Archive pour septembre 2012

Raymond Devos au Caire

30 septembre 2012,

Pour rendre hommage encore à un des plus grands philosophes de notre temps nous citons:

“Les arabes du Caire sont antisémites , les sémites sont antiquaires”

Vous en faites ce que vous voulez.

Le petit canon

24 septembre 2012,

par Florence Faucompré
On trouve dans le Jardin du Palais Royal un petit canon posé sur un socle de pierre.

(Dr)

D’où vient-il ? Et que fait-il ici ?

Ce canon est ce qu’on nomme une méridienne (ou un canon méridien, canon solaire ou canon de midi), c’est à dire un canon qui servait à
indiquer midi pile pour avertir les gens mais aussi pour leur
permettre de régler leurs montres personnelles à une époque où elles
étaient souvent déréglées.

Le système, qui intègre une loupe et un cadran solaire, permet que le
passage du soleil sur le méridien mette le feu à la petite quantité de
poudre posée dans le canon, qui retentit alors.

Celui du Jardin du Palais Royal est installé sur le méridien de Paris, (suite…)

Ayraultport

24 septembre 2012,

par Lulu

Je me demande: mais que font-ils?

Sont-ils déjà soumis aux lobbies?

Sont-ils paralysés par les vêtements de leur nouvel emploi?

Sont-ils lents à la détente?

Sont-ils intimidés par le ban des hauts fonctionnaires?

Sont-ils incapables?

J’observe leurs visages.

Ayrault,  je lui trouve un air d’ayraultport. (suite…)

Broadway en chanté

24 septembre 2012,

par Michèle Valmont

« Gai, enlevé, drôle… », les épithètes fusent et les spectateurs fredonnent à la sortie de ce  délicieux spectacle au Théâtre Déjazet, qu’Isabelle Georges reprend jusqu’au 15 novembre.

C’est un pot-pourri des plus célèbres airs de comédies musicales de George Gershwin à Jerome Robbins, en passant par Cole Porter, Irvin Berlin ou Leonard Bernstein.

Isabelle Georges est exquise : jolie, vive, élégante dans ses interprétations, légère dans son numéro de claquettes. Elle passe avec brio d’un personnage à l’autre –ah ! Judy, Liza, Ginger, Julie…toutes les plus grandes -, sa voix est belle, malgré quelques aigus un peu durs, vite oubliés devant la virtuosité de l’ensemble, à la mise en scène tourbillonnante de Jean-Luc Tardieu.

Elle est épaulée par 4 superbes musiciens-comédiens qui jouent avec la salle conquise : Jérome Sarfati, Edouard Pennes, David Grébil et surtout l’épatant pianiste-chanteur Frédérik Steenbrink, dont l’agréable voix de baryton répond admirablement au soprano (suite…)

Love letters

24 septembre 2012,

Par Michèle Valmont

Ils sont tous deux assis devant un bureau d’écolier et lisent sans jamais se regarder –directive de l’auteur- les lettres qu’ils ont échangées depuis l’âge de 8 ans.

Eux, ce sont Isa Mercure et Gilles Guillot, interprètes de la pièce « Love letters » de l’Américain A.R.Gurney, qu’ils ont également mise en scène.

Au fil de cette correspondance se reconstituent subtilement la vie et le caractère des  deux protagonistes. Elle, Alexa, fantasque et rebelle, enfant gâtée dans un milieu social favorisé, lui, Thomas, plus modeste, simple et solide. L’amitié d’enfance qui les lie va se nourrir des épisodes de leurs vies respectives, avec une riche palette de sentiments ; engueulades, félicitations, jalousies, condoléances… Ainsi découvre–t-on que l’amitié se transforme peu à peu en un grand amour longtemps inavoué dont le dénouement révélera toute la profondeur. (suite…)

Chronique estivale

24 septembre 2012,

par Florence Faucompré

Depuis les quinze années de camping sauvage ou sage, ambulatoire, passées avec mes parents dans toute la France, l’eau a coulé sous les ponts ….

D’ailleurs à présent on ne dit plus camping mais  : « résidence hôtelière de plein air » avec les tarifs correspondants aux hôtels. On laisse une dizaine d’emplacements gazonnés, avec ou sans électricité, pour les (suite…)

Cher menteur

22 septembre 2012,

par Michèle Valmont

Reprise au théâtre La Bruyère de la pièce « Cher menteur », adaptation de Jérome Kilty de la correspondance de la comédienne Stella Campbell et de Bernard Shaw qui se poursuivit tout au cours de leur existence. On remarque d’emblée le raffinement du décor. L’élégance de la mise en scène de Régis Santon met en valeur le jeu des deux comédiens, Francine Bergé et Marcel Maréchal, qui s’emparent avec délectation du texte plein d’humour et de causticité traduit et savamment retravaillé par Jean Cocteau.

Il ressort de cette confrontation de deux egos surdimensionnés une estime mutuelle et une inclination amoureuse jamais aboutie. Les caprices de la comédienne  se heurtent au cynisme de l’écrivain. Quelques beaux moments d’émotion –la mort de la mère de Bernard Shaw, celle du fils de Stella – ponctuent ce feu d’artifice qui culmine lors de la répétition de « Pygmalion » dont Stella créa le rôle d’Elisa à quarante ans passés !

Francine Bergé est aussi crédible en jeune actrice adulée qu’en diva vieillissante. Coquette et exigeante puis amère et esseulée, elle est toujours juste et émouvante. (suite…)

Canaletto, Guardi, Venise

21 septembre 2012,

par Alain Hervé

On ne va pas voir ces deux peintres minutieux, appliqués*, qui nous envoient de grandes cartes postées depuis le XVIIIème siècle. Certes nous les recevons avec grand plaisir. En fait nous allons revoir Venise. La voir encore à travers les âges et les saisons. Cette cité nautique, fragile sur ses îles, au péril des marées et des touristes est un des rares accomplissements irréprochables de l’espèce humaine. Cet urbanisme utérin nous laisse stupéfaits dans sa perfection anarchique. (suite…)

Civilisation corrida

21 septembre 2012,

Ne pas laisser passer sans la saluer la décision du Conseil constitutionnel concernant la corrida.
Le spectacle du massacre à petit feu d’un animal sous le regard d’un public enthousiaste n’est pas anticonstitutionnel.

Illustration de l’association espagnole Anima naturalis

Le Sauvage