L’histoire du Sauvage

25 avril 2010,

Le Sauvage magazine écologique mensuel a été publié par le Nouvel Observateur de 1973 à 1981. Le premier numéro paraît le 1er avril 1973 sous le titre : 1973 L’Utopie ou la mort . Il fait suite à un numéro spécial du Nouvel Obs. en 1972 : La dernière chance de la Terre. C’est un grand succès, 200.000 exemplaires vendus, qui décide Claude Perdriel, directeur du Nouvel Obs, à entreprendre le Sauvage. Alain Hervé créateur des Amis de Terre en 1970, qu’il vient de laisser entre les mains de Brice Lalonde, en est l’artisan. Il est appuyé par Philippe Viannay le créateur des Glénans, du CFJ, et pour partie du Nouvel Observateur, l’ethnologue Philippe Arreteau et Edouard Golsmith le créateur en Angleterre du premier magazine écologique au monde, The Ecologist .

Le Sauvage associe la culture à l’écologie et vise un large public au delà du militantisme et de la mouvance 1968. Le numéro 2 titre :La grande crise de l’énergie, le numéro 3 :Travailleurs de tous les pays reposez vous, le numéro 5 : Faut il fermer Renault . Les grands thèmes des écologistes des années 2000 – 2010 sont déjà tous présents. En 1974 Le Sauvage soutient la candidature de René Dumont à la Présidence de la République. Brice Lalonde qui est membre de la rédaction est le chef de campagne et Alain Hervé responsable du bureau de presse.

Le Sauvage qui tire de 40.000 à 25.000 exemplaires subit les aléas économiques de son refus de publier des publicités qui encouragent la consommation. Au fil des années il titre sur la Condition masculine, la Maison solaire, l’Echappée belle, Pour manger sans en crever, l’Excrément humain, l’Eté lent, Destination Ecotopie, le Retour à la terre, l’Animal et l’homme, le Jeu, la Vraie ville, la Dolce vita, la maison éolienne, le corps humain, la maison écologique, Eloge de la paresse, Vive la crise en janvier 1975, le Jardin planétaire en 1981.

Les petites annonces du Sauvage sur plusieurs pages sont le rendez vous des initiatives communautaires de l’après 68. La collection du Sauvage peut se consulter au Nouvel Observateur. Nous publierons à la demande et selon le temps dont nous disposons des articles de l’ancien Sauvage.

Les éditoriaux d’Alain Hervé qui a animé l’équipe pendant dix ans sont publiés sous le titre l’Homme Sauvage en 1979 chez Stock et réédités en 2010 aux éditions le Sang de la Terre en annexe  au  » Paradis sur Terre, le défi écologique ».

Parmi les signataires d’articles du sauvage on trouve Michel Bosquet (André Gorz), Théodore Monod, Gilles Lapouge, Bernard Moitessier, Edgar Morin, Robert Jaulin, Serge Moscovici, , Herbert Marcuse, Ralph Nader, Jacques Brosse, Philippe Saint Marc, Henri Laborit , Guy Hocquenghem, Christiane Rochefort, Alain Finkielkraut, Pierre Lieutaghi, Michel Edouard Leclerc, Joël de Rosnay, Ivan Illich, Jean Malaurie, André Langanay, Jane Fonda, Barry Commoner, Bertrand de Jouvenel, Edouard Godsmith…

Parmi les journalistes permanents ou pigistes réguliers dans les deux versions successives du Sauvage: Françoise Biro, Laurent Samuel, Patricia Gautier, Pierre Ajame, Jean-Louis Hue, Jean-Paul Gibiat, Marie Noelle Hervé, Misette Godard, Dominique Martin Ferrari, Hélène Crié, Chris Kutschera, Anne-Marie Koenig, Sophie Chauveau, Arthur, Alain Jaubert, Pierre Lieutaghi, Cédric Philibert, Roland de Miller, Maryse Lapergue, Charlotte Vinconneau, Dominique Simonnet, Claudine Quiblier,Michka Jean-Paul Ribes, Jeanne Baraduc,, Marie Paule Nougaret, Antoine de Caunes, Catherine Willis, Franz Olivier Giesbert, Bernard Guetta, Catherine David, Michka, Ghislain Nicaise, Lison de Caunes, Toumi de Saint Afrique, Patricia Raksani, Monique Sobieski, Laurence Bardin,Sophie Chauveau, Gérard Blanc Jacques Grinewald, Christophe Chelten, Hugo Verlomme, Marie Ernouf, Jacques Meunier, Anne Marie de Vilaine, Jean Louis Breton…
Brice Lalonde est le correcteur en titre et l’auteur sous le nom d’Oliver Forbes d’une revue de la presse scientifique. Il y publie également ses réflexions politiques. Daniel Maja est le principal dessinateur et Claire Brétécher y publie chaque mois le Bolot occidental.
Fabrice Nora, Disier Veyret et Jean-Claude Rossignol administrent le journal.

En février 1981 le Sauvage s’arrête à la veille des élections présidentielles. Brice Lalonde est candidat face à François Mitterand. Le groupe du Nouvel Observateur cède pour une somme symbolique le titre La Sauvage aux Sauvages associés constitués en association de 1901.

A l’initiative des Sauvages associés, Il reparaît en 1991 sous le titre : La Lettre du Sauvage. Il dure un an.
Ce sont toujours les Sauvages associés qui publient ce site