Archive pour la catégorie ‘Some Like It Hot’

De Meadows à Cochet : le temps qu’il nous reste !

21 mai 2019,

Rapport pour le Club de Rome ( PDF 43 Mo)

par Pascal Bourgois

Dans une entrevue à feu Terra Eco, lors des 50 ans de la parution du « Rapport » de 1972 (un an avant la création du Sauvage en 1973), Dennis Meadows déclarait «  Je pense que nous allons voir plus de changement dans les vingt ans à venir que dans les cent dernières années. Il y aura des changements sociaux, économiques et politiques. Soyons clairs, la démocratie en Europe est menacée. Le chaos de la zone euro a le potentiel de mettre au pouvoir des régimes autoritaires. Pourquoi ? L’humanité obéit à une loi fondamentale : si les gens doivent choisir entre l’ordre et la liberté, ils choisissent l’ordre. C’est un fait qui n’arrête pas de se répéter dans l’histoire. L’Europe entre dans une période de désordre qui va mécontenter certaines personnes. Et vous allez avoir des gens qui vont vous dire : « Je peux garantir l’ordre, si vous me donnez le pouvoir.» L’extrémisme est une solution de court terme aux problèmes.
Yves Cochet lors d’une intervention en 2017 à l’Institut Momentum estime que : « Bien que la prudence politique invite à rester dans le flou, et que la mode intellectuelle soit celle de l’incertitude quant à l’avenir, j’estime au contraire que les trente-trois prochaines années sur Terre sont déjà écrites, grosso modo, et que l’honnêteté est de risquer (suite…)

Opportunisme, lâcheté, ambition, notoriété, salaire… écologie.

1 avril 2019,

par Alain Hervé

Au moment des élections, tout se répète à l’identique pour les écologistes depuis cinquante ans. Au départ l’adhésion unanime à de belles convictions. A l’arrivée, la course en sac des ambitions personnelles déguisées  de prétextes stratégiques. Ce serait trop cruel d’étudier chaque cas de trahison à la cause commune. Pour les uns c’est l’assurance d’un traitement de député européen, pour les autres la survie de leur égo médiatique en voie d’effacement. Pour les autres le rafraichissement de leur notoriété politico-littéraire…

Que chacun se reconnaisse dans cette galerie de prétentions humaines. Seule l’écologie n’en tire aucun bénéfice. Pour ce qui me concerne je voterai EELV. En espérant que les “écolos” puissent faire poids dans la balance collective.

Les plus méprisables étant sans doute ceux qui prêtent leurs convictions passées au service d’une politique de croissance économique.

Ultimatum

22 février 2019,

Lu sur le site de Reporterre : 2e leçon des jeunes au gouvernement : il faut la décroissance énergétique

Alors que s’installe en France le mouvement des jeunes pour le climat, une partie d’entre eux lancent au gouvernement, dans cette tribune, un deuxième « ultimatum punitif » : la décroissance énergétique ou une large participation à la manifestation du vendredi 22 février.

Ce texte a été écrit par les Camilles du groupe « revendications » constitué à la suite de l’assemblée générale (AG) interfac rassemblée vendredi 8 février 2019 et comportant des étudiant.e.s et lycéen.ne.s de divers établissements de la région parisienne. Cette AG a été organisée par plusieurs associations étudiantes parisiennes écologistes en vue de lancer le mouvement de grève pour l’environnement de la jeunesse reconduite chaque vendredi à partir du 15 février.

Le 12 février 2019, Reporterre publiait leur manifeste pour le climat et leur premier ultimatum : déclarer l’état d’urgence écologique et sociale afin de débloquer un plan interministériel à la hauteur des risques encourus. Leur second ultimatum, ci-dessous, concerne l’énergie.

Puisque notre gouvernement s’acharne à demeurer inerte devant la catastrophe écologique, nous, lycéen·ne·s et étudiant·e·s, avons décidé de lui poser une série d’ultimatums punitifs. La semaine dernière, en guise de première leçon, nous avions demandé le respect immédiat des Accords de Paris (réduction des émissions de gaz à effet de serre de 4 % par an minimum) et l’inscription dans la Constitution, à l’article premier, du fait que « La France est une République indivisible, laïque, démocratique, sociale, solidaire et écologique  ». Pour châtier le mutisme de ce mauvais élève, nous étions plus d’un millier à faire la grève et à nous réunir devant le ministère de la Transition écologique et solidaire vendredi 15 février. Alors que François de Rugy se félicitait dans la presse que la jeunesse manifeste devant son ministère pour « marcher main dans la main » avec lui, la présence policière démesurée laissait penser que nous dérangions quelque peu. Il ne fait aucun doute que cette réponse par voie de police a convaincu tous les jeunes présent.e.s de la compétence et de l’efficacité du ministère en matière écologique.

Cependant, nous ne désespérons pas encore de voir remonter les notes de ce gouvernement. Pour ce second ultimatum, nous avons choisi le thème de l’énergie. (suite…)

Vers les 3 millions de signatures ?

11 janvier 2019,

Si vous n’avez pas encore signé, vous pouvez toujours rejoindre deux millions et quelques de nos compatriotes. La France ne fait que suivre un puissant mouvement mondial. En 2017 l’ONU recensait déjà 900 procès climatiques. Voir l’article de notre consoeur “The Conversation“. Depuis la « décision Urgenda » de 2015 aux Pays-Bas – récemment confirmée en appel et qui a vu le gouvernement néerlandais condamné pour inaction climatique – on observe une multiplication de ce type de procès dans le monde.

Le Sauvage

Greta

16 décembre 2018,

26 ans déjà depuis l‘appel émouvant de Severn Cullis-Suzuki à Rio, quand l’auditoire comprendra-t-il le message ? Le Sauvage

La voie d’eau

3 décembre 2018,

par Christophe Chelten

Une énorme voie d’eau vient de se déclarer dans la coque du bateau qui nous porte. Pour poursuivre la métaphore, le bateau de notre société démocratique est construit autour de pièces maitresses que sont la représentation politique, exécutif et législatif,  partis majoritaire et d’opposition, des syndicats qui expriment des revendications populaires entre autres et une presse écrite et télévisuelle qui reproduit toutes les nuances de l’opinion publique.

Mais voici que s’ouvre un nouveau territoire avec internet. La libre parole est ouverte à tous sans aucune limitation. Voilà la voie d’eau.

Tout peut se dire. Une seule voix peut mobiliser des millions de lecteurs. Inventer une révolution en quelques instants autour de quelques idées simples ou simplistes. Du type:”on en a marre… c’est aux autres de payer… tous dans la rue…”. Le moyen de parvenir à ces aspirations est flou ou inexistant. L’anarchie a trouvé son moyen d’expression.

On comprend que les dictatures du type chinois exercent une censure radicale sur ces menaces en coupant internet partiellement ou totalement si nécessaire.

Nos démocraties permissives n’osent pas en arriver à ces extrêmes. Elles vacillent, hésitent. Tentent de juguler la voie d’eau avec de vieilles recettes qui se révèlent être inefficaces. Nous en sommes là.

C.C.

 

Gilets jaunes et climat

20 novembre 2018,

par Christophe Chelten

Ne pas oublier que la voiture représente dans notre société, et depuis sa mise en circulation, un prodigieux instrument de liberté pour ses usagers.

Ne pas oublier qu’avec une voiture chacun de nous peut décider de partir au bout du monde. Même s’il ne s’en sert que pour aller acheter le pain à cinq cents mètres.

Ne pas oublier que chaque adolescent a rêvé de sa première voiture avant d’y accéder.
Ne pas oublier que la voiture est devenue un prolongement de notre corps, un nouveau membre. En limiter l’accès revient à créer un handicap ou une amputation.

Ne pas oublier que pour la majorité de ses utilisateurs l’usage de la voiture ne semble pas dépendre de l’énergie qu’elle utilise pour rouler.

Ne pas oublier que pour eux il n’existe aucune relation entre ce que relâche son pot d’échappement et le réchauffement climatique.

Les braves gens ne polluent pas ? (Lettre à Mathilde)

10 novembre 2018,

Chère Mathilde (1),

Je vous écris cette lettre ouverte parce que je crois que le mouvement de résistance du 17 novembre 2018 contre l’augmentation des carburants à la pompe est de fait une mise à l’épreuve des convictions écologiques défendues par le mouvement La France insoumise (LFI). Force est de constater un dérapage retentissant. Tout ce passe comme si les leaders de LFI, dont vous faites partie, n’étaient pas capables de résister aux sirènes d’un mouvement populiste de circonstance. On ne peut dissoudre le peuple certes mais il n’a pas toujours raison et votre (notre) responsabilité est parfois de lui dire ce que nous croyons être la vérité. Si vous faites déjà une entorse à la règle comment croire que vous appliquerez votre « règle verte » si vous parvenez au pouvoir ? (suite…)

Complice d’Hitler

7 novembre 2018,

par Christophe Chelten

L’armée rend hommage aux maréchaux qui auraient gagné la guerre de 14-18 …  Et sont tous morts plus tard dans leur lit.

Mais les bidasses morts sur place, par millions, déchiquetés dans la boue ne forment plus qu’un arrière plan.

Sinistre célébration à laquelle s’associe à distance le Président de la République pour légitimer Pétain “le vainqueur de Verdun”. Et complice de la folie d’Hitler? Ce qui devrait le discréditer définitivement aux yeux de l’Histoire.

C.C.