Articles avec le tag ‘écologisme’

Le livre des livres sur l’écologie

31 août 2017,

par Ghislain Nicaise. Ce livre d’Ivo Rens s’intitule Entretiens sur l’écologie. De la science au politique. A première vue c’est une sorte d’anthologie écrite allègrement par l’auteur, c’est en fait la retranscription d’une série d’une vingtaine d’émissions radio, chaque émission portant sur un livre et son auteur, ce qui en rend la lecture facile. Il est tentant de paraphraser la préface de Philippe Lebreton, un ami et un auteur dont nous avons déjà publié des articles (ici et ) et dont nous avons recensé le dernier livre. Cette préface distingue Les éclaireurs (J.B. de Lamarck, Alexandre de Humboldt, Charles Darwin, Alphonse Forel, Vladimir Vernadsky), Les accusateurs (Robert Hainard, Henri Osborn, Bertrand de Jouvenel, Rachel Carson, Barry Commoner), le débat Écologie versus Économie (Donella & Dennis Meadows, Nicholas Georgescu-Roegen, François Meyer, Prof. Mollo-Mollo) et La morale écologique (Hans Jonas, François Ramade, Bella & Roger Belbeoch, Jean-Pierre Dupuy), distinguée de L’éthique (Jacques Grinewald, Patrick Blandin, Corinne Pelluchon).
Le livre commence fort sur Lamarck et Darwin, (suite…)

Un avenir peint en vert pour la France ?

22 juillet 2016,

1607.Couverture M.SourrouilleCOMMUNIQUÉ DE PRESSE

L’écologie à l’épreuve du pouvoir. Un avenir peint en vert pour la France ?

Cet ouvrage donne des clés pour juger de la politique en toute connaissance de cause… À lire absolument avant d’aller voter ! Jusqu’en 1974, la politique ignorait l’écologie. En présentant sa candidature à la présidentielle, René Dumont fait entrer l’écologie en politique. Depuis, de nombreuses péripéties ont marqué historiquement la montée de cette nouvelle sensibilité en France. Plus la conscience que la planète et ses habitants sont en danger progresse, plus il se forme un peuple écolo… Alors oui, l’écologie sera un jour au pouvoir – et peut-être même plus tôt qu’on a tendance à le penser – même s’il est difficile de dire dans quel cadre. Lors d’une présidentielle ? D’une élection européenne ? Ou bien par le biais de députés qui feraient de la politique autrement ?

Dans un monde de plus en plus difficile et dangereux, il y a encore des raisons d’espérer. Les programmes qui tiennent compte de l’urgence écologique existent. Ils sont même nombreux. Et surtout, ils proposent une vision à long terme qui reste étrangement (suite…)

Lecture de Laudato si’ par un mécréant

8 juillet 2015,

St François d'AssisePar Ghislain Nicaise

A la demande de la rédaction du Sauvage, pour la première fois de ma vie, j’ai lu une encyclique. Cette publication est saluée par la presse comme un tournant de l’église catholique vers l’écologisme, sous l’impulsion d’un pape novateur. Avant de tenter un commentaire du  texte (1), sur la forme et le fond, comme pour une publication ordinaire, j’ai voulu le passer au crible des trois racines de l’écologisme. Maintenant encore, je suis assez content de moi d’avoir un jour proposé les critères nécessaires et suffisants d’une pensée écologiste. A cette époque j’écrivais « Le but de cette classification n’est pas de décerner un brevet de bon-ne écologiste (si vous avez rempli les trois conditions, vous avez réussi le test…) mais de fournir une grille explicative, qui reste un fil conducteur pour comprendre l’écologisme. » En fait le texte de l’encyclique Laudato si’ a pratiquement réussi le test, en remplissant les trois critères.

Sur le premier, qui est la prise en compte de la finitude de la planète et des ressources, (suite…)

Programmes écologiques en devenir

2 avril 2015,

oui c'est vous

Dans le bi-mensuel BIOSPHERE-INFO n° 348, par Michel Sourrouille, quelques indications qui demandent d’urgence une application politique pour pouvoir gérer le long terme…                           1971. Socialisation de la nature de Philippe Saint Marc  (Stock). Ce serait une étrange erreur que penser conserver la Nature en maintenant inchangé le système économique qui la détruit. Matérialisme, libéralisme, urbanisation aggravent en effet considérablement la pénurie de Nature résultat de l’encombrement de l’espace par la croissance démographique et économique. Tant que notre civilisation matérialiste donnera au milieu naturel une grande valeur lorsqu’il est détruit, une valeur faible lorsqu’il est sauvegardé, comment s’étonner qu’il disparaisse ? La seule réponse, la clef de voûte de cette construction nouvelle est la socialisation de la Nature. Ce serait reconnaître qu’elle est le bien commun universel, qu’elle doit être ouverte à tous et que son maintien est une mission de service public. D’où la nécessité d’affecter une forte part du Revenu National à un « budget de la Nature » et d’en faire supporter le poids principal aux responsables des nuisances : les pollueurs doivent être les payeurs.

(suite…)

Jacobins vs Girondins

18 avril 2014,

Girondinspar Ghislain Nicaise

Il n’est pas très original de rappeler que l’opposition entre les Girondins décentralisateurs, respectueux des particularités locales, et les Jacobins, pour qui l’Etat central doit tout orchestrer, donne une grille de lecture politique toujours actuelle. Les Jacobins ont pris le dessus en 1793 en guillotinant simplement les députés Girondins et il semble que leur vision soit encore largement hégémonique dans notre pays.

C’est la lecture d’un article de Dominique Bourg dans Le Monde qui m’a incité à réagir en invoquant l’esprit girondin habituellement révéré des écologistes. Pour celles et ceux qui ne le connaitraient pas, Dominique Bourg est professeur à l’Université de Lausanne, Vice-président de la Fondation Nicolas Hulot et auteur de nombreux ouvrages qui servent avec talent la cause de l’écologisme.

Son interprétation du message envoyé aux écologistes à l’occasion du récent scrutin municipal français est à l’opposé de celle publiée récemment sur le site du Sauvage. (suite…)