Articles avec le tag ‘écologie politique’

L’écologie au cœur de la reconstruction politique

27 septembre 2014,

141006.Rencontre Reporterre

 

Participez à la réflexion et à la discussion en envoyant analyses, idées, questions à rencontres@ reporterre.net

 

Croissance, on arrête tout, on réfléchit

4 septembre 2014,

La rédaction du Sauvage a apprécié cette apostrophe d’un militant écologiste en réaction à l’article de Jade Lindgaard paru récemment sur le site de Mediapart More production« Croissance, on arrête tout, on réfléchit » :

Est-ce que à EELV on commence à comprendre, qu’il n’y aura pas de retour de la croissance ?

A comprendre, les conséquences de l’absence de croissance dans un système dont le fonctionnement repose sur la croissance ?

Et qu’il est trop tard pour le développement durable, l’écoblanchiment… ?

Vous avez déjà vu une rentrée politique comme ça ?

Quelles sont les réponses de l’écologie politique, pas les réponses superficielles PS compatibles, réellement les réponses d’une écologie politique, portée notamment par des militants créatifs présent-e-s dans les initiatives citoyennes locales  ?

Une écologie politique qui prendrait les problèmes à la racine.

Il n’y aura pas de réponses descendantes d’un système politico-économique totalement sclérosé. Y compris EELV, pour le moment, parti qui s’accroche à des pratiques politiques archaïques. C’est pathétique.

Nous sommes pris dans une nasse. Le système a saturé tout l’espace disponible et est à l’origine de tensions de plus en plus fortes. Il ira jusque dans le mur, si nous ne parvenons pas à inverser la courbe.

Le probable, c’est l’effondrement. Le possible, c’est d’inverser la courbe. C’est finalement le but ultime de l’écologie politique, permettre à nos enfants, petits enfants, à leurs propres enfants, de pouvoir continuer à vivre sur cette planète dans des conditions acceptables.

Cordialement ,             Pascal Bourgois

L’Ecossais fou d’écologie

26 août 2014,

BurnsideSur le site de notre consoeur Marianne

John Burnside, l’Ecossais fou d’écologie

Romancier et poète, John Burnside distille dans son œuvre une pensée politique posant les arcanes d’une écologie critique. Il prêche une éthique environnementale sans concession. Le 28 août paraît en France « l’Eté des noyés ». Rencontre.

Poète couronné d’une salve de prix dans son pays, l’Ecossais John Burnside est aussi l’auteur d’une œuvre romanesque intense et explosive (publiée en France par Métailié, hormis deux livres non encore traduits en français)…

Se lit donc, accoudée à ses fictions, et jusque dans son anthologie de poèmes écologistes Wild Reckoning (Gulbenkian, 2004), une pensée politique fustigeant notamment le développement durable comme un outil cosmétique, écologie de pacotille brandie par les industriels et arsenal du pouvoir. (suite…)

Ecologie politique et sciences sociales

16 janvier 2014,

Yves CochetLundi 13 et mardi 14 janvier, s’est tenu un colloque « Écologie politique, sciences sociales et interdisciplinarité » à l’Université Paris 7. Plus de 80 chercheurs et universitaires des Sciences Humaines et Sociales (SHS) ont présenté des études sur l’écologie politique. Plus de 300 participants, beaucoup de jeunes, des analyses nouvelles.

L’ensemble des contributions sera bientôt mise en ligne sur le site ecologiepolitique.tk, Le Sauvage vous offre en avant-première l’intervention d’Yves Cochet, que nous remercions.

L’aversion des SHS pour l’écologie politique

par Yves Cochet*

 Les Sciences humaines et sociales (SHS), comme leur nom l’indique, ont peu de raisons de s’intéresser à l’écologie politique si celle-ci consiste simplement à adjoindre au champ politique des analyses et des propositions issues de l’étude de la nature. La représentation picturale du développement durable révèle cette image rassurante (suite…)

Copinage

9 novembre 2013,

Pour une info libre sur l’écologie, soutenez ReporterreReporterre

Tous les jours, Reporterre présente informations, tribunes, interviews, annonces et alternatives autour de l’écologie. Leur site laisse tous ses contenus en libre accès, parce que leur équipe croit au partage de l’information, et pour gagner le plus grand nombre à la connaissance des problèmes écologiques.

Pour mieux savoir qui anime ce journal – c’est ici.