaliste.

Une 4e blessure narcissique ?

1 août 2014,

Freudpar Thierry Caminel

L’inéluctable décroissance de l’activité économique est connue depuis au moins 40 ans. En 1972 paraissait ainsi le rapport Meadows pour le Club de Rome intitulé « The Limits to Growth », qui montrait déjà que l’activité économique était nécessairement dépendante des flux de matières, et que ceux-ci ne pouvaient que se réduire. A la même période, Nicholas Georgescu-Roegen intégrait l’économie dans la thermodynamique, et notamment dans le second principe qui traduit l’irréversibilité des transformations de l’activité économique.

Pourtant, la plupart des économistes, hommes politiques, journalistes ou spécialistes, continuent de prendre pour hypothèse, implicite ou explicite, que le progrès technique permettra un fort découplage et une croissance « verte ». Cette hypothèse est basée sur des modèles macro-économiques de croissance endogène qui ignorent l’énergie en tant que facteur de production, donc manquant l’essentiel, et sur une vision optimiste des capacités de l’homme à trouver des solutions techniques aux problèmes qui se posent.

Freud écrivait que « le narcissisme universel, l’amour-propre de l’humanité, a subi jusqu’à présent trois graves démentis de la part de la recherche scientifique », (suite…)

Une société post-croissance

26 avril 2014,

croissance en France depuis 1960Vous pouvez télécharger ici un rapport de 76 pages, clair et bien illustré de l’IDDRI (Institut du Développement Durable et des Relations Internationales) et du CIRED (Centre International de Recherche sur l’Environnement et le Développement) intitulé « Une société post-croissance pour le XXIe siècle. Peut-on prospérer sans attendre le retour de la croissance ? Nous en reproduisons l’avant propos ci-dessous. Le Sauvage

LA CROISSANCE, UNE OBSESSION POLITIQUE

Dans les discours politiques, de droite comme de gauche, la croissance économique est invoquée comme la solution aux problèmes économiques et sociaux, i.e. une condition sine qua non de la prospérité individuelle et collective. Pour les tenants de ces discours, une forte croissance est non seulement souhaitable, (suite…)

Trois modèles du monde

30 janvier 2014,

Les trois modèles dont il est question ci-dessous sont 1) le modèle productiviste dominant, porté par la plupart des partis et des responsables politiques, 2) la prise en compte de la finitude des ressources assumée par quelques essayistes et militants après l’étude dite du Club de Rome et 3) le risque proche de rupture brutale des équilibres planétaires tel qu’il fut publié par un groupe de scientifiques dans la revue Nature en 2012.  Le Sauvageillustration 3 modèlesTrois modèles du monde par Yves Cochet

Il est vain de pré­ten­dre décrire l’avenir aussi pré­cisé­ment qu’on peut le faire du passé. Néan­moins, un souci con­stant des acteurs économiques et poli­tiques est de pro­jeter leurs con­vic­tions dans le futur afin qu’il advi­enne con­for­mé­ment à celles-ci par une prophétie auto-réalisatrice. (suite…)

En panne d’intelligence

7 janvier 2014,

7401.Couverture SauvagePar Christophe Chelten

Quand on observe la vie politique française, on est frappé par la maladresse de ses mouvements. La première page de l’actualité est encombrée par le comique antisémite auquel on offre une publicité gratuite  extravagante et par le retour d’une insignifiante affaire Léonarda.

S’agit-il d’un rideau de fumée destiné à masquer l’impuissance de la classe politique, aussi bien de gauche que de droite, à traiter la catastrophe économique et sociétale actuelle. Une journaliste des Echos finit par dire devant les caméras de la télévision : « Cessons de parler de la Crise. Il n’y a pas de crise nous sommes face à une mutation… »

Sommes nous en panne d’intelligence disponible parmi nos élus et nos éligibles ? Ils ne réussissent pas à relancer la vielle machine économique, nous en avons la preuve depuis des années maintenant.

Je crains qu’ils soient encore moins capables d’affronter la mutation nécessaire. Les écologistes ont donné l’alarme il y a déjà quarante ans (Rapport Meadows, entre autres). Aujourd’hui de nombreux scientifiques s’associent à cette alerte, demandent des mesures urgentes pour tenter de juguler le désordre climatique. Seuls les économistes et les politiques ne veulent pas comprendre. On finit par se demander si nous donnons le pouvoir de gérer nos sociétés à des gens peu intelligents ?

La réponse est oui.     C.C.

En illustration, la couverture du n°9 du Sauvage, paru en janvier 1974.