Articles avec le tag ‘élections’

Le FN perd 400 000 voix ?

9 décembre 2015,

urnepar Charles Ribaut. Il y a plusieurs façons de lire le résultat des élections, on peut les examiner en pourcentage des exprimés ou en nombre de votants. Le plus souvent les commentaires se font sur les pourcentages d’exprimés, ce qui sous-entend que l’abstention affecte toutes les listes de manière égale.  L‘IFOP suggère que c’est le cas mais selon Brice Teinturier (directeur d’IPSOS)  « Il y a plus d’abstentionnistes chez ceux qui ont voté Hollande en 2012 que chez ceux qui ont voté Le Pen. C’est sûrement l’une des raisons du succès du FN à cette élection ». Je persiste donc à penser que les chiffres absolus méritent de l’attention. Je vais reprendre l’exemple du Front National : le nombre de personnes qui se sont déplacées pour voter FN au premier tour des élections régionales du 6 décembre 2015 (6 018 914) est nettement inférieur à celui du premier tour des dernières présidentielles (6 421 426). C’est ce qui est résumé dans le titre de ce billet et qui se démarque un peu d’autres analyses récentes, par exemple sur le site de l’Obs« Le premier tour des élections régionales 2015 marque le meilleur score jamais réalisé par le parti d’extrême droite à une élection en France, dépassant la barre des 6 millions de voix. »  Meilleur score oui mais en pourcentage des exprimés, (suite…)

Le quadripôle politique français, vérité qui dérange, bégaiement de l’histoire ?

25 mars 2014,

Ils l'ont fait.couvpar Ghislain Nicaise

Deux partis politiques ont vraiment progressé lors du premier tour des élections municipales 2014 : le Front national et les Ecologistes. Comme le fait remarquer notre confrère Reporterre, les écologistes s’en tirent nettement mieux, avec une moyenne de 11,6 % des suffrages exprimés sur les communes où il y avait une tête de liste Europe Ecologie Les Verts (EELV) contre 7% pour le Front national dans les mêmes conditions. Le second tour amènera probablement bien davantage de maires écolos que de maires frontistes, alors que les médias s’accordent à souligner la configuration tripolaire des élections en cours. L’effet délétère de l’alliance d’Europe Ecologie Les Verts avec le principal parti du gouvernement ne s’est fait sentir que sur les listes d’union locale avec le PS. Par contre à Grenoble les écologistes alliés au Front de gauche arrivent en tête avec 29,4 % des suffrages devant le PS à 25,3 %.

Je me souviens clairement qu’il y a une vingtaine d’années, je prédisais à qui voulait l’entendre que la bipolarité Parti socialiste versus RPR allait être remplacée par le tandem antagonique Verts/Front national. (suite…)

Cumul info-service

13 novembre 2012,

Pour secourir, soulager votre élu en mal de cumul, nous vous recommandons vivement l’écoute du dernier billet de Sophia Aram.

Pour la parité, inventons le scrutin duonominal

9 mai 2010,

La parité homme-femme est désormais inscrite dans la Constitution de notre pays, et tout le monde s’en félicite.

Les élections régionales récentes ont confirmé de ce point de vue la pertinence et l’efficacité des listes mixtes alternant les candidats de chaque sexe, listes dites chabadabada, qui garantissent l’égale représentation des hommes et des femmes dans les conseils régionaux.

Le projet de loi sur la réforme territoriale actuellement en discussion au Parlement prévoit parmi nombre de propositions discutables (suppression de la clause de compétence générale, encadrement budgétaire des collectivités, recentralisation perlée,…), la création d’un nouveau conseiller territorial appelé à remplacer les conseillers régionaux et généraux  en siégeant dans les deux assemblées.

Pour maintenir la parité, le bon sens aurait voulu que le mode de scrutin retenu pour l’élection de ces nouveaux conseillers territoriaux s’inspire du mode de scrutin des régionales, en renforçant éventuellement le poids et la lisibilité des sections départementales; malheureusement, le mode de scrutin proposé par le gouvernement est, sur la base de simples calculs politiciens, le scrutin uninominal à deux tours secs, agrémenté d’une dose homéopathique de proportionnelle.

De l’avis général, un tel mode de scrutin aura pour conséquence inéluctable de faire régresser de manière considérable la parité dans les assemblées territoriales ; ce qui risque d’ailleurs de frapper d’inconstitutionnalité cette réforme, puisque la Constitution prévoit explicitement que « la loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et aux fonctions électives ».

Aussi, pour maintenir la parité, à défaut de l’équité, pour ces nouvelles élections territoriales, la solution pourrait être d’inventer dans  notre pays le scrutin « duonominal », scrutin dans lequel les candidatures doivent être obligatoirement présentées par paires, un homme- une femme, tous deux étant élu(e)s en cas de succès. La parité serait ainsi garantie dans chacune des assemblées.

Pour réaliser cette réforme, sans augmenter le nombre d’élus, il suffit de regrouper les cantons par deux, trois ou quatre, et d’élire deux conseillers par circonscription ainsi créée, à charge pour eux de s’organiser comme ils l’entendent à l’intérieur de leur circonscription (répartition par compétences ou par territoire).

La question de savoir si cette élection doit être à un tour,  deux tours secs (où seules les deux paires arrivées en tête au premier tour peuvent se présenter au deuxième tour), ou  deux tours ouverts (où les paires ayant obtenu 10% au premier tour peuvent se maintenir au deuxième) méritera d’être posée. Cependant, pour éviter les triangulaires ou quadrangulaires qui risqueraient de conduire à une paralysie par fragmentation des assemblées, il paraitrait  judicieux de s’orienter vers un scrutin à deux tours secs, mais avec faculté de recomposer les paires entre les deux tours sur la base d’accords politiques, tout en maintenant bien entendu la parité homme-femme; cette option permettant d’ailleurs de favoriser une meilleure représentation proportionnelle.

En cas de réussite, cette formule de scrutin duonominal pourrait être élargie au scrutin législatif, garantissant enfin une juste représentation des femmes à l’Assemblée Nationale !

Christian DESPLATS, Conseiller régional Provence Côte d’Azur