Articles avec le tag ‘végétalien’

Too much of a good thing ?

2 février 2017,

Hormèsepar Ghislain Nicaise

J’ai appris un nouveau mot avec l’article passionnant de Mark Mattson dans le numéro de février 2017 de Pour la Science. L’hormèse est la propriété de molécules toxiques d’avoir un effet bénéfique à faible dose. Ce n’est pas le cas de tous les toxiques, il y a des molécules toxiques non hormétiques : mon médecin à qui j’en parlais m’a dit « oui, ce sont les poisons ». Je cite Mattson : Les fruits et légumes contiennent souvent des toxines qui ont des effets bénéfiques sur notre santé lorsque nous en consommons de petites quantités… Les substances non hormétiques tel le mercure sont dangereuses même à faible dose.

Ce n’est pas si simple si l’on se fie au célèbre énoncé de Paracelse Tout est poison, rien n’est poison : c’est la dose qui fait le poison. (suite…)

Faut-il être végétarien ?

14 janvier 2014,

ImageJ=1.38xNous vous avons sélectionné sur une liste de discussion quelques réactions à la présentation du livre de Lierre Keith, le Mythe Végétarien, à partir d’une cinquantaine.    Le Sauvage

————————————————————————–

Excellente recension de Ghislain sur ce livre “Le mythe végétarien” ! Ses commentaires finaux m’ont évité de signaler l’oubli des légumineuses dans les assolements.

  Ne ratez surtout pas cet article de Ghislain, sur un sujet majeur pour le destin de l’humanité ! On sent l’universitaire dans la rigueur des commentaires ! La dame auteure de ce livre se relève apparemment d’un traumatisme végétalien qui lui en a mis trop gros sur la patate pour lui éviter de tomber d’un excès dans l’autre.

  N’empêche : elle a fondamentalement raison. Les ennemis sournois de la diététique ne sont pas les lipides, mais les glucides ! Les dégâts du sucre sont déjà énormes (suite…)

Le mythe végétarien

1 janvier 2014,
Le mythe vég.couverturepar Ghislain Nicaise
Il est paru sous ce titre un livre passionnant, qui, quels que puissent être ses aspects polémiques, mérite d’être analysé dans le détail. Il apporte des éléments nouveaux dans le débat qui oppose les végétariens aux omnivores. Je vais essayer d’en résumer ma lecture, en ajoutant quelques commentaires personnels à la fin.

Sur le livre

Ce livre est paru initialement sous le titre The Vegetarian Myth : Food, Justice, and Sustainability. Il vient d’être édité en français aux éditions Pilule Rouge. Lierre Keith, l’auteure, est née en 1964, elle se définit sur son site comme écrivaine, fermière et féministe. Elle distingue les arguments végétariens en éthiques, politiques et diététiques et en fait trois grands chapitres de son livre. Elle a été végétalienne (vegan en anglais, c’est à dire ne prenant aucune nourriture d’origine animale) pendant 20 ans, ce qui donne une force particulière à son plaidoyer. Une recherche sur internet montre rapidement les réactions haineuses dont elle a été victime, elle commente ces réactions en écrivant qu’être végétarien, ce n’est pas qu’une option diététique, c’est un choix identitaire profond. (suite…)