Articles avec le tag ‘sols’

Inondations

5 juin 2016,

champ inondé Sous le titre « Inondations : la responsabilité oubliée des sols agricoles » un article de l’an dernier tiré du blog de Jacques Caplat , article qui reste malheureusement d’actualité

…Au détour de précédents billets, j’ai déjà évoqué sur ce blog le rôle essentiel de sols vivants pour l’équilibre de l’écosystème agricole, l’importance de les voir abriter une mycorhize développée, ainsi que la nécessité d’implanter des cultures associées couvrant soigneusement le sol pour limiter l’érosion et optimiser la photosynthèse. Je reviendrai peut-être sur certains aspects dans le courant de l’année à venir, telle la question du labour, mais préfère m’attacher ici à un aspect souvent négligé et pourtant primordial, celui du rôle régulateur du sol face aux dérèglements climatiques.

Les inondations sont d’abord la conséquence de sols appauvris

La répétition récente des inondations meurtrières et coûteuses, dans plusieurs régions françaises, conduit certains journalistes (suite…)

Brève de climat 5

20 septembre 2015,

Vous pouvez télécharger ici une brochure facile à lire et néanmoins percutante. Extraits :

Un taux de croissance annuel du stock de carbone dans les sols de 4 po4 pour 1000ur 1000 permettrait de stopper l’augmentation de la concentration de CO2 dans l’atmosphère. …une augmentation, même infime, du stock de carbone des sols agricoles (y compris les prairies et pâtures) et forestiers est un levier majeur pour améliorer la fertilité des sols et la production agricole et participer au respect de l’objectif de long terme de limiter la hausse des températures à +1,5/2°C, seuil au-delà duquel les conséquences induites par le changement climatique seraient d’une ampleur significative.

Chiffres clés

– 24 % des sols mondiaux sont dégradés à des degrés divers, dont près de la moitié des sols agricoles [source: Bai et al., 2013]

– il y a 1 500 milliards de tonnes de carbone dans la matière organique des sols mondiaux, plus de deux fois le carbone du CO2 atmosphérique [source : GIEC, 2013]

– 1,2 milliards de tonnes de carbone par an pourraient être stockées dans les sols agricoles (cultures et prairies) soit un taux annuel de stockage d’environ 4 pour 1 000 par rapport à l’horizon de surface du sol [source : GIEC, 2014].

– ente 24 et 40 millions de tonnes de grain supplémentaires pourraient être produits chaque année en Afrique, Asie et Amérique du Sud en stockant une tonne de matière organique par hectare [Lal , 2006].

Le Sauvage

Brève de climat 2

23 mai 2015,

thermomètre2Sur le site de Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture : Le programme « 4 pour 1 000 » a pour objectif d’améliorer les stocks de matière organique des sols de 4 pour 1000 par an. Une augmentation relative de 4 pour mille par an des stocks de matière organique des sols suffirait à compenser l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre de la planète… Dans le dialogue international, la lutte contre le réchauffement climatique s’est beaucoup focalisée sur protection et la restauration des forêts. Avec le programme 4 pour 1000, la France met l’éclairage sur un nouvel enjeu : la restauration des terres dégradées…

Sols en péril dit l’ONU

26 janvier 2014,

ImageJ=1.38xDes centaines de millions d’hectares de terres, soit presque la superficie du Brésil, sont menacées de dégradation – met en garde un rapport de l’ONU. Mais une meilleure gestion permettrait de sauver près de la moitié de ces terres.

Conséquences pour la sécurité alimentaire et les systèmes naturels

Davos (Suisse) 24 janvier 2014 Jusqu’à 849 millions d’hectares de terres naturelles – quasiment la superficie du Brésil – seront sans doute dégradés d’ici à 2050 si la tendance actuelle à leur utilisation non durable se poursuit, met en garde un rapport du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE). La nécessité de nourrir une population grandissante au niveau planétaire conduit à la destruction de toujours plus de savanes, prairies et forêts mondiales pour les convertir en terres agricoles. La dégradation de l’environnement et la perte de biodiversité massives qui en résultent touchent, selon les estimations, 23 % des sols mondiaux. (suite…)

Le mythe végétarien

1 janvier 2014,
Le mythe vég.couverturepar Ghislain Nicaise
Il est paru sous ce titre un livre passionnant, qui, quels que puissent être ses aspects polémiques, mérite d’être analysé dans le détail. Il apporte des éléments nouveaux dans le débat qui oppose les végétariens aux omnivores. Je vais essayer d’en résumer ma lecture, en ajoutant quelques commentaires personnels à la fin.

Sur le livre

Ce livre est paru initialement sous le titre The Vegetarian Myth : Food, Justice, and Sustainability. Il vient d’être édité en français aux éditions Pilule Rouge. Lierre Keith, l’auteure, est née en 1964, elle se définit sur son site comme écrivaine, fermière et féministe. Elle distingue les arguments végétariens en éthiques, politiques et diététiques et en fait trois grands chapitres de son livre. Elle a été végétalienne (vegan en anglais, c’est à dire ne prenant aucune nourriture d’origine animale) pendant 20 ans, ce qui donne une force particulière à son plaidoyer. Une recherche sur internet montre rapidement les réactions haineuses dont elle a été victime, elle commente ces réactions en écrivant qu’être végétarien, ce n’est pas qu’une option diététique, c’est un choix identitaire profond. (suite…)