Articles avec le tag ‘pesticides’

Pesticides

24 octobre 2016,

phytosanitaire-protecthomsLa réponse de Jacques Caplat à la campagne de désinformation de la FNSEA est à lire en Acte 4 de cette pièce.

Acte 1

En mars 2014, 23 enfants de deux classes de l’école primaire de Villeneuve-de-Blaye (Haute-Gironde), ainsi que leur enseignante, avaient été intoxiqués peu après le traitement de parcelles de vignes jouxtant l’établissement. L’enseignante avait été hospitalisée. Cette affaire avait fait grand bruit, la ministre Ségolène Royal avait rapidement annoncé l’interdiction des épandages de pesticides au moins de 200 mètre d’une école, puis un arrêté préfectoral, début 2016, avait essayé d‘encadrer plus sévèrement les pratiques. (Sud-Ouest le 12 septembre 2016).

Acte 2

CASH-INVESTIGATION du 02/02/2016 sur FRANCE2 (suite…)

Interdit de critiquer les pommes « chimiques »

18 octobre 2016,

pubbiocoop-pommesSur le site « Bio à la une », sous le titre

Justice : Biocoop condamné à payer 30.000€ pour avoir critiqué les pommes non bio

Par Mathieu Doutreligne publié le 11/10/2016 –

  • En septembre dernier, l’enseigne Biocoop a été condamnée en justice suite à une campagne de communication dénigrant les pommes non bio. Une campagne jugée anticoncurrentielle à l’égard des filières non biologiques.

Il est interdit de critiquer l’agriculture chimique

Certains d’entre vous, déjà convaincus par le bio, ont vu passer cette campagne publicitaire de 2014 à l’initiative de Biocoop. Une campagne dénigrant (suite…)

Aventures en permaculture – 21, Peut-on se passer de pesticides au jardin ?

29 août 2015,

111113.Carabus.intricatus redpar Ghislain Nicaise

Un des responsables de la Société locale d’Agriculture et d’Horticulture a lancé cette interrogation, propre à engendrer un troll, pour animer les échanges internet de l’association. La question était accompagnée d’un texte se livrant à un massacre en règle de l’utilisation du purin d’orties. Après avoir vu passer des réponses assez diverses, dont certaines de solide bon sens (« Evidemment que l’on peut se passer de pesticides ! Ces produits ne sont apparus que dans les années 50-60 et que je sache, auparavant, nos cultures se portaient très bien… ») je n’ai pu me retenir d’y ajouter mon grain de sel.

Je crois que la solution n’est pas de remplacer des pesticides de synthèse par des extraits ou macérats de plantes. Je proposerait volontiers que l’effet parfois positif des purins divers porte plus sur la nourriture apportée aux plantes cultivées que sur la destruction de pestes. (suite…)

Salon

25 février 2015,

livres J.CaplatNous  avons lu sur le site des Journalistes Ecrivains pour la Nature et l’Ecologie un éditorial de circonstance de Jacques Caplat paru le 24 février 2015 (en plein Salon de l’Agriculture) sous le titre Agriculture et environnement : la cause semblait entendue…

La cause semblait entendue…
De plus en plus d’études démontrent les ravages causés par les pesticides sur la santé humaine et environnementale (abeilles et pollinisateurs sauvages, sol, eau…), tandis que des paysans, notamment en agriculture biologique, font la preuve de l’efficacité de techniques alternatives. Les travaux des éthologues comme des économistes prouvent que l’élevage industriel est à la fois un scandale éthique et un terrible destructeur d’emplois. Les dernières statistiques établissent que les OGM n’apportent aucun bénéfice économique aux agriculteurs, augmentent leur dépendance vis-à-vis de l’agro-industrie et conduisent au développement de plantes ultra-résistantes puis à l’augmentation des doses de pesticides.

L’actualité de la lutte contre le dérèglement climatique (suite…)

Sauver les insectes

24 juin 2014,

Abeille sauvage:goumi.redCet article de Stéphane Foucart dans le Monde du 26 juin m’a semblé particulièrement pertinent. Charles Ribaut.

Le déclin massif des insectes menace l’agriculture                    Par Stéphane Foucart

« Je pense que j’ai dû me réveiller vers le milieu des années 2000. Un jour, alors que je marchais près de chez moi, dans la garrigue, je me suis demandé où étaient passés les insectes, car il me semblait qu’il y en avait beaucoup moins qu’avant, raconte Maarten Bijleveld van Lexmond. Et puis j’ai réalisé qu’il y en avait aussi de moins en moins collés sur le pare-brise et la calandre de ma voiture. Presque plus, en fait. » En juillet 2009, dans sa maison de Notre-Dame-de-Londres (Hérault), le biologiste néerlandais, (suite…)